Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 8ème journée    Real - Zidane : "Que voulez-vous, que nous quittions la saison ?"    Real Madrid: Jovic bien prêté à Francfort (off.)    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    Casoni plie bagage    Le match à ne pas rater pour les Verts    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Ce que peut apporter Slimani à Lyon    Le rabatteur    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Le déluge    Football - Ligue 1: Sétif, Alger et Tlemcen pôles d'attraction    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le poids du laxisme fiscal
Economie parallèle et argent noir
Publié dans El Watan le 12 - 07 - 2017

La question du recours à une amnistie fiscale comme moyen de capter l'argent noir refait surface, mais elle reste loin de faire l'unanimité.
L'assainissement de la sphère économique et la mobilisation des ressources financières du pays constituent pour le gouvernement Tebboune un véritable test de ce que sera l'économie nationale dans les toutes prochaines années. Confrontés à une forte chute des revenus pétroliers et une fonte alarmante des réserves de change, les pouvoirs publics sont, aujourd'hui, dans l'urgence d'agir pour mobiliser toutes les ressources financières intérieures, notamment celles circulant dans les circuits parallèles.
Lors de son passage devant les députés pour présenter son plan d'action, le Premier ministre a réitéré «l'engagement de l'Etat» à régulariser le secteur informel et le faire «participer au développement de l'économie nationale».
Des dispositifs seront, selon lui, mis en place pour encourager et faciliter l'intégration de la sphère informelle et «attirer la masse monétaire colossale circulant dans le marché parallèle vers le circuit formel». Si le Premier ministre a insisté sur l'impérative nécessité de capter cet argent qui circule dans le circuit informel, les mesures à prendre en ce sens demeurent inconnues tant que le texte du projet de loi de finances 2018 est en cours d'élaboration.
Assistera-t-on à une opération de mise en conformité fiscale (bis) des mesures attractives, ou au lancement de nouveaux emprunts obligataires d'Etat pour absorber le maximum des liquidités du marché noir ? Les experts économiques doutent, en tout cas, de l'efficacité de ce genre d'opération, d'autant plus qu'elles ont eu, à leur lancement en 2015 et 2016, un impact très limité auprès des détenteurs de capitaux évoluant dans la sphère informelle, notamment marchande, qui contrôlent environ, selon certaines estimations, 50% de la sphère économique et 70% des segments de produits de première nécessité.
La raison en est que l'Etat ne jouit toujours pas de la confiance nécessaire à faire adhérer volontairement cette sphère économique à ce genre de dispositifs qui nécessitent, de surcroît, expliquent les experts, «une grande habilité en matière de communication, absente jusque-là dans les différentes opérations lancées».
Cela nécessite également une approche différente, dans la mesure où l'argent circulant dans cette sphère est soit placé, notamment dans l'immobilier, ou changé au noir et transféré à l'étranger. Il n'en demeure pas moins que l'argent informel et non bancarisé constitue, pour l'Etat, une source considérable qui ne devrait pas être négligée et un levier en mesure de soutenir les équilibres budgétaires du pays. Selon la Banque d'Algérie, l'argent liquide circulant dans l'informel tourne autour de
1000 à 1300 milliards de dinars.
Des chiffres alarmants
L'ex-Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait lui-même indiqué, il y a quelques mois, que pas moins de 3700 milliards de dinars, soit environ 40 milliards de dollars, passent par le marché parallèle, loin de la sphère bancaire. Une enquête réalisée par l'ONS indique qu'en 2012 déjà, l'économie informelle en Algérie représenterait 45% du produit national brut (PNB).
Ce secteur employait 1,6 million de personnes en 2001, avant d'atteindre les 3,9 millions de personnes en 2012, soit 45,6% de la main-d'œuvre totale non agricole, précise la même enquête, qui révèle un volume de transactions informelles de l'ordre de 49 milliards de dollars au cours de 2016. Cependant, et si le problème de l'informel se pose avec acuité et que la nécessité d'y remédier fait consensus, la question du recours à une amnistie fiscale comme moyen de capter l'argent noir refait surface, mais ne fait pas encore l'unanimité.
Si certains experts pensent que le gouvernement n'a de choix que d'aller vers «un plan d'amnistie fiscale pour absorber ces liquidités», d'autres spécialistes relayés par des opérateurs économiques plaident plutôt pour «une réforme fiscale et un assainissement fiscal qui permettraient de capter l'argent du marché noir vers le circuit économique et le taxer à un taux relativement bas».
Estimant que l'informel est le fruit d'une politique fiscale laxiste, l'Association des banques et établissements financiers (ABEF) considère, pour sa part, qu'une amnistie fiscale n'est qu'un instrument qui doit aller de pair avec une politique économique globale, axée sur l'entreprise et sur la production. Une refonte de la politique fiscale s'imposerait alors avec la mise en place de mesures permettant aux banques de la place de se doter des outils à même de leur permettre de capter la masse monétaire circulant dans l'informel et de la bancariser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.