Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    L'épreuve    28 décès dus à la Covid-19 en 48 heures    Les sapeurs-pompiers en formation    Les médecins critiquent la gestion de la crise    9 décès et 413 nouveaux cas en 24 heures    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    L'appel de la terre natale à ses enfants martyrs de la liberté    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Un lectorat espagnol au campus de Béjaïa    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Session de l'APW d'Oum El Bouaghi : Radioscopie du secteur éducatif    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Désespoir des Algériens et mutisme officiel
Immolation par le feu, harga, suicide
Publié dans El Watan le 18 - 01 - 2011

Cinq Algériens ont tenté, dans différentes régions du pays, de s'immoler par le feu. Ces actes, aussi symboliques que violents, ne semblent toutefois pas émouvoir les officiels.
Pas une réaction, pas une déclaration, pas un commentaire d'indignation ou de compassion. Le silence le plus obtus. Pourtant, ces «faits divers» ont de quoi interpeller. D'autant plus que depuis quelques années, ils tendent à se multiplier, sous diverses formes. Et si chacune de ces personnes a ses propres motivations, reste que ces actes cristallisent le désespoir le plus profond, la perte de confiance en une justice la plus absolue. Ce ne sont pas les exemples qui manquent. De tels «faits divers» défraient même quotidiennement la chronique. Et si l'on s'horrifie, à raison, du modus operandi utilisé à Tébessa ou à Bordj Menaïel, il n'est toutefois pas nouveau. De nombreux citoyens sont déjà arrivés à de tels extrêmes.
En mai 2004, un homme, honnête père de famille, venu de Djelfa, s'introduit dans la maison de la presse Tahar Djaout. Devant quelques journalistes, il met le feu à ses habits, imbibés d'essence. Il espérait, ainsi, dénoncer la « hogra, l'injustice, la corruption». Il succombe à ses blessures quelques jours après son acte insensé. En octobre 2009, c'est toute une famille qui frôle la mort, à Chlef, cette fois-ci. Un père de famille, âgé de 25 ans, entend protester contre la démolition de sa construction. Accompagné de sa femme et de sa fille, seulement âgée de 3 ans, c'est devant le siège de l'APC de la ville que l'homme s'asperge lui, puis sa famille, d'essence, avant d'en faire des torches humaines. Ils ne devront leur salut qu'à la prompte intervention des secouristes. L'on aurait tendance à penser que ces actes sont le fait de jeunes hommes, chômeurs ou autres. Mais il n'en est rien. En octobre 2010, une quinquagénaire, veuve et mère de trois enfants, est écartée de la liste des bénéficiaires de logements sociaux, à Tiaret. Pour contester cette «injustice», la veuve, femme de ménage dans une école, s'asperge de combustible dans les locaux de l'APC. Au moment de mettre le feu à son corps, elle est sauvée par des éléments de la Protection civile.
«La mer ou la mort»
Et la mal-vie pousse les Algériens à d'autres actes suicidaires, certes moins spectaculaires, mais plus récurrents. Ainsi, l'on recense, officiellement, une trentaine de suicides par mois en Algérie. Opprobre oblige, de nombreuses familles préfèrent toutefois taire ces drames. Mais une nouvelle forme de contestation a fait son apparition : les suicides collectifs. En juillet 2010, une dizaine de jeunes chômeurs de la localité de Ouargla menacent de se jeter du haut du siège de l'ANEM de la ville. Las d'attendre d'être affectés à n'importe quel poste par l'agence, les jeunes hommes ne voient plus aucun recours pour se faire entendre. Quelques jours avant, le même désarroi pousse une dizaine de jeunes hommes à prendre d'assaut le siège de l'APC. Après s'être tailladés le corps, ils s'aspergent d'essence. Leur leitmotiv : «C'est soit le suicide, soit la mer». Et ils sont nombreux à choisir la harga, qui est, le plus souvent, synonyme de suicide. Car ce sont, besoin est-il de le rappeler, des centaines de barques qui s'aventurent quotidiennement en mer, «pour le meilleur», mais surtout pour le pire. Comble du cynisme et du mépris, les autorités ont concocté une batterie de mesures afin de pénaliser ce comportement suicidaire qu'est la harga.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.