Mohamed Salah évoque sa relation avec Mahrez    Liverpool : Klopp n'est pas étonné pour Bruno Fernandes    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des arbres brûlés dans l'enceinte de la maternité
EHS DE SIDI MABROUK
Publié dans El Watan le 05 - 01 - 2014

Des travaux d'extension de la maternité de Sidi Mabrouk ont été engagés récemment.
Une nouvelle structure d'une capacité d'accueil de 60 lits sera érigée à proximité des bâtiments abritant les services de l'EHS mère-enfant. Une bonne nouvelle donc pour les patientes mais aussi pour le personnel de l'EHS qui fait face à une situation intenable. Totalement submergé et croulant sous la pression, le service obstétrique-gynécologie de cette maternité conçu pour 64 lits, accueille actuellement, selon ses responsables, près de 12 000 parturientes par an ; 250 patientes sont prises en charge quotidiennement, précisent les mêmes sources. C'est dire la pression et la charge de travail que doit subir chaque jour le personnel de la maternité pour qui l'extension en cours devrait alléger considérablement la charge de travail et améliorer les conditions d'accueil des parturientes. Mais il y a tout de même un hic. Il s'agit en fait des conditions dans lesquelles les travaux engagés par l'entreprise en charge du projet sont menés.
Cette dernière a dû abattre des dizaines de sapins, centenaires pour certains, pour dégager le site devant abriter le nouveau bâtiment. Des dizaines d'arbres abattus dans ce qui est considéré par les habitants comme «le poumon» de Sidi Mabrouk puisqu'il constitue le seul espace vert qui reste dans ce quartier avalé par le béton. Cependant, considérons cela comme un mal pour un bien du moment qu'il s'agit d'un projet d'utilité publique. Mais là où le bât blesse c'est de voir les responsables du projet brûler dans l'enceinte même de la maternité, dans un souci d'économie probablement, les arbres abattus, sans se soucier des dangers que peut causer l'épaisse fumée dégagée, pour les patientes et les nouveau-nés hospitalisés au sein de cette maternité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.