CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    483 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Covid-19/sétif: appel aux volontaires médecins et paramédicaux pour prêter main forte au staff médical en activité    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    TIZI OUZOU : Vers l'ouverture de deux nouveaux services Covid-19    TAMANRASSET : Un terroriste capturé à In M'guel    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Cap sur les mines    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    La classe politique sort de sa léthargie    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Démission du ministre de la Justice    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Un recrutement en catimini    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tizi Ouzou : Grève des étudiants
Tiziouzou : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 01 - 2016

Les étudiants réclament la reconnaissance de leur «comité autonome» et l'ouverture du dialogue avec les responsables de l'université.
L'université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou a été paralysée, hier, par une grève générale à l'appel de la coordination des étudiants. La communauté estudiantine a, après un rassemblement à l'intérieur de l'enceinte du campus de Hasnaoua, investi la rue pour bloquer la voie publique. «Nous dénonçons la violence structurée au sein de l'université qui vit un marasme permanent.
Nous sommes aussi contre l'exclusion, sans motif, des syndicalistes», clame un représentant des étudiants qui nous a fait remarquer que la situation de la communauté estudiantine est de plus en plus intenable, notamment sur le plan sociopédagogique. «L'administration refuse d'ouvrir les portes du dialogue. Les maintes demandes d'audience adressées au recteur sont restées, à ce jour, lettres mortes.
C'est une forme de remise en cause des comités autonomes. Donc, aujourd'hui, le recteur doit prendre ses responsabilités devant une situation alarmante», a déclaré un autre étudiant devant une foule qui répliquait par «Recteur dégage !» et «Non à la violence à l'université». Puis, après avoir occupé la rue, les protestataires se sont dirigés vers le rectorat pour fermer la porte de cette administration.
«Nous lançons un appel aux enseignants et travailleurs de l'université à se joindre à notre mouvement de protestation, afin d'isoler l'administration qui refuse le dialogue et qui fait dans une fausse interprétation de la réglementation sous prétexte de l'autonomie d'action. Il faut l'union de toutes les franges de la communauté universitaire pour faire entendre notre voix», enchaîne le même intervenant.
Par ailleurs, le rassemblement des étudiants au niveau du campus de Hasnaoua a été appuyé par une grève qui a paralysé pratiquement toutes les facultés. Rappelons aussi que l'UMMTO connaît, depuis le début de l'année universitaire en cours, plusieurs mouvements de protestation comme celui entrepris également par les enseignants qui ont plusieurs fois investi la rue pour se faire entendre. Le 6 janvier dernier, une marche avait été organisée dans la ville de Tizi Ouzou à l'appel du Conseil national des enseignants du supérieur de Tizi Ouzou (Cnesto).
Les enseignants de l'UMMTO voulaient, à travers cette action, exiger, entre autres, «le maintien du programme présidentiel relatif au logement des enseignants, la mise en œuvre inconditionnelle du protocole d'accord signé par le Cnesto et l'administration rectorale, l'arrêt immédiat du harcèlement administratif contre les enseignants en général et les syndicalistes en particulier». «Pour la suprématie du scientifique sur l'administratif» et «pour la sauvegarde de l'université», avaient-ils aussi scandé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.