La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Echauffourées à Bab-el-Oued    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Le cancer de la thyroïde, le troisième cancer féminin en Algérie    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    Ornières et nids-de-poule à Aïn Beïda    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    Blida : Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs anticipe la célébration du Mawlid Ennabaoui Charif    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    La folie des sénatoriales    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ould Abbès dégagé ?    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Enigme et interrogations    Consolidation de la démocratie participative    92 commerces fermés    L'Onu lève ses sanctions    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faits historiques : Le 8 Juin 1960 tombaient Hamlaoui et Meriem Bouattoura
Constantine : les autres articles
Publié dans El Watan le 08 - 06 - 2014

Daoudi Slimane, alias Hamlaoui, était insaisissable pour la police coloniale.
Sur la place du commandant Hocine Rouibah, en allant vers la Casbah de Constantine, juste en face du fameux Café Riche, un immeuble de trois étages abrite de nombreux bureaux d'avocats. Au premier étage de cette bâtisse, un appartement, dont les persiennes des balcons sont toujours fermées, a été le théâtre d'un évènement marquant dans l'histoire de la ville. Un fait que de nombreux Constantinois, notamment parmi la jeune génération ignorent toujours. Dans la nuit de mardi 7 juin au mercredi 8 juin 1960, soit quatre jours après l'Aïd El Adha, une attaque spectaculaire a eu lieu dans ce quartier de la ville, situé entre la place de la Brèche, la Casbah et l'ex-rue Caraman.
Au premier étage de l'immeuble en question, un appartement servait de refuge pour quatre membres de la zone 5 (zone autonome de Constantine) dépendant de la wilaya historique II, selon l'organisation du FLN durant la guerre de libération. Il s'agit de Daoudi Slimane, plus connu sous le nom de Hamlaoui, Meriem Bouattoura, surnommée Yasmina, Bachir Bourghoud et Mohamed Kechoud. Ces deux derniers étaient membres respectivement des régions de Bab El Kantara et Sidi Mabrouk de la zone 5. Selon les archives de la Dépêche de Constantine, le mardi 7 juin, un renseignement puisé à bonne source révélait la présence d'un petit groupe de membres du FLN, parmi lesquels se trouvait une femme, au premier étage d'un immeuble à l'intersection des rues Cahoreau et Colbert, à quelques mètres de la rue Caraman.
Dans la nuit, un important contingent de l'armée coloniale a été déployé. Dès 4h du matin, toute la zone située entre la place de la Brèche et la Casbah a été bouclée. On a même eu recours à une coupure de l'alimentation en gaz de ville, au vu des armes à utiliser. Repéré, le groupe de Hamlaoui, armé de deux pistolets mitrailleurs, quatre pistolets automatiques et quelques grenades, avait tenté de desserrer l'étau. Selon certains témoignages, le refuge sera attaqué au canon d'un blindé, alors que d'autres sources évoquaient des tirs de bazooka suivis d'un lancer de grenades. Lorsque l'ordre fut donné de lancer l'assaut vers 7h15 de la journée de mercredi 8 juin, un violent accrochage fut entendu.
Les murs de l'appartement ont été défoncés avant l'assaut final. On devait découvrir les corps de Daoudi Slimane et de Meriem Bouattoura, alors que Bachir Bourghoud et Mohamed Kechoud, tous deux gravement blessés, avait été capturés, selon la Dépêche de Constantine. Mais selon les révélations faites par ses compagnons d'armes, Meriem Bouatoura était encore vivante lors de l'assaut final. Elle criait «Vive l'Algérie indépendante». Selon certains témoignages, grièvement blessée, elle sera achevée avant son évacuation vers l'hôpital de la ville.
Du maquis au combat des rues
Née le 17 janvier 1938 à N'gaoues, Meriem Bouattoura est issue d'une famille aisée et cultivée de propriétaires terriens de mechta des Béni Ifren. Sa famille s'installe à Sétif où son père ouvre un commerce. Elève au collège de jeunes filles de Sétif (actuellement lycée Malika Gaïd), l'enfant des Aurès rejoint les rangs de l'ALN après la grève des étudiants le 19 mai 1956. Infirmière dans les maquis de la wilaya II, où elle aidera le Dr Lamine Khene, elle sera chargée de la responsabilité d'un hôpital.
Elle intègre en 1960 une cellule de fidai'yin, installée dans la ville de Constantine, où elle a fait preuve de bravoure et de témérité. Elle a pris part avec courage à de nombreuses opérations, alors qu'elle n'avait que 22 ans. Pour Daoudi Slimane, dit Hamlaoui, son histoire a souvent pris les allures d'une légende, tant l'homme, qui avait été l'instigateur ou l'auteur de plusieurs opérations perpétrées dans la ville de Constantine, était qualifié d'insaisissable par les services de sécurité coloniaux. Hamlaoui avait été déjà capturé le 7 janvier de la même année à Sidi Mabrouk, après avoir été blessé lors d'un accrochage à l'ex-rue Clemenceau (actuelle rue Larbi Ben M'hidi), mais il réussira à s'échapper aux forces françaises le 11 février.
Son nom était lié à plusieurs attentats, ayant fait plusieurs morts parmi la police coloniale, dont les plus spectaculaires ont été la fusillade de la cité Bel Air qui avait fait deux morts, dont l'inspecteur de police Salles, ainsi que l'attentat commis le 4 mars 1959 à Sidi Mabrouk où le commissaire Cayol et son épouse furent tués d'une rafale de mitraillette tirée par Hamlaoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.