Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des organisations universitaires boudent l'événement
Festival universitaire de l'art et de la culture amazighs à Béjaïa
Publié dans El Watan le 15 - 04 - 2015

remière du genre dans le milieu universitaire, la 1re édition du festival universitaire de l'art et de la culture amazighs, organisée à Béjaïa par la direction des œuvres universitaires, du 12 au 15 avril, fait des vagues parmi les étudiants de l'université Abderrahmane Mira.
Si certains ont fait de l'événement une occasion pour se distraire et faire la fête, d'autres ne se sont pas laissés entraîner dans l'ambiance trop rapidement, a fortiori quand ils ont su que cela venait d'en haut. Cet événement culturel destiné, selon ses organisateurs, à «promouvoir l'art et la culture amazighs», a suscité des avis partagés. A commencer par les plus réfractaires d'entre eux.
Certaines associations, clubs scientifiques et comités des étudiants ont carrément boudé l'événement. C'est le cas du comité de résidence de Targa Ouzemmour. L'un de ses membres, Saddi Takfarinas, nous a affirmé que «le comité et la majorité des associations et clubs du campus et de la résidence de Targa Ouzemmour ont fait l'impasse sur l'événement». Motif ? Il y en a plusieurs en fait. Selon Takfarinas, primo le programme des festivités a été préparé à l'avance. «Nous n'avons été convoqués pour participer à l'événement que tardivement, ce qui nous a relégués au rang de figurants dans l'élaboration et le choix du programme, mais surtout de son contenu», se plaint-il.
En parlant de contenu, Takfarinas estime que les activités «ne sont pas représentatives de notre culture». S'appuyant sur les dépliants distribués en marge des activités, l'étudiant les trouve «vidés de la dimension culturelle amazighe». Deuxio, on estime que l'événement est «folklorisé». C'est ce que pense Halim, un étudiant en architecture. «Il n'y a que du folklore dans le programme, à l'exception d'une seule conférence, c'est regrettable», déplore l'étudiant, adhérent d'un club scientifique.
Des avis du même genre foisonnent. Sur ce point, il est vrai qu'hormis une conférence donnée à l'ouverture de l'événement au campus d'Aboudaw en présence des autorités de la wilaya, sous le thème de la préhistoire en Algérie, le programme concocté est à dominante folklorique. Des délégations venues de plusieurs wilayas du pays ont participé avec des activités de chant, de théâtre et de danse entre autres, mais peu avec des activités pédagogiques. Le Collectif culturel création et progrès (CCCP) et le club AAI (Amazday adelsan inelmaden), deux club très actifs à l'université, font partie des boudeurs qui ont affiché leurs positions d'une manière très tranchée. Inversement, certains étudiants sont plus conciliants. Pour les uns, «il est tout à fait normal qu'il y ait des carences dans une première édition».
Même s'ils s'accordent sur le fait qu'il n'y a pas assez de conférences en aussi importante circonstance, ils estiment le programme des spectacles à la fois riche, festif et représentatif de la culture amazighe dans toute sa diversité. «C'est la première fois que j'assiste en direct à des soirées avec les Touareg et une pièce théâtrale en mozabite», dira une étudiante, membre d'une association universitaire qui a pris part à l'événement. En plus de ces activités, des sorties vers les sites historiques et naturels de Béjaïa ont été organisées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.