Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rachida El Azzouzi. Journaliste et réalisatrice française : le peuple a appris à dire non
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 22 - 06 - 2012

Elles ont couvert les événements de Tahrir et la chute de Moubarak en 2011. Marion Guénard, Rachida El Azzouzi, Pauline Beugnies et Nina Hubinet, quatre journalistes françaises et belges réalisent un web-documentaire sur la jeunesse égyptienne. L'une des initiatrices du projet, Rachida El Azouzi, nous dessine le portrait des jeunes de la révolution, au-delà de la désinformation.
-Qu'est-ce qui a motivé la réalisation de ce web-documentaire ?
Notre histoire, c'est celle de quatre journalistes installées au Caire. Photographe, journalistes de radio ou de presse écrite, nous avons couvert la révolution du 25 janvier 2011 pour nos médias respectifs et suivi, nuit et jour, les jeunes activistes à la pointe du mouvement. Au lendemain de la chute du raïs Moubarak, époustouflées par leur courage, leur détermination et leur enthousiasme, nous nous sommes dit qu'il fallait absolument poursuivre l'aventure à leurs côtés et sortir de la place Tahrir pour aller à la rencontre de la jeunesse mais dans toute sa diversité, celle qu'on a ni vu ni entendu dans les médias, activistes ou pas, engagés ou éloignés de la politique, étudiants, paysans, ouvriers, de Louxor au Sinaï. Aujourd'hui, nous lisons dans les journaux le portrait pessimiste d'une Egypte qui sombre dans le chaos politique. C'est oublier ces jeunes porteurs d'un espoir fou.
-Génération Tahrir, c'est également un blog bien informé. On retrouve le parcours du jeune Halim. La vague de répression en Egypte cible essentiellement les jeunes. Comment réagissent-ils aujourd'hui ?
Halim Hanesh est en effet l'un de nos personnages. Militant de Justice et Liberté, un mouvement de jeunes pro-démocratie, l'un de ceux qui ont appelé les Egyptiens à descendre dans la rue le 25 janvier 2011, il a été arrêté par la police militaire, début mai, pendant les affrontements dans le quartier d'Abbassiya. Relâché après cinq jours de détention, il illustre parfaitement le quotidien actuel de la jeunesse révolutionnaire qui vit un cauchemar éveillé avec la présidentielle qui se joue actuellement entre Morsy, le candidat islamiste et Chafik, figure décriée de l'ère Moubarak.
-Une répression quotidienne ?
Féroce et toujours d'actualité, la répression n'est plus orchestrée par la police qui a perdu tout son crédit pendant la révolution, mais par la police militaire. La bonne nouvelle, c'est que depuis la chute du raïs, le peuple a appris à dire non. Les jeunes que nous suivons le prouvent. Ils n'ont plus peur de se confronter à l'autorité, ce qui, en soi, est une révolution majeure. Ils s'opposent à leurs parents qui ont courbé l'échine sous la dictature, à l'armée qui a confisqué la révolution, aux vieux caciques des Frères musulmans qui ne comprennent rien à leurs aspirations ou encore à l'Eglise qui leur dit pour qui voter. Cette rupture générationnelle est justement le fil rouge de notre travail.
-Le harcèlement sexuel est un phénomène lourd. La révolution n'a rien changé…
En effet. Vendredi dernier, des femmes manifestaient justement contre le harcèlement sexuel sur la place Tahrir. Elles ont été attaquées par un groupe d'hommes. Les chiffres parlent d'eux-mêmes : en 2008, une étude du centre égyptien pour les droits de la femme révélait que 83% des femmes interrogées étaient harcelées. Peut-être que le phénomène est moins tabou. Des femmes sortent du silence. Il y a aussi des initiatives salvatrices comme celle du site Harassmap, lancé en 2010, qui recense les cas de harcèlement sexuel en Egypte. Les Femmes du bus 678, le film du réalisateur égyptien Mohamed Diab, présenté dernièrement au Festival de Cannes, en France, raconte très bien le fléau. Il est tiré de faits divers et d'une histoire vraie. Celle de Noha Rochdi, la première victime d'agression sexuelle à avoir été reconnue par la justice égyptienne en 2008. On peut espérer qu'il participera à faire évoluer les mentalités.
-Avez-vous subi le harcèlement sexuel dans l'exercice de votre métier ?
Malheureusement, oui. Chacune de nous peut témoigner d'attouchements ou de réflexions obscènes dans les rues, le métro, le bus. Voilées ou dévoilées, en jeans ou en niqab, Egyptiennes ou Occidentales, nous sommes toutes logées à la même enseigne et encore nous, les Occidentales, sommes chanceuses. Nous nous indignons plus spontanément. Longtemps, j'ai boycotté les wagons femmes du métro du Caire, une manière de m'indigner contre la séparation des sexes dans les transports en commun. J'avoue que j'ai changé d'avis, car c'est un refuge. C'est d'ailleurs très difficile de fermer les yeux et de ne pas réagir. Personnellement, j'ai du mal à contenir ma colère et à garder le silence. Je le vis comme une violation et hurle en prenant à partie les témoins de la scène.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.