Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Oran menacée par ses eaux souterraines
Le constat est alarmant
Publié dans El Watan le 02 - 09 - 2013

Pour un spécialiste de l'université d'Oran, «la remontée de la nappe phréatique provoque des désordres dans la ville».
La totalité des sebkhas et autres dayas qui caractérisent la wilaya d'Oran sont en général à cette période de l'année à sec. Sauf bien entendu dans les parties où elles servent de réceptacle aux eaux usées des agglomérations voisines. Il est toutefois impossible que l'accumulation de ces eaux vienne à couvrir les grandes surfaces que constituent ces dayas. C'est pourtant bien ce qui arrive à Dayat Morsli, plus connue sous l'appellation de Petit Lac, même si cette dernière est certainement la plus petite des dayas de la wilaya d'Oran. Promu à un bel avenir, Dayat Morsli, qui se trouve aujourd'hui au centre du grand Oran, devait en principe devenir un haut lieu de villégiature pour les Oranais après avoir été la première décharge de la ville.
D'ailleurs, un programme de dépollution et de revitalisation avait été mis en place dès le début des années 2000. Les eaux usées et polluées de la zone industrielle voisine furent interdites de déversement alors que la société civile fut invitée à venir planter des arbres et autres végétaux lors des différentes campagnes de reboisement. D'ailleurs, la présence périodique de bandes de flamants roses et autres volatiles de passage fut largement saluée et considérée comme une avancée notable en matière de dépollution du lac. Il y eut même quelques appels d'offres invitant les investisseurs potentiels à venir participer à la création d'une zone de loisir au centre d'Oran.
D'où provient donc ce million de m3 d'eau qui alimente aujourd'hui cette daya de quelque 100 ha ? Il faut dire qu'en bordure de Petit Lac se trouve une grande station de relevage du réseau principal de collecte des eaux usées du grand Oran et qui alimente la station de traitement des eaux usées d'El-Kerma. A la direction d'assainissement de la société des eaux d'Oran (SEOR), on est formel : «aucune eau usée provenant du réseau urbain ne peut se déverser dans la dépression de Petit Lac, même en cas d'accident ou de panne technique, les eaux usées de la ville reprendront l'ancien tracé pour aboutir dans la mer», nous dira M. Bouhadasous, directeur de la SEOR.
Les eaux de Petit Lac seraient donc d'origine naturelle. Pour un spécialiste de l'université d'Oran, «il s'agit tout simplement de la remontée de la nappe phréatique». Une nappe qui n'en finit pas de provoquer bien des désordres dans la ville. Pas très loin de cette daya, le projet de la trémie de la citée Emir Abdelkader a tourné au cauchemar pour les ingénieurs des travaux publics tant la remontée des eaux usées pose de sérieux problèmes aux techniciens en charge du projet. C'est aussi là que se situerait l'origine de l'épineux problème des caves et autres sous-sol inondés du centre-ville. Problème qui mettrait sérieusement en danger bien des bâtisses dans la ville coloniale. «La nature se venge», disent quelques nostalgiques qui voient dans la construction de hautes tours et de profonds sous-sol la principale raison des dérèglements géologiques que connaît la ville.
La mise en place d'un réseau de récupération des eaux de surface, qui nécessiterait la pose de quelques milliers d'avaloirs, idée maîtresse du partenaire espagnol «Agar», concessionnaire de la gestion de l'assainissement de la ville. Ce réseau viendrait, dit-on, compenser l'absence sous la ville de réseau naturel d'écoulement et de drainage des eaux. L'idée qui semblerait trouver une oreille très favorable auprès des autorités locales ne fait pas l'unanimité auprès des spécialistes et de la communauté scientifique qui avancent que le bassin versant des eaux souterraines qui alimente la nappe se situerait bien au-delà de la ville.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.