"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et tamazight ?
Edito : les autres articles
Publié dans El Watan le 20 - 06 - 2011

Ainsi, l'officialisation de tamazight n'a rien de dramatique ni de périlleux pour la stabilité d'un pays. Le Maroc a franchi le pas. Le projet de réforme constitutionnelle, annoncé vendredi par Mohammed VI et qui sera soumis à référendum le 1er juillet, prévoit la reconnaissance de tamazight comme langue officielle du royaume, au même titre que la langue arabe. Le souverain marocain a souligné, dans son discours, qu'il s'agit d'«une initiative d'avant-garde qui constitue le couronnement du processus de réhabilitation de l'amazigh comme patrimoine commun à tous les Marocains». Le train de réformes annoncé par le roi n'a pas globalement satisfait l'opposition marocaine, qui réclame la consécration des principes d'une monarchie parlementaire et une véritable séparation des pouvoirs, mais la décision de répondre à l'exigence démocratique de la reconnaissance identitaire constitue incontestablement une initiative d'avant-garde dans un Maghreb arc-bouté sur le dogme de l'arabo-islamisme. L'option marocaine de consacrer la pleine réhabilitation de la langue et de la culture amazighes peut constituer une opportunité aux pays voisins pour s'engager enfin sur la voie du «Maghreb des peuples».
La reconnaissance officielle d'une identité brimée, occultée et même combattue, est le premier jalon pour la construction d'une véritable union du grand Maghreb. Il n'est plus possible de s'accrocher au fameux «syndicat des chefs d'Etat» pour la simple raison que ces derniers sont en pleine tourmente, broyés ou fortement déstabilisés par la révolte de leur peuple. La décision historique des Marocains va-t-elle «décomplexer» les gouvernements respectifs et les amener à rompre avec le déni de soi, à répondre à une quête identitaire légitime ? Il est permis d'espérer, même si le contexte des réformes dans notre pays présente des perspectives improbables. Les consultations politiques poussives et autres assises d'une société civile triée sur le volet n'annoncent rien qui puisse rassurer la population, s'agissant notamment d'un pas décisif en faveur de tamazight.
Cette dernière est tout simplement oubliée des débats. Pourtant, c'est dans notre pays que la lutte identitaire a été la plus forte, en comparaison avec les pays voisins. Pour que tamazight soit reconnu en 2002 comme langue nationale, il a fallu que 126 jeunes soient tués par les services de sécurité lors du printemps noir en Kabylie. La revendication de l'officialisation, à laquelle vient d'accéder le Maroc, ne recueille, en Algérie, que mépris et rejet de la part des gouvernants. A mille lieues d'un véritable progrès démocratique, le débat dans notre pays tourne autour d'une toute autre réhabilitation, celle d'un parti islamiste dissous qui ne promet rien d'autre qu'une désintégration politique et culturelle.
La décision historique des marocains va-t-elle «décomplexer» les gouvernements respectifs et les amener à rompre avec le déni de soi, à répondre à une quête identitaire légitime ? Il est permis d'espérer, même si le contexte des réformes dans notre pays présente des perspectives improbables. Les consultations politiques poussives et autres assises d'une société civile triée sur le volet n'annoncent rien qui puisse rassurer la population, s'agissant notamment d'un pas décisif en faveur de tamazight. Cette dernière est tout simplement oubliée des débats. Pourtant, c'est dans notre pays que la lutte identitaire a été la plus forte, en comparaison avec les pays voisins. Pour que tamazight soit reconnue en 2002 comme langue nationale, il a fallu que 126 jeunes soient tués par les services de sécurité lors du Printemps noir en Kabylie.
La revendication de l'officialisation, à laquelle vient d'accéder le Maroc, ne recueille, en Algérie, que mépris et rejet de la part des gouvernants. A mille lieux d'un véritable progrès démocratique, le débat dans notre pays tourne autour d'une tout autre réhabilitation, celle d'un parti islamiste dissous qui ne promet rien d'autre qu'une désintégration politique et culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.