Incendie à la zone industrielle de Skikda: Un des trois blessés succombe    Plastique, composants et emballages inscrits dans la durée    Nouvelle recomposition du pouvoir mondial: Impacts des tensions géostratégiques et poids des BRICS    Des partis algériens dénoncent: Nouvelle provocation marocaine    Solution factice    Des Verts sans clubs: Une autre difficulté pour Belmadi    Rentrée 2022-2023: La liste des fournitures scolaires connue    Sécurité routière: Hécatombe sur les routes algériennes    Guelma: 31 blessés dans deux accidents de bus    Tlemcen: Un saut dans l'histoire    L'issue des négociations semble proche    Le Kenya se réveille avec des interrogations    L'incontournable accompagnement de l'Etat    Triplé pour le judo    Aouar et Adli disent «oui»    Deux joueurs suspendus pour dopage    Une aubaine pour Sonatrach    «Aucun pays n'est à l'abri de la menace terroriste»    Deux frères écrasés par un train    «j'irai me promener aux sablettes»    Situation maîtrisée    Le diktat des chauffeurs de bus privés    Le Maroc veut-il la guerre?    FFS et RCD se préparent    Ecarts d'un charlatan inféodé    Hommage au comédien Sirat Boumediene    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    15 pays y prennent part    Six morts et quinze blessés dans un accident de la route    Enième attaque contre la mosquée Al Aqsa    24 Palestiniens arrêtés par l'entité sioniste    Inondations au Soudan: L'Algérie présente ses condoléances    Conférence d'Alger en prévision des assises nationales d'octobre    Le ministère la culture la célèbre en août    L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi    Sonatrach: installation d'une commission d'enquête suite à l'incendie dans la zone industrielle de Skikda    Feux de forêts: le directeur général de la Protection civile s'enquiert de la situation à Tipaza    Saïd Chanegriha prend part par visioconférence à la 10e Conférence internationale sur la sécurité    Jeux de la Solidarité Islamique / Natation (200m papillon) : Syoud décroche l'argent    Jeux de la Solidarité Islamique / Football (match pour le bronze) : défaite de l'Algérie face à l'Azerbaïdjan    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    Le vieux de mon village    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sonatrach, Sonelgaz et Naftal et les manques à gagner
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 20 - 12 - 2015

Dès le mois de janvier, les ménages algériens devraient ressentir le contrecoup des mesures prises dans le cadre de cette loi de finances, avec des factures qui enfleront à coup sûr du fait de l'augmentation des prix de l'énergie.
Une hausse défendue par le gouvernement, car vitale pour le maintien des équilibres du budget de l'Etat. Bien que le ministre des Finances, Abderrahmane Benkhalfa, ait à plusieurs reprises évoqué un projet gouvernemental visant à réviser le système des subventions généralisées, les augmentations des prix prévues en 2016 n'ont rien à voir avec une quelconque réforme de ces subventions qui, de l'aveu même du ministre, sont, pour l'heure, maintenues.
Les hausses prévues en 2016 servent-elles pour autant les objectifs poursuivis, soit le retour graduel vers la vérité des prix ? Rien n'est moins sûr.
La hausse des prix de l'énergie n'est que le fruit de l'augmentation des taxes, de la TVA et de la taxe sur les produits pétroliers en tête. Il faut rappeler dans ce sens que la loi de finances 2016 prévoit une augmentation de la TVA de 7 à 17% sur toute consommation d'électricité dépassant les 250 kWh et 2500 thermies par trimestre pour ce qui est du gaz. La LF 2016 table aussi sur une hausse de la TVA à 17% sur le gasoil et l'imposition de nouvelles taxes sur les produits pétroliers (essence et gasoil).
Il n'est donc pas question de toucher, du moins aujourd'hui, aux tarifs de base. Les entreprises du secteur qui affichent des déficits en raison du gel des tarifs depuis 2005, Sonelgaz et Naftal notamment, ne tirent d'ailleurs aucun bénéfice de la hausse des prix. Bien que les responsables de ces entreprises refusent de s'exprimer sur la question, estimant que les mesures prises dans le cadre de la LF 2016 concernent le ministère des Finances, les propos tenus par ces derniers, il y a à peine quelques semaines, donnaient un autre son de cloche. Lors de son passage sur les ondes de la Radio nationale au mois d'octobre, le PDG de Sonelgaz, Noureddine Bouterfa, estimait ainsi qu'«une augmentation de la TVA ne veut pas dire une augmentation des tarifs».
Celui-ci a évoqué l'impact du gel des tarifs de l'électricité sur l'entreprise, estimant le manque à gagner de Sonelgaz à 175 milliards de dinars. Et d'ajouter : «Tant que l'équilibre entre les charges et les revenus n'est pas établi, on aura toujours des problèmes de trésorerie (…), à un moment ou à un autre, Sonelgaz aura rendez-vous avec la tarification.» Quelques jours auparavant, c'était le PDG de Naftal, Hocine Rizou, qui évoquait les difficultés dont pâtit son entreprise en raison du gel des tarifs, considérant que c'est une question «prise en charge par les pouvoirs publics».
D'ailleurs les travaux d'un brainstorming consacré au développement de Naftal font ressortir un déficit de certaines activités, comme la distribution de carburants et de GPL, où l'entreprise enregistre une baisse de 75% du chiffre d'affaires en raison des prix administrés et extrêmement bas. Il y a quelques jours, M. Rizou estimait que la tarification des produits pétroliers est du ressort du gouvernement et que cela échappe à Naftal.
Il est donc légitime de s'interroger sur l'utilité des hausses des prix. Pour l'heure, tout porte à croire que l'augmentation des taxes permettra surtout de combler le manque à gagner en ressources budgétaires grevées par la chute drastique des cours du brut. Autrement dit, il s'agit beaucoup plus d'enjoliver le bilan fiscal et d'afficher des chiffres permettant de soutenir l'optimisme gouvernemental quant à la bonne tenue des équilibres budgétaires.
D'ailleurs, le ministre des Finances ne manque pas, à chacune de ses sorties, de préciser que 2016 sera la première année où, du point de vue des ressources budgétaires, les recettes de la fiscalité ordinaire seront supérieures à celles de la fiscalité pétrolière. Un argument que le ministre a remis en avant mardi, à la veille de l'adoption de la loi de finances par le Conseil de la nation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.