SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Bouira : Les structures sportives se dégradent    Arsenal - Wilshere : "Özil ? C'est une honte"    Prévention contre la pandémie dans les établissements scolaires à Biskra : Aucun élève n'est atteint de la Covid-19    Haïzer (Bouira) : Dysfonctionnements à la polyclinique    Violences contre les femmes : 96 affaires traitées depuis janvier à Tizi Ouzou    Man City : Mahrez et ses coéquipiers assurés de terminer premiers de leur groupe    7 conseils pour dormir plus rapidement    Combat «Don quichotien» ?    Indifférence aux prix    Protéger les enfants travailleurs durant la pandémie    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    USM Alger: Ne pas tout remettre en question    WA Tlemcen: Garder les pieds sur terre    Quand s'endetter rapporte    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Procès de Karim Tabbou : verdict le 07 décembre    NI OFFRE NI DEMANDE    oeuvres sociales de l'Education: Une prime pour le personnel infecté par la Covid-19    Khenchela: L'ancien et l'actuel directeurs de la CCLS écroués pour corruption    Henri Teissier, l'ancien archevêque d'Alger, est décédé    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Le président Tebboune annonce son retour    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    LUTTE CONTRE LA COVID-19 : Prolongement du confinement partiel dans 34 wilayas    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    La vente des billets à partir de demain    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'or bleu du Sahara
Planète : les autres articles
Publié dans El Watan le 12 - 08 - 2011

Traditionnellement, les habitants du Sahara exploitaient les sources d'eau souterraines du désert grâce à d'ingénieux systèmes d'acheminement d'eau et d'irrigation, comme les fougaras du Touat (Timimoun).
C'est cette eau miraculeuse qui a permis l'exploitation d'oasis luxuriantes. Que se cache-t-il sous les dunes arides du désert ? Ni plus ni moins des réserves aquifères souterraines qui permettraient d'avoir, au rythme actuel de la consommation algérienne, des réserves pour des milliers d'années. Des études ont montré que le bassin aquifère du Sahara est l'un des plus grands au monde, partagé entre l'Algérie et la Tunisie. Ils sont répartis dans deux immenses aquifères, le continental intercalaire et le complexe terminal. Le volume des eaux contenues dans les nappes phréatiques du Sahara est estimé à 60 000 milliards de mètres cubes, dont 40 000 milliards de mètres cubes dans le sous-sol algérien, a indiqué le ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal.
L'exploitation de ce précieux liquide, à hauteur de 1,7 milliard de mètres cubes d'eau puisés dans les nappes souterraines du Sahara, sert principalement à l'acheminement d'eau vers les régions en déficit hydrauliques plus au nord. Ces eaux souterraines sont déjà exploitées par la Libye, dont on connaît le projet pharaonique de rivière artificielle qui pompe directement l'eau dans l'aquifère saharien pour l'acheminer vers les villes du nord. En Algérie, les projets de pompage d'eau s'inscrivent dans la politique algérienne d'aménagement du territoire, comme c'est le cas pour le projet de canalisation de l'eau de la nappe phréatique d'In Salah pour être acheminée jusqu'à Tamanrasset, inauguré en avril dernier. Un autre projet en cours concerne l'acheminement de ces ressources aux régions steppiques du nord. Ces ressources ne seraient pas renouvelables en cas de fort pompage. En 2006, un système permettant de contrôler les prélèvements excessifs a été mis en place par les trois pays riverains de ce grand océan d'eau douce.
Le Système aquifère du Sahara septentrional (SAS), basé à Tunis, a aussi pour objectif de créer une base de données complètes afin d'améliorer à long terme l'entretien et l'actualisation des modèles servant à l'extraction de l'eau. On ne peut que se réjouir de ce mouvement de coopération transnational sur un thème aussi important que les ressources en eau. En revanche, on peut s'interroger sur la pertinence de l'utilisation de ces eaux, qui acheminées au nord, ne servent plus le développement local des régions sahariennes. Ajouter à cela des pertes d'eau pouvant aller jusqu'à 70% par l'utilisation intensive des agriculteurs. Les fougaras du Touat sont peu à peu abandonnées faute d'eau. La réelle question est de savoir comment utiliser l'eau de la nappe albienne du Sud algérien sans porter préjudice à l'environnement, apportant ainsi une alternative possible aux usines de dessalement d'eau, très coûteux en énergie fossile.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.