Drame de Melilla/Nador: le Maroc épinglé devant le Comité des travailleurs migrants de l'ONU    Foot/Qualifications CAN-2023: résultats complets de la 4e journée    L'Algérie a réussi à adopter une politique de santé nationale efficiente    Gouvernement: une communication sur la mise en place de l'ANAC    Ligue 2 (23e journée) : JSM Tiaret-SC Mecheria et US Souf-NRB Teleghma, chaudes empoignades pour la course à l'accession    Organisation des chambres du Parlement: adoption du projet de loi organique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie à Vienne    Veillées de Ramadhan: Bouira retrouve son ambiance nocturne    Les Palestiniens commémorent jeudi le 47e anniversaire de la Journée de la terre    Mise en échec de tentatives d'introduction de plus de 18 quintaux de kif traité via les frontières avec le Maroc    Fédération algérienne de handball: l'AG ordinaire samedi à Alger    Guerre de libération nationale: un élève de Jijel produit un court métrage    Renforcement du système juridique national: orienter la société sur la voie de l'édification de l'Algérie nouvelle    Création à Guelma de la 1ère plateforme de préparation des produits agricoles à l'exportation    Boumerdes : lancement des travaux de réalisation d'une station de dessalement d'eau de mer à Cap Djinet    Tirer des leçons des sacrifices des chouhada pour saisir la valeur de l'unité nationale    Portugal : Ronaldo n'est pas encore fini    Carton plein pour les Verts    Cyclisme : Le Challenge Ramadhan à partir du 1er avril à Oran    Qualifications CAN-2023 - Niger-Algérie (0-1) : mission accomplie pour les Verts    Des banques au top ?    La France ingouvernable ?    Misserghine et Es-Sénia: Les chantiers de réalisation de 3.700 logements AADL et LPA lancés    Zemmouri El Bahri ou le Port aux poules    La grandeur et la pertinence du mois sacré    Des repas et des colis pour les nécessiteux    El-Oued: Un réseau de vol de voitures démantelé    Batna: 14 hectares ravagés par les flammes    Avec l'arrivée d'autres marques: Vers une baisse des prix des véhicules Fiat    Plusieurs atouts en faveur de l'Algérie: Cap sur l'hydrogène vert    Caméra gâchée !    Plusieurs théâtres ouvrent leurs portes    La 16e édition s'ouvre demain    Instituts Cervantès d'Alger et d'Oran « Nuits du Ramadhan »    Algérie-Libye: les moyens de renforcer les relations bilatérales évoqués    Le moudjahid et ancien ministre Sassi Laamouri n'est plus    «Le journaliste est redevable juridiquement en cas de délit de droit commun»    Finance islamique, près de 594 milliards DA de dépôts jusqu'à fin 2022    La nouvelle stratégie de la recherche scientifique s'appuie sur la commercialisation des innovations    La deuxième vice-présidente du gouvernement espagnol exprime son soutien à la cause sahraouie    La Jordanie condamne l'annonce par l'occupation sioniste de la construction de nouvelles colonies    L'occupant marocain continue de cibler les activistes et journalistes sahraouis    Administration locale : des promotions et des mutations    Maroc: Agression de migrants soudanais par des bandes criminelles    El Tarf: Les soirées animées de retour    Les vérités rectilignes    Boxe/Championnats du monde féminins: Imane Khelif disqualifiée pour «raisons médicales»    De l'Algérie de Bouteflika à l'Algérie de 2023: la permanence du système politique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et tamazight ?
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 20 - 06 - 2011

Ainsi, l'officialisation de tamazight n'a rien de dramatique ni de périlleux pour la stabilité d'un pays. Le Maroc a franchi le pas. Le projet de réforme constitutionnelle, annoncé vendredi par Mohammed VI et qui sera soumis à référendum le 1er juillet, prévoit la reconnaissance de tamazight comme langue officielle du royaume, au même titre que la langue arabe. Le souverain marocain a souligné, dans son discours, qu'il s'agit d'«une initiative d'avant-garde qui constitue le couronnement du processus de réhabilitation de l'amazigh comme patrimoine commun à tous les Marocains». Le train de réformes annoncé par le roi n'a pas globalement satisfait l'opposition marocaine, qui réclame la consécration des principes d'une monarchie parlementaire et une véritable séparation des pouvoirs, mais la décision de répondre à l'exigence démocratique de la reconnaissance identitaire constitue incontestablement une initiative d'avant-garde dans un Maghreb arc-bouté sur le dogme de l'arabo-islamisme. L'option marocaine de consacrer la pleine réhabilitation de la langue et de la culture amazighes peut constituer une opportunité aux pays voisins pour s'engager enfin sur la voie du «Maghreb des peuples».
La reconnaissance officielle d'une identité brimée, occultée et même combattue, est le premier jalon pour la construction d'une véritable union du grand Maghreb. Il n'est plus possible de s'accrocher au fameux «syndicat des chefs d'Etat» pour la simple raison que ces derniers sont en pleine tourmente, broyés ou fortement déstabilisés par la révolte de leur peuple. La décision historique des Marocains va-t-elle «décomplexer» les gouvernements respectifs et les amener à rompre avec le déni de soi, à répondre à une quête identitaire légitime ? Il est permis d'espérer, même si le contexte des réformes dans notre pays présente des perspectives improbables. Les consultations politiques poussives et autres assises d'une société civile triée sur le volet n'annoncent rien qui puisse rassurer la population, s'agissant notamment d'un pas décisif en faveur de tamazight.
Cette dernière est tout simplement oubliée des débats. Pourtant, c'est dans notre pays que la lutte identitaire a été la plus forte, en comparaison avec les pays voisins. Pour que tamazight soit reconnu en 2002 comme langue nationale, il a fallu que 126 jeunes soient tués par les services de sécurité lors du printemps noir en Kabylie. La revendication de l'officialisation, à laquelle vient d'accéder le Maroc, ne recueille, en Algérie, que mépris et rejet de la part des gouvernants. A mille lieues d'un véritable progrès démocratique, le débat dans notre pays tourne autour d'une toute autre réhabilitation, celle d'un parti islamiste dissous qui ne promet rien d'autre qu'une désintégration politique et culturelle.
La décision historique des marocains va-t-elle «décomplexer» les gouvernements respectifs et les amener à rompre avec le déni de soi, à répondre à une quête identitaire légitime ? Il est permis d'espérer, même si le contexte des réformes dans notre pays présente des perspectives improbables. Les consultations politiques poussives et autres assises d'une société civile triée sur le volet n'annoncent rien qui puisse rassurer la population, s'agissant notamment d'un pas décisif en faveur de tamazight. Cette dernière est tout simplement oubliée des débats. Pourtant, c'est dans notre pays que la lutte identitaire a été la plus forte, en comparaison avec les pays voisins. Pour que tamazight soit reconnue en 2002 comme langue nationale, il a fallu que 126 jeunes soient tués par les services de sécurité lors du Printemps noir en Kabylie.
La revendication de l'officialisation, à laquelle vient d'accéder le Maroc, ne recueille, en Algérie, que mépris et rejet de la part des gouvernants. A mille lieux d'un véritable progrès démocratique, le débat dans notre pays tourne autour d'une tout autre réhabilitation, celle d'un parti islamiste dissous qui ne promet rien d'autre qu'une désintégration politique et culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.