Zones enclavées: les projets utilisant l'énergie solaire fonctionnent à un rythme appréciable    Nâama : le Moudjahid Boukhari Kouider inhumé au cimetière de Sidi Merbouh    Inauguration de Djamaâ El-Djazaïr: un pôle du juste milieu témoignant du rôle civilisationnel de 1er plan de l'Algérie    Rentrée professionnelle: introduction de nouvelles spécialités à l'Est du pays    Le rôle religieux et civilisationnel de Djamaâ El-Djazaïr dans le monde musulman mis en valeur    L'apport des mathématiques à la langue arabe et aux pratiques cultuelles évoqué à Alger    OCI: Amar Belani rappelle les efforts constants de l'Algérie en faveur de la cause palestinienne    Rentrée professionnelle dans les wilayas du centre: des formations en réponse aux besoins du secteur économique    Energie: le gaz, un combustible incontournable pour accompagner la transition énergétique    Boughali rencontre à Windhoek l'ancien président namibien et la vice-présidente de la République    Un mois après la décision de la CIJ d'arrêter les massacres, l'entité sioniste maintient son action génocidaire à Ghaza    CAN-2024 féminine/amical: les "Vertes" s'imposent face au Burkina Faso 2-0    Equitation/Saut d'obstacles: le cavalier Moundir Mahi s'adjuge le grand prix deux étoiles du concours national à Oran    Le Président de la République félicite Kaylia Nemour pour sa médaille d'or en gymnastique    Naâma: un réseau criminel facilitant l'entrée et sortie des Marocains via les frontières terrestres démantelé    Les plasticiens Mohamed Smara et Taïeb Benabbas Bakhti exposent à Alger    CSJ: lancement des travaux des réunions des commissions spécialisées dans leur 4e session    Président de la République: l'Algérie connaît une profonde mutation à tous les niveaux    L'Algérie, le nouvel exemple à suivre !    Arrestation de trois faux monnayeurs    Plusieurs dispositions pour assurer les ressources fiscales au profit des collectivités locales        Les efforts de l'Etat algérien mis en exergue    Nouvelles attaques contre une base militaire des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    L'apartheid en Palestine doit cesser    L'ONJSA tiendra son 3e Congrès jeudi à l'OCO    36 familles raccordées au gaz à « Ben Jebli 1 », à Tessala    Un montage financier de 40 milliards alloué    Pas facile de faire redonner du goût aux Verts    Athlétisme : Une dizaine d'athlètes de l'élite en stage à Oran    L'état d'avancement des projets de développement énergétiques de la wilaya à l'ordre du jour    Au nom de la vie et du partage    Journées nationales «Milah» du film documentaire et du court-métrage de fiction    Djelfa accueille la première édition    Le ministère de la Communication convoque des journalistes sportifs    «Le service du citoyen au cœur des priorités de l'Administration»    François Gèze, l'engagement, les livres et l'Algérie    Tunisie. Hommage à Ahmed Manaï, un inclassable dissident    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    L'Algérie dans la nasse des Emirats    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    Nouvel an amazigh: Tebboune adresse ses vœux au peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'expérience des privatisations à travers le monde
Confusions autour de la méthode algérienne
Publié dans El Watan le 12 - 06 - 2006

Les privatisations sont menées selon les caractéristiques de chaque pays. Aucune économie au monde ne peut servir de modèle à un autre pays en matière de privatisation.
Tel était le principe que le professeur Camille Sari n'a pas cessé de défendre lors d'une conférence qu'il a animée jeudi dernier à l'institut de management INSIM de Tizi Ouzou sur le thème de « Privatisations : quelques expériences mondiales ». Pour ce qui est du cas de l'Algérie, cet enseignant à la prestigieuse université de la Sorbonne regrette que le processus des privatisations manque de clarté. « Jusqu'à aujourd'hui, le nombre des entreprises privatisables n'est pas connu. Les uns avancent le chiffre de 600 entités, tandis que les autres parlent de près de 10 000. » Il est clair donc, selon le conférencier, que les premiers dénombrent uniquement les entreprises mères alors que les seconds comptabilisent toutes les filiales de chaque entreprise. En revanche, se demande-t-il, si, en Algérie, " c'est l'entreprise mère qui sera privatisée intégralement ou chaque filiale sera traitée à part entière ? ", avant de suggérer la cession de toutes les activités connexes et les filiales dont le travail n'est pas à plein-temps, et ce, en misant sur la sous-traitance pour ce qui est du cas des grandes entreprises industrielles issues de la politique de " l'industrie industrialisante ". M. Sari estime également que le secteur privé économique accuse de retard en se référant aux statistiques de 2005 qui font état de 245 842 petites et moyennes entreprises (PME) privées et 874 publiques. Pour les pays de l'Europe de l'est, le passage vers l'économie libérale n'a pas été un pari gagnant pour tous , de l'avis de ce consultant international. En effet, " seule la Hongrie a réussi sa transition ", estime-t-il. " Lorsque le passage vers l'économie de marché a été décidé, la Hongrie a entrepris de céder carrément ces entreprises publiques à des opérateurs étrangers sachant que le privé national n'en a pas les capitaux nécessaires. Cette démarche a permis une affluence massive d'investissements étrangers vers le pays, au point que près de 50% des IDE en Europe de l'est prennent la direction de la Hongrie ". Ceci au moment où les expériences russe, polonaise ou roumaine sont loin d'être une réussite aux yeux du professeur. En Russie, " le processus des privatisations a profité plutôt à une minorité qui s'est enrichi avec de l'argent sale, tel le richissime Abrahamovitch qui détient aujourd'hui l'une des plus grosses fortunes de ce monde ", dira-t-il. En fait, " l'ouverture du capital des entreprises publiques en distribuant des actions aux salariés, prônée par la Russie a permis aux détenteurs de l'argent de la corruption de racheter massivement les actions des simples ouvriers. Cette démarche a eu des effets désastreux sur l'économie nationale : quelque 30 millions de Russes vivent au dessous du seuil de la pauvreté, la monnaie locale a subi une chute brutale au point que le pays a été en cessation de paiement en 1997 ". Le cas de la Pologne, lui aussi, est présenté sous le prisme de l'échec. Pour le conférencier " la thérapie de choc, visant la généralisation des privatisations en un temps record, adoptée par le syndicaliste Lech Walesa à son arrivée au pouvoir en 1990 a eu des conséquences dramatiques sur l'économie du pays, car, la vente des entreprises publiques au privé national n'a pas permis de renflouer les caisses de l'Etat ". Loin de l'Europe, pour le professeur, la Chine reste le seul pays qui a mené à bien sa marche vers l'ouverture sur l'économie mondiale, du fait que l'économie chinoise, basée sur des facilitations aux étrangers et l'absence totale des mesures protectionnistes, a attiré des IDE vers le pays.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.