Report du procès en appel au 31 janvier    Les messages de Chanegriha    Le dossier de Ali Ghediri pas encore examiné par la chambre d'accusation    Policiers révoqués durant la Décennie Noire : «Nous réclamons notre réintégration»    Les licenciés en droit réclament l'ouverture du concours au CAPA    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Dépôt en ligne des certificats d'arrêt de travail    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Défaite de l'Algérie face à l'Islande    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Arrestation de 2 personnes en possession de 263 700 euros en faux billets à Amizour    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    Que se passe-t-il si vous mangez 4 amandes par jour ?    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    Situation politique et questions régionales au menu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pas de consensus autour de la réforme du bac
Les matières à supprimer divisent
Publié dans El Watan le 12 - 07 - 2016

La commission mixte chargée du dossier de refonte de l'examen du baccalauréat s'est réunie hier à Alger, à huis clos, pour examiner les propositions avant l'atelier portant sur le même thème prévu à la fin de la semaine et qui verra la participation d'experts de l'éducation mais aussi de responsables des autres secteurs concernés par cet examen, dont l'enseignement supérieur.
La rencontre d'hier, la sixième du genre depuis le début de l'année scolaire, à laquelle ont pris part des représentants des enseignants, des parents d'élèves, des représentants de la commission nationale des programmes et des experts pédagogues du ministère de l'Education nationale, était l'occasion de passer en revue les propositions des différentes parties avant de les soumettre au gouvernement qui devrait valider le nouveau format du baccalauréat avant la rentrée scolaire.
La ministre de l'Education nationale a déjà exprimé son intention de faire appliquer la nouvelle mouture pour la prochaine session du baccalauréat. Selon Meziane Meriane, syndicaliste et membre de la commission mixte, présent à cette rencontre, la réduction du nombre d'épreuves de cet examen national à six s'étalant sur trois jours a fait le consensus auprès des membres de cette commission. «La difficulté reste toutefois dans le choix des matières à exclure de l'examen», souligne notre interlocuteur, décrivant la difficulté de parvenir à une formule faisant consensus.
Les avis des membres représentants la communauté éducative divergent donc sur les matières à supprimer du calendrier de l'examen, que la commission propose d'organiser en sessions décalées.
Le Syndicat national des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef), représenté par Boualem Amoura, défend «un bac spécialisé» avec des épreuves des matières essentielles et propose une session anticipée des matières secondaires. Le Satef est partisan d'une session pour les matières secondaires à la fin de la 2e AS «pour permettre une meilleure concentration sur les matières essentielles avec en sus une révision des coefficients pour asseoir les bases d'un baccalauréat spécialisé». Le syndicaliste a maintes fois dénoncé la «politisation» du baccalauréat, dont la réforme est à chaque fois reportée faute de débat de spécialistes.
«En insistant à défendre le maintien des matières secondaires comme tamazight et les sciences islamiques dans le calendrier des matières essentielles, nous sommes restés dans l'idéologique au lieu du pédagogique et, au final, on ne peut pas régler le problème de la surcharge du calendrier tout en maintenant toutes ces matières», estime M. Amoura.
Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (Cnapeste) et l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (Unpef) défendent le maintien de ces matières «dites de l'identité» dans le calendrier de l'examen et proposent l'instauration d'une évaluation permanente, annuelle, pour lutter contre l'absentéisme. L'Unpef dit s'opposer à la suppression des sciences islamiques, de l'arabe, de tamazight, de l'histoire.
Les propositions de la commission tournent donc autour de la révision des coefficients des matières, la suppression des épreuves secondaires, la réduction du volume horaire des épreuves, l'organisation d'une session anticipée et l'instauration de matières optionnelles. Les propositions seront remises au ministère de l'Education nationale et seront soumises au gouvernement qui statuera sur leur maintien ou pas, expliquent les membres de la commission, qui soulignent toutefois leur refus de toute modification des propositions. «La réforme du baccalauréat doit se faire impérativement avec les travailleurs du secteur qui sont sur le terrain. Nous avons passé plusieurs heures à en débattre. Nous n'accepterons aucun format dicté sans le consentement de la communauté éducative», insiste M. Amoura.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.