Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet bloqué de Cevital : Que dira Abdelghani Zaalane ?
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 09 - 10 - 2017

Le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane, sera aujourd'hui en visite de travail à Béjaïa.
En se rendant au port, où il visitera la gare maritime et le chantier de réhabilitation et de mise à niveau des infrastructures de base du port pétrolier, il est attendu sur le dossier de Cevital, dont la réalisation de son usine de trituration de graines oléagineuses bute toujours sur le refus de l'Entreprise portuaire (EPB) de réceptionner les navires transportant ses machines.
Abdelghani Zaalane, qui a succédé à Boudjema Talai en mai dernier, est directement concerné par cette affaire, puisque le blocage se situe au niveau du transport, son champ de compétence. D'aucuns attendent qu'il s'exprime sur le bras de fer entre les deux parties. Sa visite est d'autant plus importante qu'elle est celle d'un membre du gouvernement d'Ahmed Ouyahia, qui avait trouvé injuste le blocage du projet de Cevital.
Le ministre est interpellé sur le blocage de l'usine de trituration de Béjaïa au moment où un projet similaire avance au port de Djendjen. Ce sont deux usines de trituration de graines oléagineuses qui sont en train de sortir de terre. Selon l'annuaire statistique 2016 du port de Djendjen, ces deux usines ont une capacité de trois millions de tonnes par an. Le port a dégagé 16 ha à proximité de la gare maritime. Selon le même annuaire, l'une de ces deux usines est celle de Nutris, filiale du groupe Kouninef.
Elle occupe en tout une superficie de 8 ha pour un trafic prévu de 1,5 million de tonnes par an et 1000 postes d'emploi directs à créer. L'investissement coûtera 14,9 milliards de dinars. Le groupe Sipaco s'engage pour la deuxième usine de trituration avec la même superficie dégagée à l'intérieur du port, avec possibilité d'extension, la même capacité de production et le même nombre d'emplois envisagés. Le montant de l'investissement est un peu plus important : 200 millions de dollars.
Dans le périodique d'information du port de Djendjen (n°11 de 2015), le responsable de l'entreprise portuaire a déclaré que ces deux usines répondront «aux besoins nationaux et internationaux». Les «concessions ont été attribuées par le ministère des Transports en sa qualité d'autorité concédante à certains opérateurs dans le domaine de l'agroalimentaire notamment» peut-on lire sur la revue El Djazaïr.com (n°92 de novembre 2015).
Très visibles sur le plan de masse du port, les deux projets ont bénéficié de toutes les facilitations qui leur permettront d'entrer en fonction et de «drainer un trafic important pour le port», un trafic qui atteindra «25 à 30 millions de tonnes/an à l'horizon 2030». Le sort inverse réservé au projet de Cevital, qui coûtera beaucoup moins que les deux usines réunies de Djendjen (moins de 50 millions de dollars), pour une production plus importante de 3,3 millions de tonnes de huile brute, fait voir «une politique de deux poids deux mesures». L'acquisition par Cevital d'un terrain à l'extérieur du port pour implanter son usine n'a pas servi à dénouer la situation.
«Ce qui est valable, autorisé et encouragé à l'intérieur du port de Djendjen (à qui nous souhaitons prospérité et réussite), est interdit même à l'extérieur du port de Béjaïa», écrit d'ailleurs le comité de soutien à Cevital et aux investissements économiques de la wilaya. Que répondra Abdelghani Zaalane ? Joindra-t-il le geste à la parole d'Ouyahia ou, au contraire, le désavouera-t-il en confortant le directeur général du port dans sa démarche et autorisant tous les doutes ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.