L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«La France a ratifié une convention des Nations unies d'imprescriptibilité»
Colloque sur les massacres du 8 mai 1945 à Guelma
Publié dans El Watan le 10 - 05 - 2011

Clôturé hier, le 9e acte du colloque international sur les massacres du 8 mai 1945 en Algérie, organisé par l'université du 8 Mai 1945 de Guelma, a, comme chaque année, révélé à la face de la France officielle qu'elle doit, par rapport à son passé colonial, présenter une repentance pour les crimes odieux qu'elle a perpétrés sur d'innocents civils à Sétif, Guelma et Kherrata, alors qu'ils manifestaient pacifiquement pour leur droit à la liberté.
C'est sous le thème « Les répercutions culturelles et politiques des massacres du 8 mai 1945 », que ce colloque a vu, sur deux journées- les 8 et 9 mai, une présence record de personnes venues assister à une dizaine de communications. Historiens et universitaires nationaux et étrangers ont été unanimes : «Les massacres du 8 mai 1945 ont réveillé les consciences et les convictions politique du peuple algérien. Ce génocide a été l'étincelle de novembre 1954, date du déclanchement de la guerre de Libération nationale en Algérie.» Comme dans tout crime contre l'humanité, il y a des commanditaires. A Guelma, il fut orchestré par le tristement célèbre André Achiary, alors sous-préfet de cette ville. Mais ce dernier, comme bien d'autres d'ailleurs, n'ont jamais été condamnés par la France officielle, bien au contraire, protégé par les gaullistes, ils ont coulé des années paisibles en territoire ibérique comme ce fut le cas pour le criminel Achiary, jusqu'à sa mort en 1983.
Dans ce contexte et en marge de cette journée, Ayman Salama, professeur de droit international public et membre du conseil égyptien des affaires étrangères, nous affirme : «La France a ratifié en 1968 une convention des Nations unies portant sur l'imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. Cette convention ratifiée également par 50 autres pays, stipule qu'il n'a été prévu aucune limitation dans le temps visant la poursuite et la répression des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.» Et d'ajouter : «Cette même France est la première à enfreindre cette convention.» Les moyens diplomatiques demeurent, selon Ayman Salama, la façon la plus rapide de faire aboutir une reconnaissance officielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.