Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    Foot-Coronavirus: Zetchi prend part à une réunion FIFA-UNAF-WAFU    DGF: quelque 3000 incendies ont dévasté plus de 21.000 h en 2019    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Message sur Twitter du MAE espagnole supprimant le drapeau sahraoui: le Polisario proteste officiellement    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Covid-19: l'affaire de l'organisation d'une soirée à Oran devant le juge d'instruction    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    Covid19: 140 nouveaux cas, 148 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Théâtre d'Oran: "Qitar Eddounia", nouvelle production pour enfants    Programmes télévisés français: le PLJ soutient la décision de l'Algérie de rappeler son ambassadeur en France    Foot : réunion du Bureau Fédéral de la FAF dimanche en visioconférence    Documentaire sur le Hirak: la presse nationale dénonce une campagne haineuse contre l'Etat algérien et ses institutions    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le harcèlement des activistes continue    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    l'Algérie poursuivra l'utilisation du protocole thérapeutique à base de chloroquine    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    Sept défenseurs de la nature récompensés aux Oscars de l'Environnement    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Mascara: 6 malades guéris du Covid-19 quittent l'hôpital    Une fillette tombe du 3ème étage d'un immeuble    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les habitants de la cité Makhat protestent    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Filière vini-viticole à l'Ouest
Des viticulteurs demandent la dissolution de l'ONCV
Publié dans El Watan le 25 - 07 - 2006

La crise de la filière vini-viticole, qui va en s'aggravant, semble avoir atteint un point de non retour à l'Ouest du pays. Les présidents et gérants des coopératives viticoles (Coopévit) de Ain Témouchent, Sidi Bel Abbès, Mascara, Mostaganem et Tlemcen se sont rencontrés hier à Sidi Bel Abbès pour établir un plan d'action afin de contourner, d'après eux, le « monopole absolu » exercé par l'Office national de commercialisation des vins (ONCV) sur le marché.
A moins de vingt jours du début de la campagne de vendange, les cavistes craignent ainsi une chute des prix et une mévente de certaines variétés (Cinsault et Merseguera) moins prisés par des transformateurs (publics et privés) à la recherche de cépages nobles (Grenache, Carignan) donnant des vins capitaux. L'an dernier, le même scénario s'est produit provoquant la colère des viticulteurs, en particulier ceux de Ain Témouchent. Cette année le surplus de production serait supérieur à 500 000 quintaux, est-il avancé. « L'ensemble des coopératives interpellent l'ONCV, qui est un office national agrée par l'Etat, à prendre en charge l'ensemble de la production nationale de raisin de cuve pour éviter une catastrophe généralisée que ce soit au niveau des viticulteurs ou des coopératives vini-viticole », relèvent-ils dans une déclaration remise hier à la presse, les cavistes réunies à Sidi Bel Abbès. Et de prévenir encore : « Si l'ONCV n'est pas habilitée à prendre en charge la totalité des raisins de cuve, nous demandons au président de la République d'ordonner la dissolution de l'Office et le transfert de son patrimoine vers les coopératives. »
Ultimatum
Dans le cas contraire, les viticulteurs s'estiment obligés de procéder à l'arrachage systématique de leurs vignes. « Si les pouvoirs publics ne règlent pas en urgence les doléances des 30 000 viticulteurs du pays, ces derniers se verront obliger de procéder à l'arrachage systématique des vignes », affirment-ils à l'unisson, en rappelant que 20% de la superficie plantée ces dernières années a déjà été arraché par les viticulteurs ruinés durant la campagne 2004/2005. D'autre part, les cavistes considèrent que l'affectation des fermes pilotes à l'ONCV a, immanquablement, crée une concurrence « déloyale » au détriment des viticulteurs n'ayant pas bénéficié de cépages nobles importés avec le soutien de l'état. Se sentant au bout du rouleau, les coopératives font-ils cependant vraiment le poids face à un organisme qui a de tout temps constitué la « caisse noire » de l'Etat ? Et, justement, pour faire face au monopole supposée ou réel de l'ONCV sont-ils assez représentatives de la profession ? Dans un marché des produits vinicoles des plus agressif, s'appuyant sur des vins d'appellation contrôlés, les coopératives de l'Ouest ont toutefois relancé hier l'idée de création d'une union nationale des coopératives viticoles. Une structure dont la mission est de se poser en interlocuteur direct des pouvoirs publics et de proposer une « alternative » pour surmonter l'actuelle crise à laquelle est confrontée la filière en attendant des jours meilleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.