Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Covid-19: 477 nouveaux cas, 304 guérisons et 10 décès    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Accord de normalisation Emirat-Israël: plusieurs pays expriment leur rejet et indignation    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie entre dans une zone de turbulences
Enchères syndicales pour signer un pacte social
Publié dans El Watan le 23 - 09 - 2015

Le gouvernement de Habib Essid est impatient de signer un pacte social de deux ans avec les syndicats qui n'ont de cesse d'imposer leurs exigences. Les négociations continuent à traîner et les grèves persistent.
Le gouvernement tunisien a déjà mis 1,1 milliard de dinars (500 millions d'euros = 3,5% du budget 2014) sur la table des négociations avec la centrale syndicale, UGTT, afin de parvenir à une paix sociale en 2016-2017. Cette enveloppe est proposée sous forme d'augmentations salariales aux fonctionnaires de l'Etat par les différents gouvernements post-révolution (Jebali, Laârayedh et Jomaâ) qui ont passé 21 accords avec les syndicats qui n'ont jamais été appliqués. La réunion de la commission administrative de l'UGTT, réunie le 16 septembre, a accepté la proposition gouvernementale.
Mais, les instituteurs de l'enseignement primaire ne sont toujours pas satisfaits. Ils veulent obtenir, en plus, des promotions spécifiques, à l'instar de celles qui ont été données l'année dernière aux professeurs de l'enseignement secondaire. Par ailleurs, les négociations sociales traînent également dans le secteur privé. C'est ce qui fait reculer la signature d'un pacte social entre le gouvernement, l'UGTT et la centrale patronale, Utica.
Situation financière difficile
Depuis juin dernier, tout le monde s'attendait aux retombées financières par la présence du président Béji Caïd Essebsi au dernier G7 en Allemagne. Mais, la crise économique que continue à traverser l'Europe, n'a pas arrangé les choses pour la Tunisie. La crise aiguë du secteur touristique a enfoncé davantage l'économie tunisienne, malgré la bouffée d'oxygène, apportée par l'exportation d'huile d'olive (900 millions d'euros en 2015, contre 200 en 2014).
Pour faire face à cette impasse, la Tunisie a fait appel au Fonds monétaire international (FMI). Or, les experts économiques sont unanimes sur le fait que la solution FMI n'est jamais le meilleur recours. Mais, la Tunisie n'a pas le choix. Lors de son dernier passage, il y a 15 jours à Tunis, la présidente du FMI, Christine Lagarde, avait déjà attiré l'attention sur le fait que «le taux des charges de gestion de l'Etat en Tunisie/PIB sont parmi les plus élevés au monde». Elle ne savait pas encore que le gouvernement proposait près de 15% de cette enveloppe au chapitre social.
Le ministre des Finances, Slim Chaker, a lui-aussi averti que «le gouvernement risque de payer les augmentations salariales proposées par des prêts», ce qui est loin d'être une bonne solution. «L'endettement doit servir à la reprise de l'économie, pas à la gestion de l'Etat», n'a-t-il cessé de souligner. Mais, les politiques insistent sur la paix sociale pour assurer la reprise économique. Or, cette paix sociale a un coût financier que le gouvernement de Habib Essid essaie, en vain, de réduire.
Reprise socioéconomique difficile
Neuf mois après le long processus électoral de fin 2014, des interrogations persistent quant à la capacité des institutions élues à faire sortir la Tunisie de sa crise socioéconomique. Comme quoi, il ne suffit pas de réussir la transition démocratique pour que la reprise socioéconomique se déclenche. Les attentes en rapport avec la lutte contre le chômage, la pauvreté et la marginalisation sont grandes. Or, les moyens manquent au gouvernement de Habib Essid pour y faire face avec la célérité requise.
Pour le moment, les divers départements mettent en chantier les projets programmés par les gouvernements précédents, dont les crédits ont déjà été engagés. Une cinquantaine de grands projets (deux par gouvernorat) sont concernés par cette démarche dont le coût total s'élève à près de cinq milliards de dinars (2,5 milliards d'euros). Mais, si une telle approche peut être envisagée en 2015, les interrogations sont grandes pour les années à venir, en l'absence d'attrait pour le site Tunisie, surtout avec la montée du terrorisme.
Raisons de la réconciliation économique
Pour l'économiste en chef de l'UGTT, Sami Aouadi, «ce recours au FMI ne fait pas peur, malgré les tendances antisociales de cette instance financière internationale». Le professeur Aouadi explique son optimisme par le fait que «le président Béji Caïd Essebsi est parfaitement conscient que la reprise socioéconomique passe par la stabilité sociale, voire un pacte social. Or, cela à un prix que le gouvernement est prêt à payer».
Reste la question des sources de financement de ce pacte social, pour ce syndicaliste, BCE a proposé la réconciliation économique. «Ce sont les hommes d'affaires corrompus, sous Ben Ali, qui paient le coût de la reprise économique», explique-t-il. Bien qu'il ne soit pas un pro-Essebsi, il s'interroge si la Tunisie a un autre choix. «Il est vrai qu'une réforme fiscale est en cours et que des ajustements structurels sont nécessaires dans la gestion de l'Etat. Mais les retombées financières ne deviendraient tangibles qu'au bout de 2 à 3 ans, alors que l'économie tunisienne a besoin soit d'austérité, soit d'un bol d'oxygène, sans conséquence sur l'endettement de l'Etat», poursuit-il. La Tunisie risque de continuer à ramer à contre-courant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.