Ligue des champions – Gr. B (6e J): le MC Alger rejoint le CR Belouizdad en quarts de finale    Le Comité des experts cliniciens contribuera à la dimension économique de l'industrie du médicament    Prière des Tarawih: les fidèles appelés à continuer de respecter le protocole sanitaire    Forum sur "l'industrie pharmaceutique, stratégie et défis": Djerad présidera la cérémonie de clôture    Coupe de la Ligue: USMA-MCA affiche des huitièmes de finale    France: Le PCF condamne l'ouverture d'un comité de LREM à Dakhla occupée    France: Le Polisario condamne la création d'un comité de LREM à Dakhla occupée    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    FAF - AGE : une seule liste déposée dans les délais    Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Nouveau rendez-vous manqué    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Nouvelle manifestation à Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Regroupement en tête    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    8700 logements sociaux distribués    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Une menace omniprésente    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    Le torchon brûle avec Dybala    Les marchés flambent    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    La note de Ouadjaout    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commune de Dar El Beïda : Les marchants informels ont pignon sur rue
Alger : les autres articles
Publié dans El Watan le 27 - 08 - 2015

Les marchands informels au quartier des frères Achouri, relevant de la commune de Dar El Beïda ont réinvesti l'espace public, en dépit de la nouvelle structure commerciale réalisée récemment.
«Cette situation a créé des désagrément pour les citoyens qui habitent aux alentours de ce marché anarchique. Les déchets laissés sur place et l'insalubrité qui caractérise le lieu, attirent les rats, les chiens errants, les insectes, et génèrent de mauvaises odeurs qui polluent l'atmosphère», dénonce un habitant.
Par ailleurs, cette anarchie est accentuée par l'incivisme de certains automobilistes.
Ces derniers stationnent sur le bas-côté de la route, provocant des embouteillages.
Les automobilistes sont exaspérés par ces comportements.
Outre les habitants du quartier qui sont pénalisés par cette situation, les vendeurs qui exercent dans la légalité subissent également les affres de cette situation. «Nous nous acquittons périodiquement des charges que les pouvoirs publics nous imposent.
Cependant, par absence de clientèle, nous n'arrivons pas à écouler notre marchandise. Les marchands informels qui ceinturent le marché couvert travaillent plus que nous. Ils ne s'acquittent paradoxalement d'aucune charge. Il nous arrive souvent de jeter, en fin de journée, la marchandise», déplorent-ils. «Ces marchands informels nous ont remplacés dans les endroits que nous occupions. Nous avons été intégrés dans le circuit commercial légal.
Mais d'autres marchands nous ont remplacés.
Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ces marchands travaillent mieux que nous», poursuivent-ils. «Les services de sécurité ne font pas leur travail. Au début, ils étaient présents dans le cadre de l'opération de l'éradication. Mais il y a plus d'un mois qu'ils n'interviennent plus», expliquent-ils.
Eu égard à cette situation, les commerçants qui exercent dans la légalité menacent de baisser rideau et de réoccuper leurs anciennes places.
De son côté, M. Gamgami, le P/APC de Dar El Beida, affirme que les élus de l'APC feront tout ce qu'il faut pour éradiquer le marché informel. «Nous avons signé un accord avec la sûreté urbaine pour éradiquer le marché anarchique de façon permanente. L'opération a commencé mardi dernier à partir de 7h. Les éléments de la Sûreté nationale sont intervenus pour délocaliser le peu de marchands qui étaient installés sur les trottoirs de la cité Des Frères Achouri.
Cette opération continuera jusqu'à l'obtention d'un résultat final»,déclare-t-il. «Si nous n'arrivons pas à éradiquer le marché informel d'une façon définitive, le marché couvert ne pourra jamais jouer son rôle. L'habitant, lui aussi doit coopérer avec nous», ajoute-t-il, tout en rassurant que les responsables feront tout ce qu'il faut pour réussir l'opération d'éradication, qui se déroulera, d'après lui, en deux étapes.
La première est de saisir la marchandise exposée sur les étals. La seconde est, avec la présence d'un huissier de justice, qui résiliera les contrats des commerçants bénéficiaires de locaux, qui sont toujours fermés et les attribuer à d'autres vendeurs qui veulent travailler.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.