Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Un Palestinien tombe en martyr    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alger, Le Caire et Tunis veulent prendre les choses en main
Règlement de la crise libyenne
Publié dans El Watan le 14 - 01 - 2017

Les initiatives en faveur d'un règlement de la crise libyenne se multiplient.
Adoubées par la Ligue arabe, l'Algérie, l'Egypte et la Tunisie ont décidé de conjuguer leurs efforts pour convaincre les gouvernements rivaux de Tripoli et de Tobrouk d'enterrer la hache de guerre et de reprendre le chemin des négociations.
La décision de ces trois pays de lancer une telle initiative s'explique par leur crainte d'une plus grande dégradation de la situation sécuritaire dans la région après l'annonce du maréchal Khalifa Haftar de sa ferme intention de marcher sur Tripoli pour en chasser les milices qui y font leur loi depuis 2011. Mais il n'y a pas que cela. Ils craignent également que le dossier libyen finisse par être l'otage d'une confrontation entre les grandes puissances.
L'idée, soutiennent des sources libyennes, émane du président tunisien Béji Caïd Essebsi qui a proposé de tenir un sommet avec ses homologues algérien et égyptien afin d'impulser une nouvelle dynamique au processus de règlement de la crise libyenne actuellement en panne. Martin Kobler, l'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU pour la Libye, soutiendrait la démarche, surtout que ses efforts destinés à réconcilier Tripoli et Tobrouk et surtout à faire appliquer l'accord de Skhirat ont pour le moment échoué. Le Président tunisien, affirment les mêmes sources, est persuadé que la démarche peut aboutir dans la mesure où chacun des trois pays dispose de canaux privilégiés avec les différentes parties libyennes. Ils ont donc les moyens de les amener à infléchir leur position. Béji Caïd Essebsi a soutenu en outre qu'aucun pays ne peut parvenir à régler à lui seul la crise libyenne.
L'annonce de ce projet de sommet intervient, signale-t-on, après une série de réunions tenues à la fin du mois de décembre dernier au Caire entre des experts algériens, égyptiens et tunisiens. Ces réunions présidées par le chef d'état-major de l'armée égyptienne en personne, le général de corps d'armée Mohamed Hidjazi, ont, semble-t-il, permis de déblayer le terrain. Le général Mohamed Hidjazi a été désigné par le président Abdelfattah Al Sissi pour gérer le dossier libyen.
L'envoyé spécial de la Ligue arabe pour la Libye, le Tunisien Salaheddine Jamali, qui a confirmé ces contacts, a annoncé que la proposition du président Béji Caïd Essebsi de tenir un sommet à trois sera d'abord précédée par une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays voisins de la Libye, ajoutant que les contacts entre la Ligue arabe, l'Algérie, l'Egypte et la Tunisie se sont intensifiés ces derniers jours. Comme le président Béji Caïd Essebsi, Salaheddine Jamali se dit également convaincu qu'une coordination entre les trois pays est plus prometteuse que les initiatives entreprises jusque-là séparément par l'Algérie, la Tunisie et l'Egypte.
L'envoyé spécial de la Ligue arabe pour la Libye, qui précise que la date et le lieu de la tenue du sommet n'ont pas encore été déterminés, a indiqué qu'il se rendrait bientôt en Libye pour prendre contact avec les responsables des gouvernements de Tripoli et de Tobrouk pour les informer de l'initiative.
Des sources proches des tribus et de certains acteurs politiques libyens disent qu'un consensus sur la nécessité d'amender l'accord de Skhirat afin de faire une place au maréchal Khalifa Haftar et à son armée commence à se dessiner. De toutes les façons, il ne peut pas en être autrement vu que l'Armée nationale libyenne (ANL) fondée par Khalifa Haftar est devenue aujourd'hui une réalité incontournable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.