Le RND appelle Bouteflika à se porter candidat à la présidentielle    ELECTION PRESIDENTIELLE 2019 : Les Algériens appelés à voter le 18 avril    JOURNEE NATIONALE DE LA COMMUNE : Les maires appelés à s'éloigner de la bureaucratie    Aux Algériens de décider.. !    Un remake de 2014 en cours: l'Algérie hors du temps    HABITAT : Temmar lance un projet de 2000 logements à Oran    SIDI BEL ABBES : ‘'La numérisation, c'est pour la fin mars''    CNAS : Les arrêts de travail ont coûté 16 milliards de DA    BECHAR : Arrestation de 2 dealers sur motocycle    LUTTE CONTRE L'ANALPHABETISME : Plus de 8000 analphabètes recensés à Mostaganem    MAZAGRAN : Un berger découvert mort    Un citoyen arrêté par la police pour avoir réclamé ses droits à Batna    En bref…    CAN U-20 : Début du contrôle médical des joueurs    Cross-country à la mémoire de Abdou Seghouani demain à Bouchaoui    Boudebouz intéresse Bologne    Le hasard selon Amari    Mohamed Chafa Ouzzani Des œuvres flamboyantes    Amar Amarni, un artiste complet    Election présidentielle : Ce que prévoit la loi    Rassemblement de soutien à Adlène Mellah    Réorganisation du baccalauréat : Les premières évaluations dès l'année prochaine    Le MCEE et le NCM à la poursuite de l'ASO    Messahel à la Valette    Les graves accusations du Snapo    Pour l'institution d'un prix national «Si Muhend u Mhand»    L'opérette Novembre… sidjil el khouloud conquiert le public tlemcénien    Hommage à un stratège de la révolution    Macron : une communication sans fin, mais sans beaucoup de réponses    Tlemcen: Plus de 10 tonnes de kif saisies en une année    Ligue des champions : JSS-Ahly du Caire, vendredi à 20h00: Les Bécharis au pied de la pyramide    Le réseau électrique renforcé    USMA-NAHD (4-1) et CSC-CABBA (1-0)    «L'enquête achevée et le dossier transmis à la justice»    L'APN prend part à la réunion de la commission des affaires politiques, de la sécurité et des droits de l'Homme de l'UPM à Strasbourg    Des mesures pour le parachèvement des travaux du projet du stade de Bordj Menaïel    Les représentants des membres de l'UA se penchent sur le dossier des personnes déplacées    Les cours du pétrole stables en Asie    «La colonisation et l'occupation continuent de saper le développement» de l'Etat de Palestine    Vingt-deux équipes dont le GSP au rendez-vous de Tunis    L'Algérien Dib élu président de la zone I nord    Tout accord Maroc-UE incluant les territoires sahraouis, sont nuls et non avenus    L'urgence de les récupérer et numériser    Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-Ouzou    Gouvernance vertueuse    Isolé dans la région, vers quels pays le Venezuela se tournera-t-il?    Attentat terroriste contre un complexe hôtelier à Nairobi : L'Algérie condamne "avec force" l'attaque    Le "shutdown" de Donald Trump coûtera bientôt plus cher que son... mur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteldja Belkacem, fantôme de l'Opéra
Médailles de l'ordre du Mérite national
Publié dans El Watan le 11 - 06 - 2017

C'est un crime de lèse-majesté et autre ostracisme ne disant pas son nom à l'endroit de la mémoire et à la contribution des maîtres du raï.
Excepté, le regretté et martyr Cheb Hasni, qui vient d'être enfin honoré lors de la cérémonie officielle de remise de médailles de l'Ordre du mérite national, sous les auspices du président de la République. Mais point de diva du raï féminin, Cheikha Rimitti ou encore Zahouania, l'emblématique raïwoman, et surtout, le père du raï, Bouteldja Belkacem.
Une légende, une sorte de «BB. King ou de James Brown du raï». Bouteldja Belkacem, est l'histoire du raï. Peut-on faire l'impasse et être à ce point frappé d'amnésie par rapport à ce qu'il a apporté, donné et consenti comme sacrifices. Dans l'Algérie post-indépendance. A moins que la «distribution des bons points» soit sélective, voire obéissant à une «fetwa» ou autre honte de la musique raï. Une musique algérienne juvénile et qui est devenue internationale avec ses stars, Khaled et Mami. Un distinguo entre raï «halal» et un raï «haram», fierté et honte ?

Sa famille, dans une détresse inhumaine
Et ce, au moment où l'Algérie officielle revendique la paternité du raï, officiellement, auprès de l'Unesco, à titre de patrimoine typiquement national et universel. Une ambivalence dans l'acception et l'acceptation du raï du terroir. Sans tomber dans le misérabilisme et autre esprit chagrin, Bouteldja Belkacem, un Algérien, mérite que l'on s'attarde sur son parcours en observant une halte, soulignant sa mémoire, son esprit, encore une fois, rebelle. Un raïman de la première heure, «old school». Actuellement, la veuve de la légende du raï, Bouteldja Belkacem - décédé le 1er septembre 2015 à l'âge de 64 ans après un long et terrible combat courageux contre le cancer - est handicapée motrice (suite à une erreur médicale), un calvaire pour la déplacer. Elle réside au 3e étage d'un immeuble au quartier Haï Zitoun, Dar El Beïda, à Oran.
La famille Bouteldja ne ferme pas la porte de l'appartement (location) à clé. Sa veuve ne peut se lever pour l'ouvrir. Hormis une petite aide annuelle (ou semi-annuelle) de l'ONDA, la veuve Bouteldja n'a ni retraite, ni salaire, ni pension, ni autre soutien ou autre rente. «Que le bon Dieu, comme disent les petites gens». Sa fille est sans emploi. Ce sont les voisins, des âmes charitables forçant le respect, qui subviennent aux besoins de cette famille. Oui, la famille du grand Bouteldja Belkacem, le précurseur de la musique raï.
Des lettres… mortes
Alors que la famille de Bouteldja Belkacem avait reçu deux lettres personnelles de condoléances émanant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et de son frère et conseiller du Président, Saïd Bouteflika, où ils rendaient hommage à la légende du raï, Bouteldja Belkacem. «J'ai appris avec peine la nouvelle du décès de l'artiste de renom qui laisse un grand vide parmi ses compagnons, ses confères et toute la famille artistique algérienne.
La disparition de Belkacem Bouteldja est une grande perte pour notre scène culturelle et artistique, notamment pour la chanson raï qu'il a sublimée et élevée au rang de la mondialité», saluait en substance sa mémoire, le président de la République. Pour l'histoire (du raï), Bouteldja Belkacem, alors âgé à peine de 13 ans, en 1965, avait fait vaciller le trône de la reine de l'époque, Cheikha Rimitti, en sortant un 45 tours où figurent deux titres, Gatlek Zizia et Lahaoulouni. Le succès est immédiat à travers l'Algérie.
Il venait d'entrer dans l'histoire en modernisant le chant folklorique oranais. Et puis suivront Milouda, Serbili baoui, Ya Rayi, Sidi el Hakem…Et en 1974, Boutelda Belkacem et Messaoud Bellemou, le fameux trompettiste, propulseront un nouveau genre musical, le pop raï, en introduisant une section cuivre, une fanfare et des instrumentistes. Bouteldja Belkacem a ouvert une voie royale à d'autres émules. Sans lui, il n'y aurait eu ni Khaled, ni Fadéla, ni Mami, ni Hasni ni Bilal…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.