Dette extérieure.. 1,8 milliard de dollars en juin 2018    Registre de commerce électronique.. Seuls 43% des commerçants inscrits    Proches de leur plus haut niveau en trois mois.. Les prix du Brent dépassent les 66 dollars    Cités universitaires.. Hadjar «active» les dispositifs de sécurité    Washington contre l'Europe    Attentat en Iran.. Des terroristes présumés arrêtés    Médaillés lors du 16e Championnat méditerranéen d'Escrime.. Ooredoo honore les escrimeurs algériens    Venezuela.. L'Europe met en garde contre une confrontation    Grand Prix du Concours national du saut d'obstacles.. Chakib Tabarout lauréat    Championnat de Basket-ball (17e journée).. Le leader sur du velours    Lutte antiterroriste.. Un élément de soutien arrêté à M'sila    DJELFA : La daïra d'Aïn Oussera promue wilaya déléguée    ACCUSES D'ENLEVEMENT SUIVI DE VIOL : Deux présumés ravisseurs arrêtés à Bejaia    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Convention africaine de lutte contre la corruption et infractions assimilées (CUA) de 2003    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    Alain Michel au lieu de Bouzidi ?    Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    24 heures    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    Victoire du GSP devant Souihli    «Seules les compétences seront appelées à gérer le club sous Hyproc»    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La mission des choyoukh soufis dans l'unification de la nation    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    L'opposition cherche toujours un candidat    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le sauvetage de l'Algérie est incompatible avec la pérennisation du système actuel»
Le RCD met en garde contre les périls qui guettent le pays
Publié dans El Watan le 25 - 05 - 2014

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) dresse un constat accablant sur la situation politique actuelle et met en garde contre les périls qui guettent le pays.
Dans une résolution qui sanctionne les travaux de son conseil national tenu vendredi dernier, cette formation politique de l'opposition, qui cherche à renforcer son action en faveur de la mobilisation citoyenne dans le sillage du boycott massif de la dernière présidentielle, estime que l'Algérie a raté l'occasion de se doter d'un président légitime capable de faire face aux immenses problèmes qui agitent la nation et de relever les défis auxquels elle est confrontée.
Le RCD se réfère à la désaffection des urnes par les citoyens qui signifie «leur rejet de cette mascarade par la désertion des lieux de rassemblement et parfois l'empêchement des activités des candidats et de leurs représentants». Insistant sur le manque de légitimité du pouvoir actuel, le RCD dénonce «la prestation de serment humiliante, qui a marqué l'investiture d'un chef de l'Etat grabataire, illustre une gouvernance déjà délétère et annonce un chaos qui tétanise le pouvoir».
Pour ce parti, «les consultations autour d'une ultime révision constitutionnelle décidée dans la précipitation sonnent comme une manœuvre de diversion et une fuite en avant d'un régime politique finissant, dépourvu de projet et d'une vision structurante».
Cette formation, qui est membre de la coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD), relève «l'indigence des amendements projetés» qui corrobore «les limites de la manipulation en cours et un recours à des consultations fallacieuses qui virent à un monologue de plus». «Une fois encore, souligne le RCD, les questions sociétales fondamentales liées à la nature de l'Etat, à savoir la refonte institutionnelle, l'officialisation de la langue amazighe et l'équilibre des pouvoirs, sont occultées». Ainsi, il se félicite «du rejet de cette duperie par les acteurs politiques et sociaux crédibles».
Une attitude qui «renforce, estime-t-il, d'autres décisions dont celle exprimée déjà par la Coordination pour les libertés et la transition démocratique constituée de partis de diverses obédiences». Le RCD défend, dans ce sillage, la démarche visant à tenir au début du mois prochain une conférence nationale pour la transition démocratique à laquelle sont conviées plusieurs personnalités politiques nationales, dont l'ancien président de la République, Liamine Zeroual.
«Le RCD, outre son action partisane, œuvre avec des partenaires politiques de l'opposition pour présenter une offre politique rassemblant les forces acquises aux libertés démocratiques afin d'engager une transition démocratique à même de sortir d'un système qui a failli dans ses missions d'assurer liberté, justice et paix aux Algériens», a-t-il souligné, estimant ainsi qu'avant de se lancer dans la compétition électorale il faut «fixer une feuille de route consensuelle définissant les mécanismes à même d'assurer le libre choix des Algériens».
Le RCD reste convaincu que sans le respect du libre choix des Algériens, il est illusoire de voir émerger une représentativité politique légitime et crédible. Ce parti politique, qui dit aspirer à un changement politique profond, s'inquiète «du rétrécissement et de la dilapidation des bases financières que requièrent la cohésion et la stabilité du pays». Il relève, entre autres, l'urgence de lancer de véritables réformes énergiques, critiquant «la décision prise à la hussarde, excluant les partenaires économiques et sociaux de l'exploitation du gaz de schiste, de l'adhésion à l'OMC et d'un nouveau plan de dépenses publiques». Pour ce parti, il s'agit de «politiques de prédation et de faux-fuyants aux conséquences incalculables». Le RCD conclut que «le sauvetage de l'Algérie est incompatible avec la pérennisation du système politique actuel».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.