LE SILENCE TUE ENCORE PLUS LES ENFANTS YEMENITES    Renouvellement des membres du Conseil de la Nation : Le collège électoral convoqué pour le 29 décembre    Louisa Hanoune fustige les partisans de la «continuité»    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    Ould-Abbès passe la main    La sous-traitance représente 10% de l'activité    Marchés pétroliers : La surabondance annonce-t-elle une mauvaise année ?    Un dialogue pour désamorcer la crise    La démission surprise d'Ould Abbès    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Votre week-end sportif    Violences dans les gradins du 5-Juillet    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    Campagne d'information pour expliquer le projet    Plus de 33 000 pétards saisis à Djimla    Des dizaines de villageois de Souk-Lekhmis bloquent le CW15    Six millions d'Algériens sont diabétiques    Zombies-Land !    Logements sociaux : Les recalés des listes des bénéficiaires protestent    Assassinat par la DST en novembre 1954 de Kacem Zeddour Mohammed-Brahim Une affaire d'Etat    WA Tlemcen: Biskra, un cap important pour le Widad    USM Bel-Abbès: Un exploit qui en appelle d'autres    Le pétrole, toujours    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    Présidentielle : on se perd en conjectures !    Skikda: Saisie de kif, 8 arrestations    Suite aux nombreuses opérations de relogement: Des terrains combinés de proximité pour les nouveaux pôles urbains    Lycée Dergham Hanifi: La police sensibilise les élèves sur les dangers de l'Internet    FLN: Ould Abbès démissionne    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Le virus des primaires    Est-il Halal de prier à la grande mosquée d'Alger ?    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Situation économique et sociale alarmante dans la wilaya de Khenchela :    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    L'étape d'Alger a coûté 5 MD    «Nous allons à Lomé pour la gagne»    L'échec programmé de Rome    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteldja Belkacem, fantôme de l'Opéra
Médailles de l'ordre du Mérite national
Publié dans El Watan le 11 - 06 - 2017

C'est un crime de lèse-majesté et autre ostracisme ne disant pas son nom à l'endroit de la mémoire et à la contribution des maîtres du raï.
Excepté, le regretté et martyr Cheb Hasni, qui vient d'être enfin honoré lors de la cérémonie officielle de remise de médailles de l'Ordre du mérite national, sous les auspices du président de la République. Mais point de diva du raï féminin, Cheikha Rimitti ou encore Zahouania, l'emblématique raïwoman, et surtout, le père du raï, Bouteldja Belkacem.
Une légende, une sorte de «BB. King ou de James Brown du raï». Bouteldja Belkacem, est l'histoire du raï. Peut-on faire l'impasse et être à ce point frappé d'amnésie par rapport à ce qu'il a apporté, donné et consenti comme sacrifices. Dans l'Algérie post-indépendance. A moins que la «distribution des bons points» soit sélective, voire obéissant à une «fetwa» ou autre honte de la musique raï. Une musique algérienne juvénile et qui est devenue internationale avec ses stars, Khaled et Mami. Un distinguo entre raï «halal» et un raï «haram», fierté et honte ?

Sa famille, dans une détresse inhumaine
Et ce, au moment où l'Algérie officielle revendique la paternité du raï, officiellement, auprès de l'Unesco, à titre de patrimoine typiquement national et universel. Une ambivalence dans l'acception et l'acceptation du raï du terroir. Sans tomber dans le misérabilisme et autre esprit chagrin, Bouteldja Belkacem, un Algérien, mérite que l'on s'attarde sur son parcours en observant une halte, soulignant sa mémoire, son esprit, encore une fois, rebelle. Un raïman de la première heure, «old school». Actuellement, la veuve de la légende du raï, Bouteldja Belkacem - décédé le 1er septembre 2015 à l'âge de 64 ans après un long et terrible combat courageux contre le cancer - est handicapée motrice (suite à une erreur médicale), un calvaire pour la déplacer. Elle réside au 3e étage d'un immeuble au quartier Haï Zitoun, Dar El Beïda, à Oran.
La famille Bouteldja ne ferme pas la porte de l'appartement (location) à clé. Sa veuve ne peut se lever pour l'ouvrir. Hormis une petite aide annuelle (ou semi-annuelle) de l'ONDA, la veuve Bouteldja n'a ni retraite, ni salaire, ni pension, ni autre soutien ou autre rente. «Que le bon Dieu, comme disent les petites gens». Sa fille est sans emploi. Ce sont les voisins, des âmes charitables forçant le respect, qui subviennent aux besoins de cette famille. Oui, la famille du grand Bouteldja Belkacem, le précurseur de la musique raï.
Des lettres… mortes
Alors que la famille de Bouteldja Belkacem avait reçu deux lettres personnelles de condoléances émanant du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et de son frère et conseiller du Président, Saïd Bouteflika, où ils rendaient hommage à la légende du raï, Bouteldja Belkacem. «J'ai appris avec peine la nouvelle du décès de l'artiste de renom qui laisse un grand vide parmi ses compagnons, ses confères et toute la famille artistique algérienne.
La disparition de Belkacem Bouteldja est une grande perte pour notre scène culturelle et artistique, notamment pour la chanson raï qu'il a sublimée et élevée au rang de la mondialité», saluait en substance sa mémoire, le président de la République. Pour l'histoire (du raï), Bouteldja Belkacem, alors âgé à peine de 13 ans, en 1965, avait fait vaciller le trône de la reine de l'époque, Cheikha Rimitti, en sortant un 45 tours où figurent deux titres, Gatlek Zizia et Lahaoulouni. Le succès est immédiat à travers l'Algérie.
Il venait d'entrer dans l'histoire en modernisant le chant folklorique oranais. Et puis suivront Milouda, Serbili baoui, Ya Rayi, Sidi el Hakem…Et en 1974, Boutelda Belkacem et Messaoud Bellemou, le fameux trompettiste, propulseront un nouveau genre musical, le pop raï, en introduisant une section cuivre, une fanfare et des instrumentistes. Bouteldja Belkacem a ouvert une voie royale à d'autres émules. Sans lui, il n'y aurait eu ni Khaled, ni Fadéla, ni Mami, ni Hasni ni Bilal…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.