Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Milan : Pioli est désolé, mais...    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Hirak, quels débouchés politiques ?    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Sans diagnostic point de remède !    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Birtouta ne dispose pas d'infrastructures : un seul lycée pour toute la commune
Alger : les autres articles
Publié dans El Watan le 27 - 02 - 2013

L'APC de Birtouta, où de nouvelles cités d'habitation ont été livrées en 2010 et 2011, souffre du manque d'infrastructures (lycée, bibliothèques, aires de jeux, etc.).
Le centre-ville de la commune de Birtouta, avec son ancien kiosque à musique et ses demeures coloniales, a changé de physionomie. Avec la livraison des nouvelles cités, cette commune à vocation agricole est devenue une grande cité-dortoir sans équipements. Les familles relogées dans les nouvelles cités AADL (1680 Logements), originaires principalement d'El Harrach et ses quartiers limitrophes, se plaignent de l'absence criante d'équipements d'accompagnement.
«L'APC s'est développée de manière anormale. Selon le recensement de 2007, notre commune comptait un peu plus de 32 000 habitants. En 2013, on en recense 45 000. Plus de 2000 logements ont été distribués entre 2010 et 2011. Avec les nouveaux programmes (2005 logements sociaux à Sidi M'hamed principalement) ce nombre dépassera allégrement les 60 000 résidants», soutient Ali Moussa Ahmed, vice-président de l'APC chargé du sport et de la culture. L'élu, qui en est à son deuxième mandat, regrette que l'extension disproportionnée de la localité ne soit pas accompagnée d'infrastructures de base telles que les écoles, les bureaux de poste, les aires de jeux.
«L'unique lycée de la commune, conçu pour 800 élèves, en accueille actuellement 2225. Faute d'une autre infrastructure, des lycéens qui viennent, en plus des nouvelles cités, des haouchs et même de la commune limitrophe d'Ouled Chebel, ont été scolarisés dans une annexe à Baba Ali et dans le groupe scolaire Rabah Brakni», précise Ali Moussa Ahmed, qui fait remarquer que des familles ont refusé d'envoyer leurs enfants au nouveau lycée de Kheraïssia du fait que des «étrangers à la commune (Ouled Chebel) sont prioritaires dans leur scolarisation dans notre lycée».
Deux groupes scolaires et un CEM sont en cours de construction, mais ils s'avéreront insuffisants vu le nombre d'élèves qui se serrent dans les salles de classes surchargées. «Le nouveau CEM en chantier devrait ouvrir à la prochaine rentrée scolaire. Nous souhaitons qu'il soit transformé en lycée car les élèves du palier moyen n'ont pas de problème d'infrastructure. L'actuelle équipe municipale souhaite la réactivation des projets de lycée et CEM, offerts par l'ancien dirigeant libyen El Gueddafi. Le choix de terrain pour ces deux infrastructures a été fait à la cité nouvelle Colonel Othmane», signale le vice-président de l'APC, qui affirme que les autorités de wilaya (direction de l'éducation ouest à Chéraga et APW) et même l'APN ont été destinataires de correspondances pour la prise en charge des problèmes du secteur de l'éducation.
Les quartiers de Bab Ali, deuxième plus gros bourg après le chef-lieu, manquent d'infrastructures scolaires. «Bab Ali dispose de trois écoles, mais se trouve par contre sans CEM. Le centre Ali Bouhadja ne dispose, lui, que d'une seule école. La commune a, en tout, 4 CEM. Seule satisfaction, le transport scolaire est assuré à travers une flotte de 8 bus. Tout nos efforts resteront insuffisants sans la bonne volonté des hautes autorités», déclare l'élu. La commune ne disposant pas non plus d'infrastructures pour la jeunesse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.