Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Tribunal de Sidi M'hamed : reprise du procès de Mahieddine Tahkout    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Les cahiers de charges seront prêts dans un mois    Courrier des lecteurs    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Plus de 200 scientifiques demandent à l'OMS de réviser ses recommandations    Forum sino-arabe: volonté commune d'accroître la coopération    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Un casse-tête chinois pour les commerçants    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    Treize activites acquittés    Benhadid réhabilité    Benbouzid n'exclut pas un confinement localisé    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    Covid-19 : confinement partiel dans 18 communes de Sétif à partir de mercredi    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    La FAF veut «assainir» le métier    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    La JS Azazga en difficulté financière    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    Les perspectives d'évolution à court terme pour le marché pétrolier évoquées    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    Eckmühl: Des habitants irrités par une longue panne de l'alimentation en eau    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Nouveau record quotidien des infections    Vers la paralysie de l'économie algérienne ?    "Dans mon service, le personnel est à bout"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Béchar : Edendène, une tradition séculaire ramadhanesque disparue
Actu Ouest : les autres articles
Publié dans El Watan le 11 - 07 - 2015

Edendène, d'une tradition ramadhanesque séculaire à Béchar, est un veilleur qui déambule dans les ruelles du ksar et des quartiers en jouant du tambourin pour annoncer l'heure du s'hour aux dormeurs.
Ce métier existe encore dans certains pays du Moyen Orient mais a totalement disparu du paysage du Sud algérien à une date récente au grand regret de la population.
Les ramadhans se succèdent et se ressemblent mais ne sont plus ce qu'ils étaient autrefois. Qui ne souvient avec nostalgie des veillées nocturnes tardives où des familles se rendaient visite pendant le mois de piété, de réconciliation et de retrouvailles autour d'une meïda spécialement bien garnie? Aujourd'hui, les veillées du Ramadhan que l'on juge insipides se résument souvent à des séances télé où plusieurs chaînes nous abreuvent de programmes médiocres et qui nous plongent de surcroit dans l'anxiété. Ici à Béchar, le charme de ces belles nuits de jadis était fait par le son du tambourin d'Edendène qui annonçait aux paisibles dormeurs fatigués par les journées de jeûne que l'heure du s'hour était arrivée.
Après son passage, les ménagères se pressaient de réchauffer la «seffa» aux raisons secs arrosée de «l'ben» que d'autres accompagnaient de fruits de saison où de thé à la menthe. Edendène faisait partie des nuits du Ramadhan à tel point qu'on ne pouvait ne pas penser à lui.
Du quartier de Manougat en passant par les ruelles sinueuses du quartier populaire de Débdaba, le son de son tambourin brisé la grande accalmie jusqu'aux confins de la ville.
Den-den-den était le son de l'instrument à percussion d'où l'appellation de Edendène. Un artiste peintre de Béchar, Salhi Fodil, toujours aux aguets pour immortaliser dans ses œuvres les charmantes petites choses qui font notre quotidien, chercha il y a quelque temps à faire le portrait du Den-Den en pleine action. Il le poursuivit de ruelle en ruelle et de cette rencontre naquit alors un des plus beaux chefs d'œuvres de l'artiste. L'œuvre fut acquise par la femme d'un haut responsable lors d'une exposition dans la capitale. Hélas, la décennie noire ne le ménagea point lui aussi.
Les tristement célèbres «layajouze» qui commencèrent par éliminer tout ce qui a trait à la tradition ancestrale, ont fini par avoir le dessus et la cessation du métier Edendène fut reçue comme une humiliation par l'ensemble des habitants de ces quartiers habitués au charme du son de son tambourin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.