Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    MOHAMED BELHADJ, NOUVEAU PRESIDENT DU CA    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    Abdelkader Bensalah n'est plus    Le Président Tebboune préside une réunion du Haut Conseil de Sécurité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie : Des "indignés" se rassemblent à Tiaret contre "l'autoritarisme et la corruption"
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 05 - 07 - 2011

Des dizaines de citoyens "indignés" ont célébré mardi la fête de l'Indépendance à Tiaret, située à 400 Km à l'ouest d'Alger, en organisant un salon des Protestations et des Sit-in ! Les "indignés" ont, une nouvelle fois, pris d'assaut la Place Publique Regina de Tiaret, située juste en face du siège de la daïra, pour accrocher des dizaines d'affiches et de banderoles sur lesquelles la colère contre la corruption et l'autoritarisme est transcrite en noir et blanc.
Les "indignés" Tiaretis sont de retour ! Et à l'occasion du Cinq Juillet, une date inscrite en lettres d'or dans la mémoire du peuple Algérien, ils ont décidé de se mobiliser pour exprimer publiquement leur rejet du despotisme et leur profond attachement à la "démocratisation de l'Algérie", indique à elwatan.com, Annan Abed, porte-parole d'un groupe de militants composé d'une trentaine de citoyens issus de divers horizons et tous originaires de Tiaret.
Ces citoyens qui refusent de se constituer en un comité ou une organisation politique, ont préféré porter directement sur la Place Publique leur "indignation" et passer outre les jérémiades quotidiennes qui paralysent la volonté citoyenne en Algérie.
"Nous avons déjà organisé le 3 juin dernier une première édition de ce salon dédié aux Protestations et Sit-in. A l'époque, le wali est intevenu pour nous menacer et interdire notre exposition. Mais pour nous, la fête de l'Indépendance est un rendez-vous immanquable. Nous avons donc décidé d'organiser la deuxième édition de ce salon pour rappeler aux autorités publiques que la Société Civile existe bel et bien. Sa voix ne peut plus être étouffée", explique encore Abeb Annan, initiateur de ce "projet protestataire" unique en son genre.
"Démocratie et Alternance", " Tiaret : le Paradis des Corrompus et des Fraudeurs !", " La Société Civile pour une vie digne", ect., tels sont donc les slogans qui sont portés par ces citoyens désireux d'apporter le changement dans leur pays. Un pays qui souffre depuis des années de l'absolutisme politique et de la dépravation économique.
" En ce jour où nous célébrons notre Indépendance chèrement conquise, nous avons voulu interpeller nos concitoyens sur l'importance de l'engagement en faveur du changement et de la démocratie. Notre objectif est d'interpeller aussi les autorités publiques afin qu'elle laissent la Société Civile assumer son rôle et prendre en main le destin de l'Algérie", assure à ce sujet Annan Abed.
Mais le message est-il passé ? Pas si sûr car quelques heures après le début de cette manifestation, des dizaines de jeunes chauffés à blanc se sont invités à la Place Publique Regina pour défier les forces de sécurité et s'attaquer, à coup de pierres, au wali et sa délégation qui inaugurait un nouveau Jardin Public, situé à quelques encablures la Place Publiques investie par les "indignés".
Fort heureusement, nos "indignés" n'ont pas hésité à intervenir auprès de ces jeunes pour les ramener à la raison et leur expliquer que d'autres modes de protestation sont plus à même de servir leur cause.
"C'est dire enfin que nous avons besoin de former nos citoyens pour leur apprendre à défendre leurs revendications sans sombrer dans la violence", souligne Annan Abed qui appelle en dernier lieu le ministère de la Jeunesse à mettre en place dans les Maisons de Jeunes des ateliers de formation pour favoriser l'émergence des acteurs de la Société Civile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.