Le Président Tebboune préside une séance de travail au siège du MDN    Entre indifférence et inconscience    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Deux terroristes neutralisés, un autre s'est rendu en mai dernier    Le RND dénonce les campagnes d'information tendancieuses des médias français contre l'Algérie    Un webinaire interactif pour la région Mena    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Manchester City : Mahrez victime d'un cambriolage à plus de 500 000 euros    Le procès de Karim Tabbou renvoyé au 29 juin    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    Mila : 73 enfants victimes de violences depuis le début de l'année    On vous le dit    La sanction infligée à l'émission "Insahouni" d'Ennahar TV réduite à une suspension provisoire    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Sidi Bel Abbès: Plus de 400 kg de viande issue de l'abattage clandestin interceptés    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    "La chloroquine a prouvé son efficacité" selon Benbouzid    Les plages algéroises interdites à la baignade    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'option du boycott de l'opposition se précise
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 29 - 01 - 2014

Au fur et à mesure que les partisans de Abdelaziz Bouteflika multiplient les sorties médiatiques pour réclamer un quatrième mandat, les appels au boycott du scrutin présidentiel s'accentuent. Et la tendance n'est pas près de s'arrêter.
Comme lors des élections législatives de 2012, le RCD est le premier parti politique à annoncer qu'il boycottera officiellement le scrutin d'avril prochain. A l'issue de la réunion de son conseil national, le parti a estimé que «la prochaine Présidentielle, censée consacrer une rupture avec les pratiques frauduleuses en cours depuis 1962 (…), est encore compromise. Le flou et l'opacité qui ont prévalu durant toute cette période sur la Présidentielle d'avril 2014 sont un signe de plus sur le refus de l'alternance déjà consacré à travers le viol de la Constitution en 2008. L'élection de cette année n'est rien d'autre qu'une tromperie continuellement reproduite».
Le même argument est repris par le Mouvement de la société pour la paix (MSP). Abderrazak Makri a averti que «l'élection présidentielle de 2014 sera fraudée» au profit du candidat du système, qui sera probablement Abdelaziz Bouteflika. «Il n'y a aucune garantie d'élection transparente», a appuyé le leader islamiste qui, comme le RCD, veut faire campagne en faveur du boycott de l'élection.
Avant la décision des deux partis de l'opposition, Abdallah Djaballah avait insinué qu'il ne prendrait pas part à l'élection, même si les instances de son parti, le Front de la justice et de la démocratie (FJD), n'ont pas encore définitivement tranché la question. «Laissons Bouteflika concourir seul», a-t-il proposé.
En plus de ces «boycotteurs», d'autres candidats et partis politiques risquent de bouder le scrutin présidentiel. C'est le cas du président de Jil Jadid, Soufiane Djilali, qui avait indiqué : «Si Bouteflika se présente, je me retire.» «Je confirme que notre candidat se retirera si le président Bouteflika se porte candidat», a déclaré, hier, Sofiane Sekhri, chargé de communication du candidat. «Jusque-là, nous poursuivons la collecte des parrainages. Mais si Bouteflika déclare sa candidature, nous allons organiser une conférence de presse pour annoncer notre retrait», a affirmé Sekhri.
Pas de candidat de consensus
Avant l'option du boycott, une solution médiane s'offrait pourtant à l'opposition. Des partis politiques et des personnalités avaient évoqué la possibilité de présenter un candidat commun. «Nous étions prêts à faire toutes les concessions possibles. En vain», a seulement indiqué Makri, qui ajoute : «Nous n'avons rien discuté avec Ali Benflis.» Ce dernier était présenté, un temps, comme le candidat des partis de l'opposition.
Quant au RCD, l'idée de soutenir un autre candidat en dehors de Saïd Sadi n'a pas vraiment effleuré ses responsables. Et Jil Jadid estime, par la voix de son porte-parole, qu'«il n'est pas question de soutenir un autre candidat au premier tour, puisque nous avons le nôtre». «Je n'ai pas créé un parti pour le mettre au service de quelqu'un d'autre», a fulminé, lui aussi, Abdallah Djaballah sur une chaîne de télévision. Autrement dit, l'élection de cette année ne sera pas différente de celles qui ont précédé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.