Souk n'Tlata : Le chantier du barrage bloqué    24 heures    Bouzeguène : La crèche communale affectée à l'association des handicapés    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Barrage de Taksebt : Taux de remplissage de 64%    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    Financement non-conventionnel: 900 milliards de dinars mobilisés pour couvrir le déficit    L'Ansej réitère: Pas d'effacement des dettes mais un rééchelonnement    Conférence de Palerme: Ouyahia appelle à l'arrêt des interférences étrangères en Libye    Une provocation visant à créer les conditions d'un assaut «final» contre Ghaza    EN - Conférence de presse de Djamel Belmadi: «Etre plus réalistes face au Togo»    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    USM Alger: Un point et des satisfactions    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Lutte contre l'immigration clandestine: 36 harraga dont une femme et un enfant devant le tribunal d'Aïn El-Turck    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    Dans un nouveau rapport: Le FMI prévoit un prochain ralentissement de la croissance en Algérie    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Refus des visas par les consulats français en Algérie    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Début des grandes manœuvres avant Lomé    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un haut lieu de mémoire
Cimetière de Sidi M'hamed (Belouizdad)
Publié dans El Watan le 10 - 12 - 2006

Le cimetière de Sidi M'hamed, attenant à la rue Belouizdad, est l'un des plus anciens de la capitale, selon le chargé de sa gestion. Saïdj Badreddine, rencontré sur place.
Ce cimetière familial, pour reprendre les termes de M. Djakhnoun, directeur de l'Etablissement public de gestion des pompes funèbres et cimetières d'Alger (EGPFC), a été ouvert vers les années 1890. Encore fonctionnel, le cimetière de Sidi M'hamed est arrivé à saturation au lendemain de l'indépendance, puisqu'il fut un lieu où sont inhumés plusieurs chouhada dont Aïssat Idir et Hassiba Ben Boulaïd, héroïne de la Bataille d'Alger. Ce cimetière, repérable grâce au minaret élancé de sa mosquée de style arabo-mauresque dans laquelle se trouverait le qbar de l'illustre saint patron de la zaouïa Rahmania, dispose de deux entrées en fer forgé, dont une est ouverte et l'autre fermée, donnant sur une ruelle exiguë de Belouzdad. Il est aménagé en 6 carrés d'inégale importance. Le plus étendu reste le carré 1 courant tout au long du mur nord avec 1481 tombes, suivi respectivement du 2, du 5, du 3, et enfin du 6 ou la tobia pour les connaisseurs. Chaque carré, assure notre « guide », a sa spécificité acquise au fil du temps. On y inhume, par affinité régionale et par lignage. Se promener dans les allées, c'est s'enfoncer dans le temps. Ainsi, une grande famille originaire de la Haute-Kabylie, disposant d'un mausolée, juste à l'entrée donnant sur la rue Belouizdad, accapare une grande portion entourant le sépulcre familiale. Aussi, les descendants d'un illustre industriel, qui a fait construire le mur de soutènement du cimetière, ont un caveau situé dans le côté nord. La tradition, bien ancrée chez cette illustre famille algéroise veut que l'on y enterre toujours les descendants du patriarche. Le fils prodige de la localité, dont l'avenue mitoyenne porte le nom, y est d'ailleurs enterré. Des agents des pompes funèbres s'activent toute la journée à entretenir ce cimetière. C'est ainsi que deux agents polyvalents et 2 agents de sécurité ainsi que 2 fossoyeurs, se relayant chaque semaine, travaillent sous la houlette d'un responsable désigné par l'Egpfc. Pourtant, des soucis, dont M. Saïdj nous en fait le résumé, causent des gênes à ces hommes de bonne volonté. Le problème qu'ils affrontent le plus souvent, est celui des mendiants. Ecumant toujours les lieux, surtout les vendredi et les jours des fêtes religieuses, ces derniers, en s'en allant, enfouissent leur paquetage entre les sépultures. Les gens se recueillant sur la tombe de leurs aïeuls n'y échappent pas. En ramenant des bouteilles d'eau minérale et autres, ils ne se gênent pas à les jeter, sans retenue aucune, par terre. Cette situation fâcheuse provoque l'arrivée massive des rongeurs, lesquels creusent le sol et « font bon ménage » avec les morts. Autre gêne, les arbres, plus que centenaires, qui s'affaissent et démolissent, dans leur chute, les sépultures. Les habitations ceinturant le côté sud du cimetière représentent aussi un véritable désagrément. Les occupants d'un fandouk transforment les lieux en dépotoirs, en y jetant des détritus et autres matelas. En dépit des sollicitations répétées des responsables, rien n'y fit, assure notre interlocuteur, affirmant que ses agents sont sur le qui-vive pour assainir les lieux. M. Djakhnoun atteste que des opérations d'élagage y sont effectuées périodiquement. Ce qui est pour le moins rocambolesque sont les incursions que font des femmes dans ce lieu sacré. Plusieurs d'entre elles furent ainsi surprises par M. Saïdj la main dans… la tombe. Par ailleurs, un fossoyeur vit avec toute sa famille depuis quelques années dans une bicoque qu'il s'est fait construire dans la partie nord du cimetière. Pourtant, l'ordonnance 75-79 de 15 décembre 1975 dans son article 3 est plus qu'explicite à cet effet. Aussi, M. Djakhnoun atteste que le problème des habitations se trouvant à l'intérieur sera assaini incessamment.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.