Du verbiage et des actes    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    L'ancien ministre des Finances, Benkhalfa: La récupération du foncier industriel, une «décision judicieuse»    Un léger mieux mais... Le casse-tête de la liquidité bancaire    Le discours officiel à l'épreuve    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Sarkozy condamné à 3 ans de prison pour corruption    MCO - Licence professionnelle: Les supporters retiennent leur souffle    WA Tlemcen: Un état d'esprit à préserver    SCM Oran: Vers le dépôt des licences au niveau de la DJS    Disparition de Fekri: Un corps repêché à Cap Rousseau    Le confinement partiel reconduit    Ballotés entre la wilaya et l'APC: Les concessionnaires privés chargés de la collecte dans l'impasse    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Le Pr Djenouhat invite les épidémiologistes à approfondir les enquêtes    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Après la défaite concédée face à la JSK : Amrani en sursis, les joueurs mis à l'index    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Le décret publié au "Journal officiel"    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retraite anticipée et sans condition d'âge: Benghebrit rassure les syndicats
Publié dans Le Temps d'Algérie le 27 - 06 - 2016

Le dossier de la retraite anticipée et sans condition d'âge fera l'objet d'un débat, avant la prochaine rentrée scolaire, entre la ministre de l'Education, Nouria Benghebrit, et ses partenaires sociaux.
Une rencontre sur l'évaluation du bac est attendue le 3 juillet.
C'est ce qui ressort de la rencontre «protocolaire», tenue dimanche, entre les syndicats et la ministre du secteur.
«La ministre nous a promis d'organiser une journée d'étude sur ce dossier, avant la prochaine rentrée scolaire», indique Boualem Amoura, secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef).
Chargée de transmettre leurs préoccupations au gouvernement, la ministre les a rassurés en leur affirmant que l'étude des dossiers de départ à la retraite anticipée ne sera pas gelée.
«Elle nous a rassurés sur le fait que toutes les demandes de départ à la retraite anticipée ou proportionnelle seront satisfaites», a révélé, pour sa part, Messaoud Amraoui, chargé de communication au sein de l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (Unpef).
Ce dossier est considéré comme une «ligne rouge» pour ces syndicats qui mettent en garde le gouvernement contre l'abrogation de ce qu'ils appellent «un acquis».
«Il ne faut pas y toucher, et si le gouvernement s'entête, nous n'allons pas nous taire», affirme Amoura, qui avertit que la réaction ne sera que radicale.
Il faut noter que les départs à la retraite dans le secteur de l'éducation représentent plus de 90% dans le corps enseignant (soit
12 000 enseignants sur les
15 000) et plus de 70% dans les autres corps.
Une rencontre pour évaluer le bac
L'examen du baccalauréat et l'évaluation de la session ordinaire et partielle aussi bien que sa réorganisation ont aussi été abordés lors de cette rencontre, consacrée au remerciement des partenaires sociaux pour leur participation à la réussite de la seconde session de cet examen. «Il y aura une évaluation technique de cette session où la ministre fournira des informations dont celles relatives à la question des fuites», a fait savoir Amoura. Le syndicaliste a, toutefois, mis l'accent sur l'importance d'un «nouveau bac». «Il faut que le bac Napoléon soit enterré», insiste-t-il.
La réorganisation de cet examen s'avère plus que nécessaire, enchaîne Meziane Meriane, secrétaire général du Syndicat national automne des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest).
«Il faut évaluer en profondeur cet examen», prône Meriane. Ce dernier a fait part dans ce sens des propositions formulées par sa formation dont la bonification des coefficients pour les matières essentielles et le passage à 3 jours d'examen au lieu de 5. «Cinq jours, c'est lourd sur le plan pédagogique», soutient le SG du Snapest. Outre la réduction du nombre de jours d'examen, le Satef préconise l'organisation d'un bac en deux parties ou en deux temps. Les épreuves relatives aux matières secondaires se dérouleraient en 2e année secondaire, alors que les matières essentielles se feront en classe de terminale. Comme il approuve, à l'instar d'autres syndicats comme le CLA et le Cnapest, l'introduction de la fiche de synthèse qui permettra de prendre en considération le parcours scolaire annuel de l'élève. Toutes ces propositions ont été remises à la commission de réorganisation de l'examen du bac qui se réunira, aujourd'hui, pour les étudier. «Une formule définitive devrait être trouvée», a plaidé Meriane.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.