CONGRES DU PARTI FLN : Abou El Fadl Baadji plébiscité nouveau secrétaire général    TRIBUNAL DE BLIDA : Le procès de Hamel et Berrachdi reporté    COUR MILITAIRE DE BLIDA : Le président Tebboune nomme un nouveau procureur général    DR ABDERRAHMANE MEBTOUL A RADIO FRANCE INTERNATIONALE-PARIS : Les conséquences sociales et économiques en Algérie de l'épidémie du coronavirus    IMPACTEE PAR LA CRISE SANITAIRE : Les pertes d'Air Algérie estimées à 3500 milliards de centimes    PLAGE DE SIDI EL MEJDOUB : Deux personnes sauvées d'une noyade certaine    MOSTAGANEM : Le wali interdit les baignades et l'accès aux plages    Coronavirus: 127 nouveaux cas,199 guérisons et 7 décès en Algérie durant les dernières 24h    Covid-19: lancement d'enquêtes épidémiologiques dans les wilayas aux taux élevés    Pétrole: deux réunions de l'OPEP en juin pour évaluer l'impact des baisses de production    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    On vous le dit    Révolution algérienne: les offensives du 20 août 55, un acte sauvagement réprimé dans le sang    Washington signe la fin de sa relation avec l'OMS    Le gouvernement prêt à négocier avec les talibans    Maintien de la paix : Pékin promet une plus grande contribution    ES Sétif : Halfaia remet sa démission    Manifestation à Rome contre le gouvernement Conte    CAF : Ahmad Ahmad briguera un second mandat    FAF : Réunion du bureau fédéral aujourd'hui    Un maghrébin au long cours    Nouveau coup de filet à El-Kseur    Accusations de prévarication : La BAD temporise malgré l'appel    Impact de la Covid-19 : Quand l'industrie de l'aérien bat de l'aile    "Le Hirak raconte le rêve contrarié d'un peuple"    Ghardaïa: arrestation de dix présumés "coupeurs de route" à Hassi-Lefhal    Epidémie du Covid-19 à Béjaïa : Le CHU gère son espace    Souk Ahras : La fourrière pour 454 véhicules    Palestine-Covid19: réouverture de la mosquée al-Aqsa    Six ouvrages pour dire la tragédie nationale    Maison de la culture Ali Zamoum : Un concours de théâtre pour les familles    Mercato en Europe Une nouvelle donne pour les clubs    Réunion du Conseil des ministres aujourd'hui: «Mémoire nationale» et relance de l'industrie au menu    BRAS D'HONNEUR    Géopolitique et champ d'action militaire    Hommage à Michel Seurat    MC Oran: Hyproc au secours du Mouloudia    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    Kamel Daoud : l'arbre aux fruits mûrs    L'infrangible lien…    Le Maroc rapatrie ses ressortissants bloqués en Algérie    La défense de Karim Tabbou refuse de plaider à distance    Des dérogations pour la diaspora algérienne ?    Les feuilles de l'automne    L'Algérie représentée au festival Docu-Med    Le théâtre, une thérapie libératrice de la peur et du stress    La revanche de Tayeb Zitouni    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pas de consensus autour de la réforme du bac
Les matières à supprimer divisent
Publié dans El Watan le 12 - 07 - 2016

La commission mixte chargée du dossier de refonte de l'examen du baccalauréat s'est réunie hier à Alger, à huis clos, pour examiner les propositions avant l'atelier portant sur le même thème prévu à la fin de la semaine et qui verra la participation d'experts de l'éducation mais aussi de responsables des autres secteurs concernés par cet examen, dont l'enseignement supérieur.
La rencontre d'hier, la sixième du genre depuis le début de l'année scolaire, à laquelle ont pris part des représentants des enseignants, des parents d'élèves, des représentants de la commission nationale des programmes et des experts pédagogues du ministère de l'Education nationale, était l'occasion de passer en revue les propositions des différentes parties avant de les soumettre au gouvernement qui devrait valider le nouveau format du baccalauréat avant la rentrée scolaire.
La ministre de l'Education nationale a déjà exprimé son intention de faire appliquer la nouvelle mouture pour la prochaine session du baccalauréat. Selon Meziane Meriane, syndicaliste et membre de la commission mixte, présent à cette rencontre, la réduction du nombre d'épreuves de cet examen national à six s'étalant sur trois jours a fait le consensus auprès des membres de cette commission. «La difficulté reste toutefois dans le choix des matières à exclure de l'examen», souligne notre interlocuteur, décrivant la difficulté de parvenir à une formule faisant consensus.
Les avis des membres représentants la communauté éducative divergent donc sur les matières à supprimer du calendrier de l'examen, que la commission propose d'organiser en sessions décalées.
Le Syndicat national des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef), représenté par Boualem Amoura, défend «un bac spécialisé» avec des épreuves des matières essentielles et propose une session anticipée des matières secondaires. Le Satef est partisan d'une session pour les matières secondaires à la fin de la 2e AS «pour permettre une meilleure concentration sur les matières essentielles avec en sus une révision des coefficients pour asseoir les bases d'un baccalauréat spécialisé». Le syndicaliste a maintes fois dénoncé la «politisation» du baccalauréat, dont la réforme est à chaque fois reportée faute de débat de spécialistes.
«En insistant à défendre le maintien des matières secondaires comme tamazight et les sciences islamiques dans le calendrier des matières essentielles, nous sommes restés dans l'idéologique au lieu du pédagogique et, au final, on ne peut pas régler le problème de la surcharge du calendrier tout en maintenant toutes ces matières», estime M. Amoura.
Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (Cnapeste) et l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (Unpef) défendent le maintien de ces matières «dites de l'identité» dans le calendrier de l'examen et proposent l'instauration d'une évaluation permanente, annuelle, pour lutter contre l'absentéisme. L'Unpef dit s'opposer à la suppression des sciences islamiques, de l'arabe, de tamazight, de l'histoire.
Les propositions de la commission tournent donc autour de la révision des coefficients des matières, la suppression des épreuves secondaires, la réduction du volume horaire des épreuves, l'organisation d'une session anticipée et l'instauration de matières optionnelles. Les propositions seront remises au ministère de l'Education nationale et seront soumises au gouvernement qui statuera sur leur maintien ou pas, expliquent les membres de la commission, qui soulignent toutefois leur refus de toute modification des propositions. «La réforme du baccalauréat doit se faire impérativement avec les travailleurs du secteur qui sont sur le terrain. Nous avons passé plusieurs heures à en débattre. Nous n'accepterons aucun format dicté sans le consentement de la communauté éducative», insiste M. Amoura.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.