Le Président Tebboune préside la cérémonie d'accueil des restes mortuaires des 24 martyrs de la Résistance populaire à l'Aéroport Houari-Boumediene    Béjaïa : moyens aériens pour éteindre un important feu de forêt à Adekar    L'Espagne ne veut pas d'Algériens sur son territoire    Deux navires de Sonatrach séquestrés au Liban    Chengriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    L'Algérie ne renoncera pas à sa demande de restitution de ses archives détenues par la France    Colonisation. Bugeaud peut bien tomber de haut    Liste des résistants algériens dont les ossements ont été rapatriés vendredi de France    ONU/CDH: l'Algérie appelle à Genève au respect de la souveraineté des Etats    France : « Pour une République française antiraciste et décolonialisée »    SONELGAZ : Le PDG élu à la tête l'association Med-TSO    Coronavirus : 413 nouveaux cas, 490 guérisons et 9 décès durant les dernières 24h    REBOND DU CORONAVIRUS : Benbouzid incrimine les rassemblements familiaux    Le Covid-19 est une maladie ‘'de nature génétique'' propre à chaque personne    SETIF : Une septuagénaire repêchée d'un puits    413 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    FETE DE L'INDEPENDANCE NATIONALE : La journée du 5 juillet chômée et payée    PARTI RND : Le travail collectif pour préserver la stabilité du parti    POUR SES SACRIFICES CONSTANTS AU SERVICE DE LA PATRIE : La reconnaissance de la nation à l'ANP renouvelée    Ecouter la musique pourrait réduire les crises d'épilepsie    FUNERAILLES NATIONALES LE 5 JUILLET A ALGER : Retour au pays pour 24 chahids    ORAN : Une enveloppe de 1300 milliards allouée pour les JM 2022    LE PDG DE ‘'SADEG'' A MOSTAGANEM : Des inaugurations et une redynamisation des projets en cours    Cyclisme : les Algériennes Bensalah et Bouchoucha admises comme Commissaires de courses sur piste (UAC)    Constantine/Covid-19 : des spécialistes face à un agent émergent et des agents propagateurs    Rapatriement des restes mortuaires des martyrs algériens    Heureusement que le cœur du hirak n'est pas à la place de la République.    Quotidien Ech-chaâb: la réforme prévue en Algérie repose sur une pré-prospection    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Le Président Tebboune renouvelle la reconnaissance de la nation à l'ANP pour ses sacrifices    Sahel: la France annonce une nouvelle force sur fond de doutes sur son efficacité    Epuration de tous les dossiers inhérents aux médicaments fabriqués localement    Optimisation des dépenses à Sonatrach : "les acquis des travailleurs ne seront pas touchés"    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    L'empire Haddad s'écroule    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Le schiste américain dans le rouge    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    La mère des batailles    "Le BF a juste émis le vœu de reprendre la compétition"    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une autre journée sanglante
La guerre en Irak
Publié dans El Watan le 15 - 09 - 2004

L'Irak a vécu hier l'une des journées les plus meurtières depuis le déclenchement du cycle de violence consécutif à l'invasion américaine. Une situation évoquée par le président français Jacques Chirac qui a estimé lundi qu'« on a ouvert une boîte de Pandore » en Irak, et « que nous sommes incapables de refermer ».
Pour le chef de l'Etat français, « la situation est grave et ne s'améliore pas ». Très à l'aise dans ce constat, il a souligné que « nous n'avons pas l'intention, ni les uns ni les autres, de changer de position, (une position dont) nous pensions en conscience qu'elle était conforme aux problèmes qui se posaient », a-t-il dit aux côtés de MM. Schroeder et Zapatero, tous deux comme lui opposants du premier jour à l'intervention militaire anglo-américaine en Irak. Le constat reste malgré tout indulgent, car la situation non seulement ne s'améliore pas, mais elle s'aggrave, et il n'y a que les Américains et les tout nouveaux responsables irakiens décidément coupés de la réalité qui entendent faire croire le contraire.
Attentat meurtrier
En effet, 47 personnes ont été tuées et 114 autres blessées dans l'attentat à la voiture piégée commis hier matin devant le quartier général de la police de Baghdad, selon un bilan du ministère de la Santé. L'attentat s'est produit dans la rue Haïfa, au centre de la capitale irakienne, à l'entrée principale du complexe de la police Al Kharkh, et à proximité de magasins et d'échoppes, dont un café bondé au moment de la déflagration, selon un policier, le sergent Haïdar Hamid. L'explosion a dévasté les abords du quartier général, qui abrite aussi un centre de recrutement et un poste de police. Elle a détruit une quinzaine de commerces et sept voitures. Selon des témoins, des dizaines de personnes, notamment de jeunes Irakiens souhaitant s'engager dans la police, attendaient devant le bâtiment au moment de l'attentat. A tort ou à raison, le quartier de la rue Haïfa est considéré comme l'un des bastions des partisans du président déchu Saddam Hussein. Treize personnes y ont été tuées dimanche dans des affrontements entre les forces américaines et des membres de la guérilla et un raid aérien américain. Les attentats en Irak ont fait plus de 3000 morts et 12 000 blessés, a affirmé dimanche dernier le Premier ministre irakien Iyad Allaoui, sans préciser la période pendant laquelle ces victimes sont tombées, ou encore leur identité, sachant que de telles opérations visaient aussi les soldats étrangers. Comme il ne dit pas ce que la nouvelle police irakienne a perdu en hommes. Car, outre l'attentat de Baghdad, douze autres policiers et un civil ont été tués le même jour dans une attaque armée lancée par des inconnus contre leur véhicule à Baâqouba, au nord de Baghdad, a-t-on appris de source policière. Soit un bilan provisoire de près de soixante policiers tués durant la seule journée d'hier. Ailleurs en Irak, des rebelles ont une nouvelle fois saboté tôt hier matin l'oléoduc principal reliant le nord du pays au port turc de Ceyhan, une semaine après sa réparation, a indiqué la police irakienne. Des inconnus armés ont fait sauter cet oléoduc, à 60 km à l'ouest de la ville de Kirkouk, hier vers 7h00 (3h00 GMT), a-t-on précisé de même source, ajoutant que « l'oléoduc a pris feu ». La conduite a été attaquée à de nombreuses reprises depuis la chute du régime de Saddam Hussein en avril 2003, et l'exportation du pétrole par le nord de l'Irak reste irrégulière. Le précédent sabotage avait été réparé la semaine dernière. Un autre oléoduc, apparemment de moindre importance, avait été saboté trois heures plus tôt, également à l'ouest de Kirkouk, a ajouté la même source. C'est un constat qui revient avec une effroyable régularité. C'est la dure réalité des Irakiens sous occupation, une violence jamais vécue auparavant, mais prévisible en cas d'attaque américaine, selon les analyses les plus sérieuses. C'est la boîte de Pandore, comme la décrit le chef de l'Etat français. Et rien n'indique que les Américains ignoraient une telle perspective.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.