Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un pan de mémoire s'en va
Disparition du plasticien Mostefa Ben Debbagh
Publié dans El Watan le 24 - 01 - 2006

Dans sa douéra n°16, sise rue Mohamed Azzouzi (ex-rue des Maghrébins) dans La Haute Casbah, où nous lui rendîmes visite, vendredi dernier, l'artiste affable, qui a gagné l'estime de tous ceux qui l'ont connu et approché, était fatigué.
Alité, il avait peine à nous parler. Le nom de cet artiste émérite restera gravé à jamais à l'Ecole supérieure des beaux-arts où il enseignait jusqu'à la fin des années 1980. Ses élèves retiendront pour toujours sa large contribution et sa persévérance dans la perpétuation de l'art arabo-musulman que résument principalement l'enluminure, la miniature et la décoration, obéissant à des principes d'un programme ornemental aussi stylisé que raffiné. Ce natif de La Casbah (né le 5 septembre 1906), dont le père était ciseleur, entra à l'école Sarrouy avant d'émigrer pour un temps avec ses parents en Tunisie. De retour à Alger, le grand maître Abderrahmane Dalachi le prend à l'essai avant de découvrir ses aptitudes artistiques. Mostefa Ben Debbagh poursuit sa formation à l'Ecole des beaux-arts située au quartier de la Marine. Les professeurs Soupireau et Langlois lui apprirent la fabrication de la céramique et le style persan, duquel il puisait plus tard sa philosophie. A 20 ans, il s'installa dans un atelier à la rue Yacef (ex-rue d'Anfreville) et put s'attirer une clientèle inestimable, à l'image des artisans tels que Omar Racim, Cherrad dit Sefti, Mohamed Kechkoul qui enseignèrent plus tard à l'école des beaux arts, respectivement la calligraphie, la reliure et l'art de la décoration. Les œuvres de Mostefa Ben Debbagh regroupent dans leurs formes et leur contexte une philosophie basée sur le symbolisme. Cela signifie que l'artiste ne se limite pas à décliner dans ses œuvres les éléments abstraits dans le seul but esthétique, sinon de leur conférer une acception tels le sens de la flore et de la faune en sus du choix des couleurs qui servaient d'aplat aux entrelacs floraux et autres inscriptions épigraphiques. Une liberté imaginative qui nourrissait ses thèmes, et ce à travers le travail de décoration sur des supports comme le bois et le verre, particulièrement. Lors d'une de nos rencontres avec ammi Mustapha, l'artiste tenait à nous égrener des bribes de souvenance et les conditions de travail dans lesquelles il évoluait. « Nous étions accrochés à cette activité artisanale par besoin, mais au fil du temps, nous cultivions la passion et l'amour pour cet art ». De maîtres artisans, ils étaient passés artistes peintres au même titre d'ailleurs que Mohamed Kechkoul, Omar Benghemad, Ahmed Hamimoumna, Mohamed Bouakkaz dit Sfaksi et bien d'autres qui s'illustraient dans l'art de la petite facture à savoir la miniature. A l'époque, dans les années 1920, les artisans foisonnaient dans l'ancienne médina, mais l'administration coloniale tenait à se débarrasser de cette corporation d'artisans disposés en enfilade à travers le dédale de La Casbah. Refusant de baisser les bras, il conjugua ses efforts à ceux des Ben Jelloul, Tamzali, Hadj Zouaoui et Mostefa Ben Debbagh dans le but de créer dans les années 1930, l'Association nord-africaine des arts artisanaux, dénomination que l'administration remplaça plus tard, par l'Association des artisans musulmans algériens. Cet engouement pour l'art musulman, que l'administration coloniale affublait d'art indigène, constituait une forme d'expression culturelle et identitaire plus proche des Algériens. Outre les expositions internationales auxquelles il prit part dans les années 1920, 1930, 1940, 1950 et 1960, notamment à Marseille, Chicago, New Castle, Budapest, Mostefa Ben Debbagh fut nommé officier à l'Académie française en 1947. Membre de l'Association des artistes algériens et orientalistes, ammi Mostefa ne s'arrêta pas là. Il donna un souffle nouveau aux activités artisanales qui tendaient de disparaître et réussit à ouvrir des ateliers destinés aux métiers manuels pour femmes. Après la Seconde Guerre mondiale, l'artiste acharné continua à perpétuer ce legs ancestral des arts appliqués, dans l'Ecole des beaux-arts, assurant ainsi la relève pour la génération des Fateh Chergou, Ali Kerbouche, Mustapha Belkahla, Abderrazak Mezouane et Adjaout pour ne citer que ceux-là. Une carrière bien remplie pour le centenaire qui vient de rejoindre ses maîtres. Repose en paix l'artiste.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.