Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Chengriha réclame la décontamination des sites    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Le Hirak maintient la pression    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    «Elles sont profondes et particulières»    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pacte économique et social conclu
12e rencontre tripartite Gouvernement-UGTA-Patronat
Publié dans El Watan le 02 - 10 - 2006

Galvaudé depuis près de deux années déjà, le pacte économique et social a été conclu hier entre les partenaires sociaux et le Gouvernement réunis à Alger dans le cadre de la 12e tripartite.
La rencontre, à laquelle ont pris part le chef du gouvernement Abdelaziz Belkhadem et d'autres membres de son staff, la centrale syndicale UGTA comme unique représentant des travailleurs et les organisations patronales CAP, CNPA, CGEA, CIPA, SEVE, UNEP, ainsi que les Sociétés de gestion des participations (SGP), a finalement entériné sans amendements l'avant-projet de pacte économique et social rendu public dernièrement par la commission tripartite installé à cet effet. Sans surprise aucune, avec une célérité des travaux qui en dit long sur le rapprochement des points de vue des trois partenaires de la tripartite, le pacte économique et social a été unanimement salué, d'autant que le président de la République y attache une grande importance, ont tenu à rappeler les intervenants. Pour le chef du gouvernement, le pacte économique et social a pour objectif d'« engager le pays dans la voie irréversible du développement », alors que les partenaires économiques et sociaux s'engageraient à travers ce pacte à apporter, chacun à son niveau et « dans un climat apaisé, les conditions devant permettre de concrétiser trois actions essentielles : développer la production nationale dans tous les domaines ; développer une capacité productive capable de compléter les revenus tirés des hydrocarbures ; dégager les moyens et les instruments d'une politique sociale efficiente et d'un développement le plus équitablement réparti ». Cependant, même si pour Abdelaziz Belkhadem le pacte « confirme l'importance de l'entreprise algérienne comme acteur principal du développement et source essentielle de la création d'emplois et de richesse », l'euphorie ayant suivi la conclusion de ce pacte a été vite contrastée par une certaine appréhension, notamment des représentants du patronat quant à la mise en œuvre de ce pacte. A ce propos, le SG de l'UGTA Abdelmadjid Sidi Saïd a estimé pour sa part que la mise en œuvre du pacte « devra être accompagnée d'une politique de communication, afin d'assurer à l'ensemble des acteurs économiques et sociaux la nécessaire visibilité leur permettant d'inscrire leurs actions de façon cohérente et coordonnée ». Ce pacte d'une durée de quatre années est, de l'avis des partenaires de la tripartite, un moyen d'avoir la « paix sociale » afin d'engager les chantiers économiques à venir dans la sérénité. Cependant, l'absence d'un débat public autour de ce pacte et l'exclusion d'autres syndicats et organisations de la société civile laissent penser que ses résultats seront mitigés. Les participants à la rencontre d'hier ont à maintes fois éludé la question de la représentativité des partenaires sociaux, d'autant que la question se pose avec acuité autant pour les représentants des travailleurs que pour les employeurs eux-mêmes. Il y a lieu de préciser, toutefois, que le pacte économique et social signé hier prévoit d'installer des mécanismes de mise en œuvre et d'évaluation. Une évaluation annuelle dans le cadre d'une réunion tripartite est consacrée à cet effet. De même qu'un rapport annuel est établi par un comité national de suivi tripartite créé à cet effet. « Une évaluation qui s'appuiera sur le rapport annuel sur la situation économique et sociale du pays élaboré par les services compétents du gouvernement », selon ce pacte. Un pacte qui se fixe comme priorités, entre autres, « la promotion des régions défavorisées, la réduction des disparités, le développement du monde rural, la lutte contre la pauvreté et la marginalisation, l'implication plus grande de la femme dans les tâches de développement, la promotion de l'emploi et l'intégration des jeunes dans le processus des production ». A propos des salaires, le pacte stipule que la politique des revenus « doit tenir compte de l'amélioration réelle du niveau de productivité et de la performance des entreprises ». Dans le secteur économique, les négociations salariales s'effectueront selon une périodicité à arrêter conjointement par les partenaires sociaux au niveau des branches d'activités et au niveau des entreprises « en tenant compte des paramètres et indicateurs convenus dans le présent pacte ». Pour le secteur des institutions et administrations publiques, l'évolution des rémunérations qui devra tenir compte de l'évolution des indicateurs macro-économiques du pays sera examinée à l'occasion des rencontres bipartites consacrées à cet effet.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.