«Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    Liste contestée    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Le pire est à craindre    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    Décès de la Moudjahida Annie Steiner    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Grandiose marche nocturne à Akbou    Un procès peut en cacher un autre    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ciel africain : Trafic aérien en plein essor
Epoque : les autres articles
Publié dans El Watan le 05 - 12 - 2011

Prendre l'avion en Afrique noire pour aller à Ouagadougou, à Maputo pour un séjour balnéaire, ou à Pointe noire pour affaire, n'a jamais paru aussi simple.
Mais les vols, en plein essor, restent parmi les plus chers du monde et les moins sûrs. Dans les plus grands pays, comme l'Afrique du Sud, des compagnies à bas prix font leur apparition : Kulula, Mango, 1time et prochainement, la Santaco, annoncée par l'industrie des taxis pour assurer des liaisons intérieures peu desservies. Pour se développer, les compagnies aériennes du continent doivent cependant surmonter beaucoup d'obstacles : verrous réglementaires, taxes élevées, sécurité défaillante et aéroports mal équipés. Il n'empêche, l'Association internationale du transport aérien (AITA) prédit à l'Afrique subsaharienne la seconde plus forte croissance en termes de passagers d'ici 2014. Et des compagnies étrangères au continent font aussi ce pari, misant sur la montée d'une classe moyenne désireuse de prendre davantage l'avion.
En février 2012, Emirates Airlines fera cinq rotations par semaine entre le Zimbabwe, la Zambie et Dubaï. La compagnie profite des difficultés de la compagnie nationale Air Zimbabwe qui a réduit son offre en raison de nombreuses grèves pour des impayés de salaires et d'un important endettement. Plus généralement, Emirates Airlines entend agrandir son réseau africain à 21 villes. «On a compris depuis longtemps l'énorme potentiel de l'Afrique, aujourd'hui l'une des régions connaissant l'expansion la plus rapide, du fait de son marché de plus d'un milliard de personnes, de la demande de consommation croissante et de l'abondance des ressources naturelles», confie un dirigeant de la compagnie, cheikh Ahmed bin Saeed Al-Maktoum. L'arrivée d'Emirates Airlines inquiète. L'association des compagnies aériennes africaines (Afraa, 40 membres) réclame le maintien de protections pour éviter une concurrence non africaine à tout crin et plaide auprès des gouvernements pour qu'ils autorisent davantage de vols régionaux.
Ils craignent par-dessus tout de voir les passagers locaux aspirés vers des hubs lointains puis redirigés sur le continent, explique Siza Mzimzela, dirigeant de la compagnie sud-africaine South Africain Airways. C'est déjà le cas pour certaines destinations, notamment dès qu'il s'agit de franchir les anciennes frontières coloniales.
Voler de Johannesburg, membre du Commonwealth, à Pointe Noire, la ville pétrolière du Congo Brazzaville, ancienne possession française, implique une à deux escales au choix : Paris, Francfort ou Zürich. Le marché n'est pas assez ouvert, critique Keelan Morris, un porte-parole de la compagnie nigériane Arik Air : «Les voyages en Afrique comptent pour moins de 5% du trafic mondial, mais les tarifs sont parmi les plus élevés au monde.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.