Bedoui condamné à 10 ans de prison ferme    Aubin sous le charme de la police algérienne    Saïda Neghza livre sa thérapie    Un professionnel explique    Les facettes du marché auto    La Chine en deuil après la mort de l'ex-président Jiang Zemin    Huitième tentative ratée pour élire le chef de l'Etat    Un parti dénonce des agressions marocaines «délibérées»    Six pieds sous terre    Place à l'Espagne    Annaba se mobilise pour sa réussite    Le Paris-Djanet et la station de Baraki    Les salines de Feraoun revivent    La loi de l'omerta    «le Vieux Renard» de la Wilaya III    Les historiens au chevet de la «Mémoire»    «Chajarat el maouz» remporte le prix «Keltoum»    Ligue 2: l'ES Mostaganem confirme, l'ES Ben Aknoun nouveau dauphin    L'Algérie abritera la prochaine réunion du réseau parlementaire international de soutien au Sahara occidental    Lamamra tient des rencontres bilatérales en marge de sa participation au Forum ROME-MED    Constantine: saisie de près 8 kg de kif traité et arrestation de 4 personnes    Coronavirus: 4 nouveaux cas et aucun décès    Mondial 2022: la Corée du Sud rejoint le Portugal en 8es de finale, l'Uruguay éliminé    Sahara occidental: la persistance du conflit, une préoccupation majeure pour les citoyens du monde    Le Raï, du berceau rural au patrimoine de l'humanité    32 chercheurs algériens honorés pour leurs contributions scientifiques    Algérie Télécom et Djezzy signent une "convention de partenariat"    Energie et mines : Arkab préside une réunion sur l'adoption par Sonatrach de la norme "ISO 37001"    APN: présentation d'un exposé sur les missions d'information dans les wilayas d'Adrar, In Salah et Bordj Badji Mokhtar    Rendez-vous du théâtre professionnel à Ain El Beida/Oum El Bouaghi : bon accueil du public au spectacle d'ouverture    Opéra d'Alger: retrouvailles festives avec "Lemma Becharia"    L'APS célèbre le 61e anniversaire de sa création    Tribunal de Dar El Beida: les terroristes Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme    Tribunal de Sidi M'hamed : 12 ans de prison ferme contre Ouyahia et 10 ans de prison ferme contre Sellal et Bedoui    Interdiction de fumer dans les lieux publics: Les textes d'application font défaut    Un recul réconfortant    En perspective de la distribution de 5.300 logements ce mois de décembre: Des instructions pour accélérer l'affichage des listes des bénéficiaires    Ligue 2 (8e journée): Des chocs à la pelle    La fin de l'Etat jacobin ?    Sûreté de wilaya: 129 officiers de police prêtent serment    Coopération: Tebboune en Russie avant la fin de l'année    Le badge de l'Emir du Qatar    Ligue 1 (12e journée): Le CRB détrône le CSC, naufrages du MCO et de l'USMK    ALGERIE (NS) UNDERGROUND !    «Nous combattons les idées toxiques»    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Quel avenir pour l'Europe ?    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et tamazight ?
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 20 - 06 - 2011

Ainsi, l'officialisation de tamazight n'a rien de dramatique ni de périlleux pour la stabilité d'un pays. Le Maroc a franchi le pas. Le projet de réforme constitutionnelle, annoncé vendredi par Mohammed VI et qui sera soumis à référendum le 1er juillet, prévoit la reconnaissance de tamazight comme langue officielle du royaume, au même titre que la langue arabe. Le souverain marocain a souligné, dans son discours, qu'il s'agit d'«une initiative d'avant-garde qui constitue le couronnement du processus de réhabilitation de l'amazigh comme patrimoine commun à tous les Marocains». Le train de réformes annoncé par le roi n'a pas globalement satisfait l'opposition marocaine, qui réclame la consécration des principes d'une monarchie parlementaire et une véritable séparation des pouvoirs, mais la décision de répondre à l'exigence démocratique de la reconnaissance identitaire constitue incontestablement une initiative d'avant-garde dans un Maghreb arc-bouté sur le dogme de l'arabo-islamisme. L'option marocaine de consacrer la pleine réhabilitation de la langue et de la culture amazighes peut constituer une opportunité aux pays voisins pour s'engager enfin sur la voie du «Maghreb des peuples».
La reconnaissance officielle d'une identité brimée, occultée et même combattue, est le premier jalon pour la construction d'une véritable union du grand Maghreb. Il n'est plus possible de s'accrocher au fameux «syndicat des chefs d'Etat» pour la simple raison que ces derniers sont en pleine tourmente, broyés ou fortement déstabilisés par la révolte de leur peuple. La décision historique des Marocains va-t-elle «décomplexer» les gouvernements respectifs et les amener à rompre avec le déni de soi, à répondre à une quête identitaire légitime ? Il est permis d'espérer, même si le contexte des réformes dans notre pays présente des perspectives improbables. Les consultations politiques poussives et autres assises d'une société civile triée sur le volet n'annoncent rien qui puisse rassurer la population, s'agissant notamment d'un pas décisif en faveur de tamazight.
Cette dernière est tout simplement oubliée des débats. Pourtant, c'est dans notre pays que la lutte identitaire a été la plus forte, en comparaison avec les pays voisins. Pour que tamazight soit reconnu en 2002 comme langue nationale, il a fallu que 126 jeunes soient tués par les services de sécurité lors du printemps noir en Kabylie. La revendication de l'officialisation, à laquelle vient d'accéder le Maroc, ne recueille, en Algérie, que mépris et rejet de la part des gouvernants. A mille lieues d'un véritable progrès démocratique, le débat dans notre pays tourne autour d'une toute autre réhabilitation, celle d'un parti islamiste dissous qui ne promet rien d'autre qu'une désintégration politique et culturelle.
La décision historique des marocains va-t-elle «décomplexer» les gouvernements respectifs et les amener à rompre avec le déni de soi, à répondre à une quête identitaire légitime ? Il est permis d'espérer, même si le contexte des réformes dans notre pays présente des perspectives improbables. Les consultations politiques poussives et autres assises d'une société civile triée sur le volet n'annoncent rien qui puisse rassurer la population, s'agissant notamment d'un pas décisif en faveur de tamazight. Cette dernière est tout simplement oubliée des débats. Pourtant, c'est dans notre pays que la lutte identitaire a été la plus forte, en comparaison avec les pays voisins. Pour que tamazight soit reconnue en 2002 comme langue nationale, il a fallu que 126 jeunes soient tués par les services de sécurité lors du Printemps noir en Kabylie.
La revendication de l'officialisation, à laquelle vient d'accéder le Maroc, ne recueille, en Algérie, que mépris et rejet de la part des gouvernants. A mille lieux d'un véritable progrès démocratique, le débat dans notre pays tourne autour d'une tout autre réhabilitation, celle d'un parti islamiste dissous qui ne promet rien d'autre qu'une désintégration politique et culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.