Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand le football détrône les études
Les parents poussent leurs enfants à s'y investir à fond
Publié dans El Watan le 01 - 02 - 2014


On dit souvent que le sport c'est la santé.
Et c'est à partir de là que les parents incitaient, généralement, leur progéniture à la pratique du sport. Une logique qui ne semble plus être de notre époque, puisque cette fameuse devise n'est plus ce qui motive les parents, du moins la majorité d'entre eux, à inciter leurs enfants à la pratique du sport en général, et en particulier du football.
En effet, il y a lieu de constater qu'un nouveau phénomène social s'est emparé des parents, qui font des pieds et des mains pour que leurs enfants soient intégrés dans les clubs de foot. Un rush qui devait faire réjouir, tant que le nombre de pratiquants est un signe de vitalité et de réussite dans le sport, et le football en particulier, surtout qu'à une époque, notamment la période post-indépendance, la pratique du foot était considérée comme tabou chez beaucoup de familles, considérant cela comme une perte de temps et surtout un élément perturbateur du cursus scolaire des enfants qui devait assurer leur avenir professionnel. Depuis, les choses ont bien changé, notamment lors de ces deux dernières décennies, avec une majorité de parents de la classe moyenne, qui font de la pratique sportive et plus particulièrement footballistique un nouveau filon d'or et pour cause : la notion du gain par le football, puisque les parents voient dans le football une manière d'assurer l'avenir de leurs enfants, au vu des salaires que peut s'offrir un footballeur en Algérie, et qu'un simple cadre ne pourrait amasser durant une décennie de travail. «Si j'avais su, j'aurais laissé mon fils se consacrer exclusivement au football», nous disait, il y a quelques jours, un père de famille, alors qu'on se penchait déjà sur ce phénomène qui résume la motivation réelle de beaucoup de parents.
Parents, les nouveaux agents de joueurs
Il est d'usage que les recruteurs des jeunes footballeurs, qu'on appelle communément les détecteurs de talents, aillent dans les écoles et les quartiers pour dénicher des jeunes et futurs champions pour leur club employeur, en se basant dans leur quête sur un facteur primordial, à savoir le «talent». Mais de nos jours, il semble qu'avec nos clubs qui ont abandonné leur vocation première de formateurs, ces détecteurs de talents pour leur chercher de jeunes futurs champions ne se servent plus. Une mission qui est désormais vouée aux parents, puisque ces derniers, du moins ceux qui veulent à tout prix voir leurs enfants embrasser une carrière de footballeur, avec le beau «pactole» que touche de nos jours le joueur «professionnel». De ce fait, point de talent qui tienne ou de véritables prédispositions pour le football pour ces enfants, dont les parents usent de divers subterfuges, notamment leurs connaissances et relations, pour placer leurs enfants dans des clubs, dans l'espoir de leur assurer un avenir professionnel et le leur en même temps, puisque pour ceux qui plus au moins émergent, ce sont leurs parents qui font office de managers et donc gèrent la carrière de leurs enfants, aussi bien sur le plan sportif que financier.
Un véritable investissement pour les parents qui voient désormais en leurs enfants une nouvelle source d'enrichissement, vu que le football en Algérie offre tant de «sous», même en l'absence d'un minimum de talent et surtout d'éthique sportive, avec toutes les valeurs véhiculant le sport qui sont désormais devenues des slogans creux et dépassés, pour ne pas dire obsolètes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.