Ligue 1 Mobilis: duel à distance pour la place de dauphin, choc "à six points" pour le maintien    Grand Prix International de la Ville d'Alger: 70 coureurs au départ de l'édition 2024, prévue sur 82,5 km    Les SMA célèbrent leur Journée nationale sous le slogan "Les Scouts toujours au service de la patrie"    Deuxième Forum du livre: une quinzaine d'inventeurs et de créateurs algériens distingués    10 ème Forum mondial de l'eau: une délégation officielle saoudiennne rend visite au stand algérien    Attaf copréside une séance de travail avec son homologue sénégalaise    L'armée sahraouie cible le siège d'un bataillon des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    La prévention des conflits en Afrique devrait être une priorité    Deux terroristes abattus dans la wilaya de Chlef    Benbraham exhorte depuis Akbou à amplifier le mouvement associatif    Le renforcement du parc hôtelier entraînera la baisse des prix    Formation professionnelle: Merabi préside une réunion d'évaluation de l'état d'avancement du processus de numérisation    Pêche: Badani donne à Tipasa le coup d'envoi de la campagne de pêche au thon rouge    Agriculture: Création d'une entreprise publique de développement des cultures agricoles stratégiques    Infrastructures routières: accorder une importance majeure au Grand sud    La rencontre du président de la République avec les chefs des partis politiques représentés aux Assemblées élues saluée    Mondial de para-athlétisme : médaille d'or et record du monde pour l'Algérienne Safia Djelal au lancer de poids    « Son application ne fera que renforcer l'Etat et protéger le citoyen de tout acte malveillant »    Mise à jour de la Ligue 1 Mobilis    US Souf : Six mois de suspension fermes pour le dirigeant Attoussi Belkhir    L'Algérien Nassim Saïdi vainqueur de la 24e édition    La Norvège va reconnaître l'Etat de Palestine à compter du 28 mai    La CPI doit également enquêter sur les ministres britanniques    L'entité sioniste persiste dans sa politique de profanation et de judaïsation de la Mosquée Al-Aqsa face au silence de la communauté internationale    Le HCLA célèbre la littérature pour enfants    Poursuite des campagnes d'hygiène et de propreté en prévision de la saison estivale    Saisie de 7,920 capsules de psychotrope et arrestation de 7 individus    Ouverture à Alger de la 2e édition    Le projet d'extension de l'aérogare réceptionné    Ouverture du 16e Salon national des arts plastiques    "Zawaya", nouvelle plateforme électronique dédiée aux productions cinématographiques et télévisuelles algériennes    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 27 juin 2024    « c'est ainsi que La Bataille d'Alger nous inspire ! »    Le Président Tebboune rencontre les chefs des partis représentés au sein des Assemblées élues    Le président de la République rencontre les chefs des partis politiques représentatifs au sein des Assemblées élues    Message de condoléances du Président Tebboune    Le pouvoir politique US des deux poids, deux mesures….    Palestine. Mieux vaut tôt que jamais    Le droit de massacrer, de Sétif à Gaza    Megaprojet de ferme d'Adrar : « elmal ou Etfer3ine »    Témoignage. Printemps Amazigh. Avril 80    Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    L'imagination au pouvoir.    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Café littéraire de Béjaïa : Djemila Benhabib invitée de marque
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 12 - 02 - 2013

Djemila Benhabib est venue présenter au café littéraire de Béjaïa, auquel elle a réservé la primeur, son dernier ouvrage intitulé L'automne des femmes arabes, Chronique du Caire et de Tunis, publié aux éditions Koukou, et qui sera dans quelques jours sur les rayonnages des librairies.
Dans cet ouvrage qui s'imprègne de la même matière que les deux précédents, Ma vie à contre Coran et Les soldats d'Allah à l'assaut de l'Occident, elle développe «à travers un prisme féministe» les répercussions des révolutions arabes sur la vie des femmes. Au cœur de l'ouvrage, la lancinante question qui est celle de donner un autre prolongement aux luttes pour la démocratisation de ces sociétés rencontrées, ou celle de savoir «comment vivre ensemble au-delà des différences» en lesquelles il faudrait voir plutôt «une richesse».
Une telle voie, explique-t-elle à un auditoire captivé, est menée sur deux fronts contigus, l'émancipation des femmes et la séparation des pouvoirs politiques et religieux.
Or, Djemila Benhabib dit, au vu des premiers pas des nouveaux pouvoirs islamistes, après leurs victoires aux élections, que l'offre est «incompatible» avec les vraies demandes. Elle en revient à l'exemple de l'Egypte où, étaye-t-elle son constat, les priorités n'auraient pas été finalement de remettre sur pied une économie qui tire la langue, mais d'inscrire des projets de lois qui restreindraient les libertés des femmes.
En Tunisie, deux donnes ont des relents politiques, «la résistance pour une projection moderniste et des accointances du gouvernement nahdaoui avec une orientation salafiste». Elle cite en cela une tentative d'intrusion de dogmes islamistes à l'université de Manouba. Dans le débat qui a suivi sa conférence, elle se défend de dédouaner les anciens régimes. Aussi, elle renvoie dos à dos «deux visions qui ont mené à une terrible régression».
Elle soutient enfin qu'un refoulement et une frustration en matière d'émancipation des femmes «éclaboussera toute la société».
Sur l'incapacité des démocrates à interférer dans les orientations politiques, il est noté chez eux, comparativement aux mouvements islamistes, une asymétrie des canaux de dynamisation conjuguée à l'éparpillement des forces.
Auparavant, elle se réfère d'abord à l'Europe où l'on s'était défait d'une fusion du religieux du politique, elle est revenue ensuite sur les possibilités offertes aux sociétés des deux pays par les réformes de séparation, les années 1920 en Egypte et la fin des années 1950 en Tunisie.
Il faut dire que le petit amphi de la résidence universitaire, ex-ITE, d'Aâmriw contenait difficilement son monde.
Une histoire d'interdiction qui ne dit pas son nom contraindrait épisodiquement leurs activités ; à en croire les animateurs du café littéraire, une telle proscription est due au profil et à la nature de l'engagement de ses hôtes.
C'est en ce sens, doit-on croire, qu'une grande salle leur aurait été refusée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.