Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    Conseil de la Nation : Son rôle et ses missions fixés au titre de la prochaine Constitution    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Iran : Téhéran ne prolongera pas son ultimatum, les Européens ont moins de trois semaines    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Ouverture de la 32e édition de la CAN-2019 demain en Egypte: Groupe C : Les Verts en mode conquérant en Egypte    A quelques jours de la CAN-2019 : Le foot africain en fête en terre égyptienne    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Son procès reporté au mois de septembre    Louisa Hanoune maintenue en détention    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    La Cour suprême ordonne la réouverture du dossier    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    Les mises en garde de Gaïd Salah    Report du procès au 3 juillet    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    Le Barça verrait le transfert de Neymar comme irréalisable    Neuf «Tasers» de 15 000 volts saisis    Gaïd Salah met en garde contre ceux brandissant des drapeaux autres que l'emblème national    Les journalistes appellent l'Etat à agir    L'appel des sept    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    L'octroi d'un terrain au groupe médias de Haddad annulé    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Filière vini-viticole à l'Ouest
Des viticulteurs demandent la dissolution de l'ONCV
Publié dans El Watan le 25 - 07 - 2006

La crise de la filière vini-viticole, qui va en s'aggravant, semble avoir atteint un point de non retour à l'Ouest du pays. Les présidents et gérants des coopératives viticoles (Coopévit) de Ain Témouchent, Sidi Bel Abbès, Mascara, Mostaganem et Tlemcen se sont rencontrés hier à Sidi Bel Abbès pour établir un plan d'action afin de contourner, d'après eux, le « monopole absolu » exercé par l'Office national de commercialisation des vins (ONCV) sur le marché.
A moins de vingt jours du début de la campagne de vendange, les cavistes craignent ainsi une chute des prix et une mévente de certaines variétés (Cinsault et Merseguera) moins prisés par des transformateurs (publics et privés) à la recherche de cépages nobles (Grenache, Carignan) donnant des vins capitaux. L'an dernier, le même scénario s'est produit provoquant la colère des viticulteurs, en particulier ceux de Ain Témouchent. Cette année le surplus de production serait supérieur à 500 000 quintaux, est-il avancé. « L'ensemble des coopératives interpellent l'ONCV, qui est un office national agrée par l'Etat, à prendre en charge l'ensemble de la production nationale de raisin de cuve pour éviter une catastrophe généralisée que ce soit au niveau des viticulteurs ou des coopératives vini-viticole », relèvent-ils dans une déclaration remise hier à la presse, les cavistes réunies à Sidi Bel Abbès. Et de prévenir encore : « Si l'ONCV n'est pas habilitée à prendre en charge la totalité des raisins de cuve, nous demandons au président de la République d'ordonner la dissolution de l'Office et le transfert de son patrimoine vers les coopératives. »
Ultimatum
Dans le cas contraire, les viticulteurs s'estiment obligés de procéder à l'arrachage systématique de leurs vignes. « Si les pouvoirs publics ne règlent pas en urgence les doléances des 30 000 viticulteurs du pays, ces derniers se verront obliger de procéder à l'arrachage systématique des vignes », affirment-ils à l'unisson, en rappelant que 20% de la superficie plantée ces dernières années a déjà été arraché par les viticulteurs ruinés durant la campagne 2004/2005. D'autre part, les cavistes considèrent que l'affectation des fermes pilotes à l'ONCV a, immanquablement, crée une concurrence « déloyale » au détriment des viticulteurs n'ayant pas bénéficié de cépages nobles importés avec le soutien de l'état. Se sentant au bout du rouleau, les coopératives font-ils cependant vraiment le poids face à un organisme qui a de tout temps constitué la « caisse noire » de l'Etat ? Et, justement, pour faire face au monopole supposée ou réel de l'ONCV sont-ils assez représentatives de la profession ? Dans un marché des produits vinicoles des plus agressif, s'appuyant sur des vins d'appellation contrôlés, les coopératives de l'Ouest ont toutefois relancé hier l'idée de création d'une union nationale des coopératives viticoles. Une structure dont la mission est de se poser en interlocuteur direct des pouvoirs publics et de proposer une « alternative » pour surmonter l'actuelle crise à laquelle est confrontée la filière en attendant des jours meilleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.