L'Opep+ marque le coup : baisse drastique de 2 millions B/J pour novembre    Adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Lamamra examine avec son homologue portugais le renforement des relations bilatérales    Processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    L'UNRWA dénonce Israël    Mise en garde contre les dangers des produits pyrotechniques    Intempéries à Bordj Bou Arreridj : biens endommagés et mort de plus de 400 bêtes    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le projet prend forme    Nouvelles agressions marocaines    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaine dans différents secteurs    Les félicitations du président    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Un missile balistique a survolé le Japon    Le Maroc enchaîne les revers    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ressources hydriques en Algérie : Situation délicate à l'horizon 2025
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 22 - 03 - 2016

Un avenir pour le moins sombre pointe à l'horizon des ressources hydriques en Algérie. Les prévisions, en la matière, auxquelles ont abouti les experts n'augurent rien de bon ; l'Algérie enregistrera un déficit en eau d'un milliard de mètres cubes d'ici l'an 2025.
Si la réalisation des barrages et le recours au dessalement de l'eau de mer ont quelque peu atténué le spectre de la pénurie, ces infrastructures sont loin d'épargner à l'Algérie le stress hydrique. D'après les mêmes experts, l'unique région sécurisée est le Constantinois grâce au volume régularisable élevé assuré par les barrages en construction et en exploitation. A titre d'exemple, le barrage de Beni Haroun permet de régulariser un volume de 432 millions de mètres cubes.
D'après les données collectées par le ministère des Ressources en eau et de l'Environnement, ce barrage d'une capacité d'un milliard de mètres cubes permet, à lui seul, à la région du Constantinois 5 ans d'autonomie.
Ressources très faibles
Située dans une zone aride à semi-aride, l'Algérie pauvre en ressources hydriques a, tout de même, selon Messaoud Terra, directeur de l'alimentation en eau potable au ministère des Ressources en eau, la chance d'être autonome en matière de ressources et de n'avoir aucune dépendance hydrique avec les pays voisins. «Nos potentialités en matière de ressources en eau sont estimées à 18 milliards de mètres cubes. Elles nous proviennent principalement des eaux souterraines à hauteur de 10 milliards de mètres cubes, des ressources souterraines fossiles faiblement renouvelables (5,2 milliards) et des eaux souterraines renouvelables dans le Nord (2,5 milliards).
Durant les 15 dernières années, une trentaine de barrages ont été construits pour emmagasiner les eaux superficielles. Suite à cet effort, nous avons presque doublé notre capacité de stockage. Nous sommes passé de 3,5 milliards de mètres cubes à 7,5 milliards», explique-t-il. Selon le même responsable, sur les 65 barrages en exploitation, 44 sont à usage exclusif pour l'alimentation en eau potable (AEP) ou à usage mixte (AEP et irrigation). Cependant, ces derniers sont à faible capacité et à régularisation annuelle. Ils sont condamnés à la sécheresse après deux ans d'absence de pluviométrie.
Une saison sauvée de justesse
Caractérisée par un automne et un début d'hiver secs, l'année hydrologique actuelle, comptée depuis septembre 2015, condamne l'Algérie à un déficit en matière de pluviométrie et encore plus en matière d'apports. Dans un bilan arrêté au début du mois de mars, l'Algérie enregistre un déficit de plus d'un milliard de mètres cubes. La quantité stockée dans les barrages au début du mois de mars 2015 était de 6 milliards mètres contre 4,5 milliard pour la même période de l'année en cours.
«Pour remplir les barrages, nous avons besoin d'intempéries de longue durée pour que l'eau ruisselle dans les cours d'eau. Nous en avons besoin notamment pour le remplissage des barrages à faible capacité. Heureusement, les dernières intempéries ont permis de combler suffisamment ce déficit et de remplir les barrages à hauteur de 75%», rassure-t-il.
Et d'ajouter : «Même en cas de déficit d'écoulement, nous sommes prêts à répondre aux besoins de la population grâce aux réserves constituées durant les dernières années. Les barrages Koudiat Asserdoune et Guergar sont pleins de manière à couvrir les besoins de l'Algérois durant toute l'année. Il en est de même pour le barrage Beni Haroun qui est aussi largement suffisant pour approvisionner les 6 wilayas de l'est du pays.
Actuellement, nous sommes en train de travailler pour trouver un moyen de couvrir les besoins nationaux en matière d'eau, notamment durant la saison estivale, sur la longue durée. Notre souci majeur est l'ouest d'Alger qui connaît une très forte affluence des estivants et, de facto, une très grande demande d'eau. La ressource de cette zone est le barrage de Bouroumi, les forages de Mazafran et la station de dessalement de Fouka (en partie). Nous sommes en train de nous préparer pour intervenir, au cas où il y aurait une pénurie, en réalisant une trentaine de nouveaux forages pour gagner en quantité d'eau mobilisée.
L'Ouest algérien, très faible en matière de ressources, est desservi par le dessalement de l'eau de la mer. Même s'il existe des barrages, ils sont à régularisation annuelle, d'où l'adoption de cette solution de substitution qu'est le dessalement.» Une solution très coûteuse à l'Etat et des stations énergivores.
Pour M. Terra, le problème de manque de ressources énergétiques dans ces stations n'est pas évoqué étant donné qu'elles possèdent des systèmes de recyclage et de récupération de l'énergie électrique qui leur permettent une économie de 10 à 15% de l'énergie électrique consommée. Il faut le dire, l'impact direct des changements climatiques sur la pluviométrie et la crise économique et financière que traverse l'Algérie qui entrave la réalisation de nouvelles infrastructures hydrique ne feront que confirmer le pronostic morose des experts et accéléreront l'arrivée de la catastrophe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.