Aïn Témouchent : Le flou entoure la centrale électrique de Terga    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Juventus : Ronaldo déterminant pour la signature de De Ligt ?    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Le coup de com de D. Trump    Alger : Rassemblement pour la libération de manifestants détenus    Affaire KIA: Youcef Yousfi auditionné par la Cour suprême    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    Groupe F : Ghana-Bénin, aujourd'hui à 21h00: Les Black Stars à la recherche de leur passé    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Tébessa: Cinq personnes écrouées pour une affaire de 730 milliards    SDC-Sonelgaz de Tlemcen: Le président de la commission des marchés publics devant la justice    L'ARBRE DESSECHE    Le drapeau    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pas de consensus autour de la réforme du bac
Les matières à supprimer divisent
Publié dans El Watan le 12 - 07 - 2016

La commission mixte chargée du dossier de refonte de l'examen du baccalauréat s'est réunie hier à Alger, à huis clos, pour examiner les propositions avant l'atelier portant sur le même thème prévu à la fin de la semaine et qui verra la participation d'experts de l'éducation mais aussi de responsables des autres secteurs concernés par cet examen, dont l'enseignement supérieur.
La rencontre d'hier, la sixième du genre depuis le début de l'année scolaire, à laquelle ont pris part des représentants des enseignants, des parents d'élèves, des représentants de la commission nationale des programmes et des experts pédagogues du ministère de l'Education nationale, était l'occasion de passer en revue les propositions des différentes parties avant de les soumettre au gouvernement qui devrait valider le nouveau format du baccalauréat avant la rentrée scolaire.
La ministre de l'Education nationale a déjà exprimé son intention de faire appliquer la nouvelle mouture pour la prochaine session du baccalauréat. Selon Meziane Meriane, syndicaliste et membre de la commission mixte, présent à cette rencontre, la réduction du nombre d'épreuves de cet examen national à six s'étalant sur trois jours a fait le consensus auprès des membres de cette commission. «La difficulté reste toutefois dans le choix des matières à exclure de l'examen», souligne notre interlocuteur, décrivant la difficulté de parvenir à une formule faisant consensus.
Les avis des membres représentants la communauté éducative divergent donc sur les matières à supprimer du calendrier de l'examen, que la commission propose d'organiser en sessions décalées.
Le Syndicat national des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef), représenté par Boualem Amoura, défend «un bac spécialisé» avec des épreuves des matières essentielles et propose une session anticipée des matières secondaires. Le Satef est partisan d'une session pour les matières secondaires à la fin de la 2e AS «pour permettre une meilleure concentration sur les matières essentielles avec en sus une révision des coefficients pour asseoir les bases d'un baccalauréat spécialisé». Le syndicaliste a maintes fois dénoncé la «politisation» du baccalauréat, dont la réforme est à chaque fois reportée faute de débat de spécialistes.
«En insistant à défendre le maintien des matières secondaires comme tamazight et les sciences islamiques dans le calendrier des matières essentielles, nous sommes restés dans l'idéologique au lieu du pédagogique et, au final, on ne peut pas régler le problème de la surcharge du calendrier tout en maintenant toutes ces matières», estime M. Amoura.
Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (Cnapeste) et l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (Unpef) défendent le maintien de ces matières «dites de l'identité» dans le calendrier de l'examen et proposent l'instauration d'une évaluation permanente, annuelle, pour lutter contre l'absentéisme. L'Unpef dit s'opposer à la suppression des sciences islamiques, de l'arabe, de tamazight, de l'histoire.
Les propositions de la commission tournent donc autour de la révision des coefficients des matières, la suppression des épreuves secondaires, la réduction du volume horaire des épreuves, l'organisation d'une session anticipée et l'instauration de matières optionnelles. Les propositions seront remises au ministère de l'Education nationale et seront soumises au gouvernement qui statuera sur leur maintien ou pas, expliquent les membres de la commission, qui soulignent toutefois leur refus de toute modification des propositions. «La réforme du baccalauréat doit se faire impérativement avec les travailleurs du secteur qui sont sur le terrain. Nous avons passé plusieurs heures à en débattre. Nous n'accepterons aucun format dicté sans le consentement de la communauté éducative», insiste M. Amoura.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.