Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    50 kilomètres en deux ans    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    Les 12 commandements de la phase transitoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le bi et les si
Point Zéro : les autres articles
Publié dans El Watan le 10 - 09 - 2011

Pendant que la France pointe du doigt les détenteurs de double nationalité, l'Algérie s'enfonce dans la même logique du complot étranger. Loi en projet, ceux qui sont détenteurs de double nationalité ne pourront exercer certaines fonctions. Ce qui semble logique, en ces temps d'agences doubles, il faudrait être de nationalité algérienne exclusive pour prendre part à la gestion du pays. Sauf que dans cette loi, la nationalité unique et algérienne n'est exigée que pour les maires et les élus. Pourquoi, sur ce principe de l'unicité, n'y a-t-on pas inclus les ministres, les hauts fonctionnaires et les walis ? C'est que nombre d'entre eux ont déjà une double nationalité, mais il n'est pas question de les toucher. On l'aura compris, il y a simplement de l'effet d'annonce.
Pour la France, ce n'est pas la double nationalité franco-israélienne par exemple qui pose problème, mais la double nationalité franco-maghrébine, particulièrement algérienne, qui dérange les champions étriqués de l'intégration par la méthode du chausse-pied. Et pour l'Algérie, il ne s'agit pas de traquer les binationaux algéro-américains ou algéro-marocains, mais bien les Algéro-Français, genre de post-harkis à l'appartenance occulte, qui visent à préparer la prochaine invasion. Justement, exemple d'actualité, pour les 500 Touareg libyens qui sont venus se réfugier en Algérie, il y aurait eu beaucoup d'autres Touareg ayant la double nationalité algéro-libyenne qui sont entrés en Algérie, le plus normalement du monde. Sont-ils des renégats, des Libyens ou des Algériens ? Ce sont des Touareg vivant dans ces régions bien avant la création de la frontière libyenne et algérienne, qui ont de la famille et des papiers partout. Où est le problème ? En réalité, il n'y en a pas, il y a juste une question : si Marine Le Pen épouse Abdelaziz Belkhadem, quelle nationalité et quelle idéologie auront leurs enfants ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.