Le Président Tebboune entame lundi une visite de travail en République arabe d'Egypte    Barça : Memphis Depay de retour en Eredivisie ?    Lancement d'une nouvelle campagne nationale de vaccination    Foot/ Ligue 2 : victoire de l'ASM Oran devant le MC Saida (2-0)    Wilaya d'Alger: réseau de trafic de stupéfiants démantelé et plus de 2.000 comprimés psychotropes saisis    Mostaganem: exportation de câbles électriques au Sénégal    Le peuple sahraoui déterminé à défendre son droit à l'indépendance par tous les moyens légitimes    Le FFS dénonce "une grave dérive du pouvoir"    L'Allemagne va livrer à l'Ukraine un hôpital de campagne    Foot, force et démocratie    Les avocats prônent la prudence    Barça : Ansu Fati face à un choix difficile    "L'Algérie a les moyens de rivaliser avec les meilleures nations au monde"    "Je vais me remettre en question"    Lait subventionné : l'augmentation du prix n'est pas à l'ordre du jour    Placement de près de 19 000 demandeurs d'emploi en 2021    Le Cnapeste reporte sa grève    Quand la quête de vérité met la lumière sur un passé sombre    Taghit, une source d'inspiration pour les artistes    Au moins 70 morts dans une frappe de la coalition contre une prison    Le Cameroun sur le chemin des Verts    Cap sur la Coupe de la CAF !    Les championnats à huis clos    Pressions franco-allemandes sur Kaïs Saïed    44,6 millions d'habitants en Algérie en janvier 2021    Recul de l'activité au 3e trimestre 2021    Plus de 20 000 interventions effectuées par la Direction du commerce en 2021    Qui succédera à Mohcine Belabbas ?    T'wakhdhet !    Deux en un sur le podium    Il y a dix ans nous quittait Cherif Kheddam    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    113 postes de formation en doctorat ouverts    Les voleurs de câbles de Séraidi sous les verrous    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Bouslimani affiche ses intentions    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



cerné, le président centrafricain appelle à l'aide
Bangui risque de tomber entre les mains des rebelles du Sélaka
Publié dans El Watan le 29 - 12 - 2012

Après le Sahel, c'est au tour de l'Afrique subsaharienne de sombrer dans la crise politico-sécuritaire.
Outre le Nigeria qui n'en finit toujours pas de compter les morts dans le nord du pays, où le groupe terroriste Boko Haram continue à imposer son diktat, la situation devient de plus en plus critique en Centrafrique. Sous-équipées, les forces armées centrafricaines n'arrivent pas à faire face aux rebelles du Sélaka qui ont sommé, mercredi, le pouvoir de déposer les armes. Après avoir pris les villes de Ndélé, Bria, et Bambari, ils ont mis la main, mardi, sur la ville stratégique de Kaga Bandoro. Le Sélaka, coalition de plusieurs groupes armés dans le pays, a repris les armes le 10 décembre, exigeant que les autorités à Bangui respectent les accords de paix signés entre 2007 et 2011. Ces accords prévoyaient notamment un programme de désarmement, de démobilisation et de réinsertion.
Le Tchad et le Congo-Brazaville – qui ont beaucoup aidé le président centrafricain, François Bozizé, à prendre le pouvoir – restent aussi timides face à la situation. N'Djamena y a bien envoyé des éléments de son armée à bord d'une vingtaine de véhicules. Ceux-ci se sont toutefois positionnés en force d'interposition et non d'attaque. Cette passivité du Tchad, lui vaut d'être accusé par certains Centrafricains d'être responsable de la situation et de soutenir les rebelles.
Les chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC), réunis vendredi dernier en urgence à N'Djamena, avaient accepté de renégocier différents accords de paix avec les rebelles, cela à condition toutefois que ceux-ci se retirent des villes qui sont tombées entre leurs mains dans un délai n'excédant pas une semaine. Mais ainsi qu'il fallait s'y attendre, la requête avait été rejetée par les rebelles. Ils ont dit refuser d'effectuer un retrait sans la conclusion préalable d'un accord de cessez-le-feu.
Devant les grands risques de dérapage, une mission de conciliation de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC) a pris attache hier avec le pouvoir centrafricain et les rebelles. Objectif prioritaire : tenter de les amener à la table des négociations au mois de janvier 2013. La CEEAC veut obtenir un cessez-le-feu sur le terrain, avant des négociations entre les deux parties, probablement à Libreville au Gabon. La mission, dirigée par le général congolais (Brazzaville) Guy-Pierre Garcia, secrétaire général adjoint de la CEEAC, est composée de six personnes. Parallèlement, les ministres des Affaires étrangères de la CEEAC devaient se rencontrer hier aussi à Libreville, selon une source au ministère gabonais des Affaires étrangères.
Washington ferme son ambassade
En attendant, le Conseil de sécurité de l'ONU s'inquiète de la situation, condamnant les attaques armées contre plusieurs villes du pays par la coalition Seléka de groupes rebelles. Les membres de l'organe sécuritaire de l'ONU ont ainsi appelé les groupes rebelles à cesser «immédiatement les hostilités, se retirer des villes capturées et cesser toute progression vers la ville de Bangui», la capitale de la République centrafricaine. Ils ont également demandé à toutes les parties de chercher «une solution pacifique à la crise dans le pays en coopérant de manière constructive dans le cadre d'un dialogue politique approprié» et à s'abstenir de tout acte de violence contre les civils et de respecter les droits de l'homme.
Eu égard à la grande confusion qui règne dans ce pays, les Etats-Unis ont annoncé, jeudi soir, avoir fermé leur ambassade en Centrafrique et fait évacuer leur ambassadeur et son équipe. Se sentant lâché par son influent allié français, le président centrafricain a appelé la communauté internationale à l'aide. Pour le moment, les Français restent prudents par rapport cette crise. Ils donnent l'impression même de vouloir temporiser pour voir comment évoluera la situation sur le terrain.
La Centrafrique, pays enclavé de cinq millions d'habitants, était engagé depuis 2007 dans un processus de paix après des années d'instabilité, de multiples rébellions, mutineries militaires et putschs qui ont ravagé son tissu économique et l'ont empêchée de tirer profit de ses ressources naturelles. La Force multinationale d'Afrique centrale, mise en place en 2008, avait pour mission d'aider à consolider la paix dans le pays. Elle a compté jusqu'à 500 soldats en provenance du Gabon, de la République démocratique du Congo, du Tchad et du Cameroun. Elle avait commencé à se retirer progressivement de la Centrafrique, qu'elle était censée quitter définitivement avant le 31 décembre 2013.
Ce processus de paix a été toutefois mis en danger par la gestion chaotique du successeur du président Ange Félix Patassé. Depuis l'arrivée au pouvoir de M. Bozizé, la Centrafrique est devenue un pays encore plus pauvre. L'élite s'est enrichie alors que la population s'est appauvrie. Le Parlement n'est par ailleurs pas représentatif. Un exemple flagrant de dérive : le quart de l'Assemblée est issu des proches du Président.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.