Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Drame de Melilla: le Forum diplomatique de solidarité avec le peuple sahraoui condamne la répression sanglante de migrants africains    JM/Boxe : Houmri bat le Marocain Assaghir et passe en demi-finale    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    Aménagement des horaires de travail de 07h00 à 15h00 pour les wilayas du sud du pays    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    JM: le badminton et la lutte décrochent l'or, le karaté do termine avec l'argent    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Face aux séismes    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Riga débarque    Le club otage des forces occultes    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Protection de l'enfant
Progression inquiétante des violences
Publié dans El Watan le 21 - 11 - 2005

L'enfant ne semble pas constituer une priorité, pour l'instant, en Algérie puisqu'à chaque fois qu'on s'est occupé de ses problèmes, ça n'a été que conjoncturel et puis on est passé à autre chose. »
Telle est la constatation de Mostefa Khiati, président de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), faite, hier à Alger, à l'occasion de la célébration de la Journée mondiale des droits de l'enfant. Il a déploré le fait que la loi, annoncée par le ministère de la Justice en grande pompe, le 1er juin dernier, ne soit pas encore examinée par le Parlement. Une loi qui reste, à son avis, « réductrice, puisqu'elle ne s'occupe que de la protection de l'enfant. » « Nous souhaitons qu'il y ait un code de l'enfance, ce qui est encore plus problématique actuellement, si on prend l'exemple de l'âge de discernement dont on a parlé beaucoup. Alors que le monde évolue vers une plus grande considération de l'enfant, la loi parue en octobre 2004 a réduit l'âge de discernement en Algérie de 13 à 10 ans, ce qui est anormal. » Il y a beaucoup de problèmes que l'enfant subit et qui ne sont pas pris en charge, ne serait-ce que les problèmes généraux. La définition de l'enfant n'est pas claire : à partir de quel âge peut-on parler d'enfance en Algérie ? Il y a une contradiction au niveau des textes : 16 ans pour la santé et le ministère du Travail, 18 ans pour la justice, 19 ans pour le service militaire, 21 ans pour la loi sur le mariage... Les participants à la journée d'étude ont affirmé qu'il faut unifier les choses. Il y a 17 ministères qui s'occupent de l'enfant, il y a une trentaine de lois ou d'articles qui s'occupent de l'enfant et même le magistrat, le juge d'enfant ou l'avocat se trouvent dans une situation un peu difficile. Pour avoir une idée globale sur ces textes, il s'agit de mettre en harmonie ces lois. L'enfant a le droit à la santé, à la vie. Il y a des cas d'infanticide tous les ans. Il a le droit à un nom, à l'éducation et à la protection. « Comment expliquer que dans notre pays, 400 000 enfants sont pratiquement analphabètes parce qu'ils ont été exclus de l'école tôt ou n'ont jamais été à l'école ? Comment expliquer qu'il y a plus de 4000 enfants dans les rues qui ne vivent que de mendicité sans foyer, ni famille ? » s'interroge le président de la Forem. Selon le CNES, près de 61 % des 16-18 ans sont dans la rue. Il y a la prévention de la délinquance, la lutte contre le travail des enfants. En somme, il y a énormément de problèmes dont sont victimes les enfants, et il n'y a aucune structure qui s'occupe d'eux. C'est pour cette raison que l'Observatoire des droits de l'enfant a été mis en place. Il s'agit d'une réponse au comité de suivi et à l'application de la Convention internationale sur les droits de l'enfant, en 1997, qui avait demandé à l'Algérie de mettre en place un instrument indépendant. Mais, les membres de la Forem souhaitent que l'Etat les aide à installer des délégations dans les différentes wilayas, pour qu'ils puissent mieux écouter les enfants et essayer de prendre en charge leurs problèmes. Les statistiques ont démontré une progression inquiétante des violences exercées sur les enfants et qui ont doublé entre 1999 et 2002. Les cas de coups et blessures volontaires ont augmenté de 250%, chez les garçons, et de plus de 400% chez les filles. Les cas de violences sexuelles ont été multipliés par deux sur les deux sexes. Le nombre d'enlèvements s'est élevé de 240% chez les garçons et de 155% chez les filles. Les violences sexuelles exercées par les adultes, proches ou mêmes inconnus, sur des enfants mineurs, sont passées de 1016 cas en 1998 à 1609 cas en 2002, selon des sources de la DGSN.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.