Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Algérie-Mauritanie le 3 juin à Blida    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Le football est piégé    "PAS DE MUSELIÈRE"    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le revers de la médaille
Remises sur les tarifs de l'assurance automobile
Publié dans El Watan le 16 - 01 - 2012

Même s'ils peuvent bénéficier de remises importantes sur leur contrat d'assurance automobile, les clients devront souvent en payer le prix en termes de qualité de services.
Contracter cette assurance est obligatoire pour les automobilistes, en revanche c'est quant il s'agira d'appliquer cette obligation aux compagnies pour respecter leurs contrats en termes d'indemnisation, que les problèmes apparaissent.
Nombreux sont, en effet, les assurés qui se plaignent de délais d'indemnisation trop longs, et ce, quel que soit l'assureur (société publique ou privé) surtout quand les sinistres impliquent une autre compagnie. Ainsi, chez certaines compagnies d'assurances, des clients avouent attendre de recevoir leur chèque depuis plus de six mois pour un dommage mineur dont la réparation ne coûterait pas plus de 2000 à 3000 DA. Alors que dans d'autres cas, les délais peuvent aller jusqu'à 3 ou 4 années, voire plus !
Il faut savoir que les remboursements dépendent de certains paramètres, notamment le type de police d'assurance que l'assuré a contractée, mais aussi de la nature du sinistre. Ainsi, comme l'explique le secrétaire du Conseil national des assurances, Benbouabdellah Abdelhakim : «Pour le corporel, les délais de remboursement sont de huit à douze mois et pour le matériel, cela dure entre trois à six mois.»
Du côté des compagnies, Abdelhakim Hadjou, directeur général adjoint à Salama Assurances Algérie, affirme que «pour régler les sinistres, il y a toute une industrie derrière». A Salama, «nous avons mis en place des centres d'expertise et de paiement, permettant un règlement rapide des sinistres aussitôt expertisés. Notre client, dans la limite des pouvoirs du centre, reçoit le chèque sur place». Ce qui n'est pas toujours le cas. Pour Hassen Khelifati, PDG d'Alliance Assurances, «généralement, ce sont les expertises (parfois un peu complexe) qui allongent les délais de règlement des dossiers».
En 2010, quelques compagnies (Alliance Assurances, CIAR, CASH, Salama, Cardif) ont augmenté le niveau de leurs indemnisations par rapport à 2009, alors que d'autres affichaient des baisses en la matière. «Nous avons payé le maximum de sinistre», explique M. Khelifati, en précisant qu'en 2011, 30 000 dossiers de sinistres ont été payés sur un total de 35000 enregistrés.Il reste, selon lui, de «la responsabilité des pouvoirs publics d'imposer qu'il y ait des règles pour que les compagnies soient plus diligentes, notamment dans le cas de sinistre inter-compagnies et des recours dans le cadre de la responsabilité civile automobiles».
Bien que des enquêtes ont été menées autour de ce problème, son règlement ne semble pas trouver de solution efficace. Selon Amara Laâtrous, président de l'Union des assureurs et de réassureurs, «les compagnies se sont entendues pour engager des campagnes de liquidation de dossiers afin d'en finir avec les contentieux». Il reconnaît toutefois que «la gestion des sinistres et le règlement des contentieux doivent intervenir quotidiennement par des procédures ordinaires et ne pas être comme c'est le cas aujourd'hui le fruit de procédures exceptionnelles».
Dans ce cadre, et concernant l'indemnisation des victimes d'accidents corporels de la circulation, le CNA a mené en 2011 une concertation autour de la mise en œuvre d'un programme d'actions visant à systématiser l'offre de règlement amiable.
Des représentants des assureurs et des autres institutions (Justice, DGSN, CNAS, etc.) se sont concertés pour introduire dans le dispositif juridique des dispositions visant à informer systématiquement la victime ou ses ayants droit de la procédure de règlement amiable et intégrer dans la procédure de constatation, l'offre de règlement systématique. Le résultat de ces travaux sera bientôt soumis à l'assemblée générale du CNA, selon Benbouabdellah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.