Justice : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Argent détourné en Algérie : M. Djillali Hadjadj chiffre à près de 60 milliards de dollars les sommes détournées    Le baril "accompagne" le Hirak    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Des débuts prometteurs    Istimara et recours, quelle issue?    Plus de peur que de mal    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Bensalah maintient le cap    L'horreur à Alger !    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    La semaine de la langue espagnole    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et tamazight ?
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 20 - 06 - 2011

Ainsi, l'officialisation de tamazight n'a rien de dramatique ni de périlleux pour la stabilité d'un pays. Le Maroc a franchi le pas. Le projet de réforme constitutionnelle, annoncé vendredi par Mohammed VI et qui sera soumis à référendum le 1er juillet, prévoit la reconnaissance de tamazight comme langue officielle du royaume, au même titre que la langue arabe. Le souverain marocain a souligné, dans son discours, qu'il s'agit d'«une initiative d'avant-garde qui constitue le couronnement du processus de réhabilitation de l'amazigh comme patrimoine commun à tous les Marocains». Le train de réformes annoncé par le roi n'a pas globalement satisfait l'opposition marocaine, qui réclame la consécration des principes d'une monarchie parlementaire et une véritable séparation des pouvoirs, mais la décision de répondre à l'exigence démocratique de la reconnaissance identitaire constitue incontestablement une initiative d'avant-garde dans un Maghreb arc-bouté sur le dogme de l'arabo-islamisme. L'option marocaine de consacrer la pleine réhabilitation de la langue et de la culture amazighes peut constituer une opportunité aux pays voisins pour s'engager enfin sur la voie du «Maghreb des peuples».
La reconnaissance officielle d'une identité brimée, occultée et même combattue, est le premier jalon pour la construction d'une véritable union du grand Maghreb. Il n'est plus possible de s'accrocher au fameux «syndicat des chefs d'Etat» pour la simple raison que ces derniers sont en pleine tourmente, broyés ou fortement déstabilisés par la révolte de leur peuple. La décision historique des Marocains va-t-elle «décomplexer» les gouvernements respectifs et les amener à rompre avec le déni de soi, à répondre à une quête identitaire légitime ? Il est permis d'espérer, même si le contexte des réformes dans notre pays présente des perspectives improbables. Les consultations politiques poussives et autres assises d'une société civile triée sur le volet n'annoncent rien qui puisse rassurer la population, s'agissant notamment d'un pas décisif en faveur de tamazight.
Cette dernière est tout simplement oubliée des débats. Pourtant, c'est dans notre pays que la lutte identitaire a été la plus forte, en comparaison avec les pays voisins. Pour que tamazight soit reconnu en 2002 comme langue nationale, il a fallu que 126 jeunes soient tués par les services de sécurité lors du printemps noir en Kabylie. La revendication de l'officialisation, à laquelle vient d'accéder le Maroc, ne recueille, en Algérie, que mépris et rejet de la part des gouvernants. A mille lieues d'un véritable progrès démocratique, le débat dans notre pays tourne autour d'une toute autre réhabilitation, celle d'un parti islamiste dissous qui ne promet rien d'autre qu'une désintégration politique et culturelle.
La décision historique des marocains va-t-elle «décomplexer» les gouvernements respectifs et les amener à rompre avec le déni de soi, à répondre à une quête identitaire légitime ? Il est permis d'espérer, même si le contexte des réformes dans notre pays présente des perspectives improbables. Les consultations politiques poussives et autres assises d'une société civile triée sur le volet n'annoncent rien qui puisse rassurer la population, s'agissant notamment d'un pas décisif en faveur de tamazight. Cette dernière est tout simplement oubliée des débats. Pourtant, c'est dans notre pays que la lutte identitaire a été la plus forte, en comparaison avec les pays voisins. Pour que tamazight soit reconnue en 2002 comme langue nationale, il a fallu que 126 jeunes soient tués par les services de sécurité lors du Printemps noir en Kabylie.
La revendication de l'officialisation, à laquelle vient d'accéder le Maroc, ne recueille, en Algérie, que mépris et rejet de la part des gouvernants. A mille lieux d'un véritable progrès démocratique, le débat dans notre pays tourne autour d'une tout autre réhabilitation, celle d'un parti islamiste dissous qui ne promet rien d'autre qu'une désintégration politique et culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.