Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le sauvetage de l'Algérie est incompatible avec la pérennisation du système actuel»
Le RCD met en garde contre les périls qui guettent le pays
Publié dans El Watan le 25 - 05 - 2014

Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) dresse un constat accablant sur la situation politique actuelle et met en garde contre les périls qui guettent le pays.
Dans une résolution qui sanctionne les travaux de son conseil national tenu vendredi dernier, cette formation politique de l'opposition, qui cherche à renforcer son action en faveur de la mobilisation citoyenne dans le sillage du boycott massif de la dernière présidentielle, estime que l'Algérie a raté l'occasion de se doter d'un président légitime capable de faire face aux immenses problèmes qui agitent la nation et de relever les défis auxquels elle est confrontée.
Le RCD se réfère à la désaffection des urnes par les citoyens qui signifie «leur rejet de cette mascarade par la désertion des lieux de rassemblement et parfois l'empêchement des activités des candidats et de leurs représentants». Insistant sur le manque de légitimité du pouvoir actuel, le RCD dénonce «la prestation de serment humiliante, qui a marqué l'investiture d'un chef de l'Etat grabataire, illustre une gouvernance déjà délétère et annonce un chaos qui tétanise le pouvoir».
Pour ce parti, «les consultations autour d'une ultime révision constitutionnelle décidée dans la précipitation sonnent comme une manœuvre de diversion et une fuite en avant d'un régime politique finissant, dépourvu de projet et d'une vision structurante».
Cette formation, qui est membre de la coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD), relève «l'indigence des amendements projetés» qui corrobore «les limites de la manipulation en cours et un recours à des consultations fallacieuses qui virent à un monologue de plus». «Une fois encore, souligne le RCD, les questions sociétales fondamentales liées à la nature de l'Etat, à savoir la refonte institutionnelle, l'officialisation de la langue amazighe et l'équilibre des pouvoirs, sont occultées». Ainsi, il se félicite «du rejet de cette duperie par les acteurs politiques et sociaux crédibles».
Une attitude qui «renforce, estime-t-il, d'autres décisions dont celle exprimée déjà par la Coordination pour les libertés et la transition démocratique constituée de partis de diverses obédiences». Le RCD défend, dans ce sillage, la démarche visant à tenir au début du mois prochain une conférence nationale pour la transition démocratique à laquelle sont conviées plusieurs personnalités politiques nationales, dont l'ancien président de la République, Liamine Zeroual.
«Le RCD, outre son action partisane, œuvre avec des partenaires politiques de l'opposition pour présenter une offre politique rassemblant les forces acquises aux libertés démocratiques afin d'engager une transition démocratique à même de sortir d'un système qui a failli dans ses missions d'assurer liberté, justice et paix aux Algériens», a-t-il souligné, estimant ainsi qu'avant de se lancer dans la compétition électorale il faut «fixer une feuille de route consensuelle définissant les mécanismes à même d'assurer le libre choix des Algériens».
Le RCD reste convaincu que sans le respect du libre choix des Algériens, il est illusoire de voir émerger une représentativité politique légitime et crédible. Ce parti politique, qui dit aspirer à un changement politique profond, s'inquiète «du rétrécissement et de la dilapidation des bases financières que requièrent la cohésion et la stabilité du pays». Il relève, entre autres, l'urgence de lancer de véritables réformes énergiques, critiquant «la décision prise à la hussarde, excluant les partenaires économiques et sociaux de l'exploitation du gaz de schiste, de l'adhésion à l'OMC et d'un nouveau plan de dépenses publiques». Pour ce parti, il s'agit de «politiques de prédation et de faux-fuyants aux conséquences incalculables». Le RCD conclut que «le sauvetage de l'Algérie est incompatible avec la pérennisation du système politique actuel».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.