Décès de quatre médecins du Coronavirus: le Président Tebboune adresse ses condoléances    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Covid-19: confinement partiel dans les communes d'El Kala et d'Echatt à la wilaya d'El Tarf    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Se sauver ou sombrer    Rachad, les harragas et la décennie noire    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Accablant réquisitoire    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Cap sur un nouveau plan de relance    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Perspectives moroses pour l'économie algérienne    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    54 infractions à la législation forestière enregistrées    10 décès et 469 nouveaux cas en 24 heures    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Surveillance des droits de l'homme : La Minurso ne doit pas faire exception, affirme le Polisario    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Face à la concurrence, Sonatrach a la carte de l'Union de l'énergie de l'UE»
Francis Perrin. Directeur de recherche à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS, Paris)
Publié dans El Watan le 08 - 08 - 2017

Si certains avis alertent sur les risques de fragilité qu'encourt l'Algérie sur un marché européen du gaz de plus en plus concurrentiel, le spécialiste des questions énergétiques, Francis Perrin, y voit au contraire une aubaine pour Sonatrach. L'arrivée du gaz de schiste américain en Europe, dit-il, est surtout une menace pour la Russie. «Cela peut être un atout pour l'Algérie, car sur un marché concurrentiel, le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres», indique dans cet entretien Francis Perrin, en notant qu'il reste à Sonatrach de bien exploiter l'Union de l'énergie qui est la stratégie énergétique de l'UE depuis 2015. Une stratégie qui est basée sur la diversification des approvisionnements gaziers en Europe. Tout en se devant de bien exploiter les atouts d'une telle situation, Sonatrach devra aussi faire face à la concurrence en optant pour plus de «flexibilité et de créativité dans les futurs contrats entre l'Algérie et les importateurs de gaz».
Quel impact auront les nouvelles sanctions américaines contre la Russie sur le marché énergétique ?
Les nouvelles sanctions contre la Russie, qui viennent d'être adoptées par le Congrès américain, vont principalement compliquer la réalisation par la Russie de nouveaux projets d'exportation de gaz vers l'Union européenne (UE). Compliquer ne veut pas forcément dire empêcher, bien sûr. Dans la ligne de mire du Congrès figure, en premier lieu, le projet de Nord Stream 2, un gazoduc qui relierait directement la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique et qui aurait une capacité de 55 milliards de mètres cubes par an. Pour ce projet, le géant russe Gazprom est associé à cinq entreprises européennes, Wintershall et Uniper (Allemagne), Shell (Pays-Bas et Royaume-Uni), OMV (Autriche) et Engie (ex-Gaz de France). Le projet de gazoduc Turkish Stream (Russie-mer Noire-Turquie-Europe) est lui aussi une cible potentielle de ces sanctions américaines.
Gazprom entend rester à long terme le premier fournisseur de gaz à l'UE et accroître ses ventes sur ce marché-clé ainsi que sa part de marché qui est d'un tiers actuellement. Pour cela, il faut développer de nouveaux projets d'exportation, ce qui n'est pas simple et le sera encore moins du fait de ces sanctions.
Serait-ce une menace sur les ventes de gaz algérien ?
Non, pas du tout. Au contraire. La nouvelle loi américaine vise uniquement la Russie, l'Iran et la Corée du Nord. Les autres pays exportateurs de gaz, dont l'Algérie, troisième fournisseur de gaz de l'UE, ne sont pas menacés. Cela peut être un atout pour l'Algérie, car sur un marché concurrentiel, le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres. L'Algérie et Sonatrach ont une autre carte dans leur jeu, l'Union de l'énergie qui est la stratégie énergétique de l'UE depuis 2015. L'un des objectifs de l'Union de l'énergie est de diversifier les approvisionnements gaziers de l'UE, notamment par rapport à la Russie. Ce sont deux atouts importants. Bien entendu, avoir des atouts dans son jeu est très utile, mais pas suffisant. Il faut aussi bien les exploiter.
L'Algérie pourra-t-elle garder ses clients traditionnels et comment devrait réagir Sonatrach afin de préserver ses parts de marché face à la concurrence ?
L'Algérie exporte surtout son gaz vers l'Europe du Sud. Mais rien n'est acquis dans un monde de plus en plus concurrentiel et globalisé avec des bouleversements sur les marchés énergétiques. Il faut rester dans la course face aux concurrents actuels (Russie, Norvège, Qatar, etc.), aux nouveaux concurrents (Etats-Unis) et aux futurs concurrents (Méditerranée orientale, Afrique de l'Est ou Afrique australe). Cette concurrence accrue exige plus de flexibilité et de créativité pour les futurs contrats entre l'Algérie et les importateurs de gaz.
Il y a aussi, sur un autre plan, la situation difficile du gaz dans l'UE face au charbon très compétitif et à la montée des énergies renouvelables. Et il ne faut pas oublier les défis internes à l'Algérie qui doit satisfaire une demande nationale gazière en forte croissance, tout en essayant de rester un exportateur significatif vers le marché européen. Ces derniers défis ne sont pas les moindres. La solution passe par un développement très ambitieux de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables, une intensification de l'effort d'exploration et la valorisation des gaz non conventionnels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.