Rappel à l'ordre    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Lamamra rencontre Lavrov: Moscou appuie la feuille de route de Bouteflika    Tébessa: Les devises flambent !    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    Equipe nationale: Belmadi met tout le monde sur le même pied d'égalité    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    ASM Oran: Il y a péril en la demeure    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Béchar: Un pilote italien meurt lors du Rallye Touareg    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Médecins et étudiants hier à Alger    Un émissaire de l'ONU exprime son inquiétude face aux manifestations populaires    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Sessions de formation pour 150 apiculteurs    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    51e fête du tapis de Ghardaïa    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Bouchareb tente de reprendre la main    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Les précisions du ministère e la Santé    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    Tournée de Ramtane Lamamra à l'étranger sur fond de crise interne.. Une internationalisation de fait    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Faits historiques : Le 8 Juin 1960 tombaient Hamlaoui et Meriem Bouattoura
Constantine : les autres articles
Publié dans El Watan le 08 - 06 - 2014

Daoudi Slimane, alias Hamlaoui, était insaisissable pour la police coloniale.
Sur la place du commandant Hocine Rouibah, en allant vers la Casbah de Constantine, juste en face du fameux Café Riche, un immeuble de trois étages abrite de nombreux bureaux d'avocats. Au premier étage de cette bâtisse, un appartement, dont les persiennes des balcons sont toujours fermées, a été le théâtre d'un évènement marquant dans l'histoire de la ville. Un fait que de nombreux Constantinois, notamment parmi la jeune génération ignorent toujours. Dans la nuit de mardi 7 juin au mercredi 8 juin 1960, soit quatre jours après l'Aïd El Adha, une attaque spectaculaire a eu lieu dans ce quartier de la ville, situé entre la place de la Brèche, la Casbah et l'ex-rue Caraman.
Au premier étage de l'immeuble en question, un appartement servait de refuge pour quatre membres de la zone 5 (zone autonome de Constantine) dépendant de la wilaya historique II, selon l'organisation du FLN durant la guerre de libération. Il s'agit de Daoudi Slimane, plus connu sous le nom de Hamlaoui, Meriem Bouattoura, surnommée Yasmina, Bachir Bourghoud et Mohamed Kechoud. Ces deux derniers étaient membres respectivement des régions de Bab El Kantara et Sidi Mabrouk de la zone 5. Selon les archives de la Dépêche de Constantine, le mardi 7 juin, un renseignement puisé à bonne source révélait la présence d'un petit groupe de membres du FLN, parmi lesquels se trouvait une femme, au premier étage d'un immeuble à l'intersection des rues Cahoreau et Colbert, à quelques mètres de la rue Caraman.
Dans la nuit, un important contingent de l'armée coloniale a été déployé. Dès 4h du matin, toute la zone située entre la place de la Brèche et la Casbah a été bouclée. On a même eu recours à une coupure de l'alimentation en gaz de ville, au vu des armes à utiliser. Repéré, le groupe de Hamlaoui, armé de deux pistolets mitrailleurs, quatre pistolets automatiques et quelques grenades, avait tenté de desserrer l'étau. Selon certains témoignages, le refuge sera attaqué au canon d'un blindé, alors que d'autres sources évoquaient des tirs de bazooka suivis d'un lancer de grenades. Lorsque l'ordre fut donné de lancer l'assaut vers 7h15 de la journée de mercredi 8 juin, un violent accrochage fut entendu.
Les murs de l'appartement ont été défoncés avant l'assaut final. On devait découvrir les corps de Daoudi Slimane et de Meriem Bouattoura, alors que Bachir Bourghoud et Mohamed Kechoud, tous deux gravement blessés, avait été capturés, selon la Dépêche de Constantine. Mais selon les révélations faites par ses compagnons d'armes, Meriem Bouatoura était encore vivante lors de l'assaut final. Elle criait «Vive l'Algérie indépendante». Selon certains témoignages, grièvement blessée, elle sera achevée avant son évacuation vers l'hôpital de la ville.
Du maquis au combat des rues
Née le 17 janvier 1938 à N'gaoues, Meriem Bouattoura est issue d'une famille aisée et cultivée de propriétaires terriens de mechta des Béni Ifren. Sa famille s'installe à Sétif où son père ouvre un commerce. Elève au collège de jeunes filles de Sétif (actuellement lycée Malika Gaïd), l'enfant des Aurès rejoint les rangs de l'ALN après la grève des étudiants le 19 mai 1956. Infirmière dans les maquis de la wilaya II, où elle aidera le Dr Lamine Khene, elle sera chargée de la responsabilité d'un hôpital.
Elle intègre en 1960 une cellule de fidai'yin, installée dans la ville de Constantine, où elle a fait preuve de bravoure et de témérité. Elle a pris part avec courage à de nombreuses opérations, alors qu'elle n'avait que 22 ans. Pour Daoudi Slimane, dit Hamlaoui, son histoire a souvent pris les allures d'une légende, tant l'homme, qui avait été l'instigateur ou l'auteur de plusieurs opérations perpétrées dans la ville de Constantine, était qualifié d'insaisissable par les services de sécurité coloniaux. Hamlaoui avait été déjà capturé le 7 janvier de la même année à Sidi Mabrouk, après avoir été blessé lors d'un accrochage à l'ex-rue Clemenceau (actuelle rue Larbi Ben M'hidi), mais il réussira à s'échapper aux forces françaises le 11 février.
Son nom était lié à plusieurs attentats, ayant fait plusieurs morts parmi la police coloniale, dont les plus spectaculaires ont été la fusillade de la cité Bel Air qui avait fait deux morts, dont l'inspecteur de police Salles, ainsi que l'attentat commis le 4 mars 1959 à Sidi Mabrouk où le commissaire Cayol et son épouse furent tués d'une rafale de mitraillette tirée par Hamlaoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.