La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie compte 37,1 millions d'habitants
Dernier rapport de l'Office national des statistiques
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2012

Les enfants de moins de 5 ans représentent 11% de la population. La population âgée de 15 à 59 ans est de 64,4%. En 2013, la population globale sera de 38 millions. Il y a eu, en 2011, 900 000 naissances et 162 000 décès l Le sexe masculin représente 50,6% de la population.
La population algérienne a substantiellement augmenté en une année. Elle est de 37,1 millions en janvier 2012, a indiqué hier un rapport de l'Office national des statistiques (ONS). Elle était de 36,3 millions en 2011. Le taux d'accroissement est de 2,3%, ce qui représente 748 000 personnes de plus. Cette évolution démographique est considérée par l'Office «comme importante par rapport à celle observée dans les années 2000». «Si ce niveau d'accroissement devait se maintenir, la population résidente se rapprocherait probablement, au 1er janvier 2013, de 38 millions d'habitants», estime l'ONS, cité par l'APS. Cette progression démographique «naturelle» a commencé en 2008 avec 1,92%. Elle est passée à 1,96% en 2009, 2,03% en 2010 et 2,04% en 2011. A ce rythme, l'Algérie comptera 37,8 millions d'habitants.
Cette dynamique démographique s'explique, entre autres, par l'augmentation considérable et continue du nombre des mariages, des naissances et des décès, est-il relevé dans le rapport. Le nombre de mariages a en effet grimpé de 7% par rapport à 2010. L'année dernière, il y a eu 369 031 unions. Et le volume des naissances a dépassé la barre des 900 000, «seuil jamais atteint auparavant», précise l'Office, pour lequel la mortalité a connu également un taux d'accroissement de 4,41% ; il y a eu 162 000 décès en 2011. Quant à la structure de la population, les hommes maintiennent leur légère domination. Ils représentent 50,6% de la population globale contre 49,4% de femmes. Aussi, les jeunes représentent la majorité de la population. Ceux âgés de moins de 5 ans passent de 10,7% en 2010 à 11% l'année dernière, ce qui «témoigne de l'augmentation récente de la natalité», indique l'ONS.
Mais la part de la population âgée de moins de 15 ans connaît une légère baisse, à 27,7% de la population totale. Même constat pour la population en âge d'activité (15 à 59 ans) qui est passée de 64,5% à 64,4%, mais continue de représenter la part la plus importante de la population, tandis que la part des personnes âgées de 60 ans et plus poursuit sa progression, passant de 7,7% en 2010 à 7,9% de la population totale en 2011.
Les jeunes toujours plus nombreux
Quant au nombre de femmes en âge de procréer (15-49 ans), il est estimé à 10,4 millions contre 10,2 millions en 2010, affirme l'ONS. Pour la natalité, l'Office relève que la progression des naissances se poursuit avec une augmentation de 909 563 naissances vivantes en 2011 par rapport à 2010, soit une moyenne de 2500 naissances vivantes par jour. Le volume des naissances vivantes a connu un accroissement relatif de 2,4% en 2011. Cet accroissement est considéré par l'ONS comme «limité par rapport au rythme d'évolution observé ces dernières années».
La répartition de ces naissances par sexe révèle 104 garçons pour 100 filles, indique cet organisme public. L'évolution récente du nombre de naissances indique que la natalité, en Algérie, «maintient le cap vers un niveau de plus en plus élevé», commente l'ONS, précisant que le taux de natalité n'a pas été très affecté par cette augmentation, puisqu'il est passé de 24,68 pour 1000 à 24,78 pour 1000 entre 2010 et 2011.
Le rapport de l'ONS fait état également de la stabilisation de la fécondité chez les femmes. Les nouveaux couples font moyennement 3 enfants. Ainsi, les nouvelles familles sont composées généralement de cinq membres. Fini donc les familles nombreuses des années 1970 et 1980. Les explications peuvent ainsi être trouvées dans la situation socioéconomique de plus en plus difficile pour de nombreux Algériens. Mais il n'y a pas que cela. Il y a aussi le mode de vie et de consommation qui a complètement changé. A cela s'ajouterait la prise de conscience des Algériens de la nécessité de réguler la natalité.
D'ailleurs, une récente étude atteste que 70% des femmes mariées ont eu recours à la contraception. Dans la rubrique nécrologique, l'ONS relève aussi une légère hausse de décès : 162 000 Algériens sont morts en 2011, soit 3% de plus par rapport à 2010. Cela s'est traduit par une légère augmentation du taux de mortalité qui est passé de 4,37% à 4,41%.
Une augmentation de 0,6 point. L'espérance de vie à la naissance a progressé à 76,5 ans contre 76,3 ans en 2010 et 75,5 ans en 2009, soit 75,6 ans pour les hommes et 77,4 ans pour les femmes. La mortalité infantile continue de baisser en 2011, reculant de 0,6 point, alors que la mortinatalité a connu, quant à elle, un important recul. Le nombre passe de 16 444 à 15 480. La population de l'Algérie a franchi le seuil des 30 millions d'habitants en 2000, puis les 35 millions dès 2009 pour dépasser les 37 millions en 2011. Elle sera de l'ordre de 40 millions en 2020.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.