Hanoune temporise et avertit    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les Mozabites    «Pas de poursuites judiciaires contre les promoteurs Ansej, Cnac, Angem en situation d'échec»    À la recherche de produits hors hydrocarbures algériens    Les assurances de Temmar    Arama fustige la CAF    Le dernier carré passe par Omdourman    Du huis clos pour le MOB et un an de suspension pour Harkabi    Grève les 26 et 27 février    Décès d'un policier agressé dans un bus    14 800 logements seront livrés cette année    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    On vous le dit    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    CR Belouizdad : Soumana qualifié, le Chabab prépare la coupe    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Mostaganem : Des voleurs de voitures arrêtés    Brèves    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Papa au royaume d'Œdipe    Patrimoine : Pour une Casbah bâtie par ses habitants    El-Tarf: Deux morts dans des accidents de la route    Un show diplomatique raté    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Tlemcen - Kamel Daoud : «Il faut encourager la lecture»    Des victoires qui font du bien et des défaites qui font mal    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    Forfait de trois équipes    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    5ème Région militaire : Gaid Salah inspecte des unités et inaugure un dépôt régional de carburant    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    Pour une "meilleure" prise en charge médicale : Vers la révision de la loi relative au moudjahid et au chahid    Il répond aux critiques soulevées par la candidature de Bouteflika.. Sellal contre-attaque    Constitution 1, 2, 3, et encore…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un pont pour relier les histoires de la capitale
«Djisr el Djazaïr»
Publié dans El Watan le 10 - 01 - 2018

Soucieux de préserver le futur d'Alger et de montrer son potentiel de ville-cité, les architectes Nacym et Sihem Baghli ont bousculé l'idée de sauvegarde classique.
En effet, ils ont été courageux de proposer cette idée de pont qui rehausse la baie d'Alger, malgré les réticences de certains. Depuis le lancement public de «Djisr El Djazaïr», en septembre dernier, à travers l'Appel à manifestation d'intérêt et l'Appel à contribution que les deux architectes ont publiés sur leur blog et sur les réseaux sociaux.
«Je dois souligner qu'au-delà de la ‘‘construction'' elle-même, ce projet, un pont urbain comme nous l'avons qualifié, invite à la réflexion et au débat autour du futur de notre ville, Alger.
Pour nous, ce n'est pas un geste artistique, mais plutôt un acte citoyen. Demain, et bien plus tôt que nous le pensons, nous serons probablement 10 millions à vouloir nous ‘‘disputer'' cette grande métropole que sera devenue Alger», explique l'architecte Nacym Baghli, également fondateur de l'espace d'échanges entre architectes de Fen Club et du Tedx El Djazaïr.
«Pour que celle-ci ambitionne d'évoluer vers une ‘‘Ville Monde'', à l'instar des grandes capitales internationales, nous nous devons absolument d'anticiper son développement avec tout ce que cela induit comme problématiques urbaines à résoudre : maîtriser les flux de transport et de circulation, rééquilibrer et redistribuer les ‘‘densités'', concevoir et imaginer de nouveaux pôles d'attractivité,… Tout cela demandera de l'expertise, et c'est en ce sens-là que ce projet sera par essence même transversal et pluridisciplinaire. Il fera appel à toutes les compétences et aux énergies créatrices et entrepreneuriales de tous bords suivant un calendrier et une organisation dont nous sommes en train de dessiner aujourd'hui les contours», dit-il.
On pourrait d'ores et déjà imaginer la baie avec une circulation fluide et de nouvelles voies pour la circulation, comme l'explique Nacym Baghli : «Ce pont en ‘‘Y'', au milieu de la baie, dispose de 3 niveaux de circulation (métro, véhicules, tramway) et totalise une longueur de 17 km (10 + 7 km). Il s'appuiera sur 3 points d'ancrage : Bab El-Oued, Les Anassers, El Marsa. 3 haltes sont prévues tout le long, l'une principale et centrale (1 km de diamètre), les deux autres seront des ‘‘satellites'' (0,5 km de diamètre). Nous les avons dénommées ‘‘îles flottantes'', en référence au dessert du même nom, et pour la légèreté qu'elles susciteront pour le regard.
Elles seront accessibles par le métro, le tramway et les bateaux-taxi. Leur rôle, en plus de celui d'offrir une halte avec une vue panoramique sur la baie d'Alger, est de proposer des activités de loisir et de restauration pour les visiteurs», ajoute-il. Alors qu'Alger connaît des mutations importantes, «Djisr El Djazaïr» sera là pour «consolider et conforter toutes les grandes opérations d'aménagement que connaît Alger actuellement, à commencer par le plan stratégique «Alger 2030/2035», comme l'expliquent ses initiateurs.
«Il sera parfaitement complémentaire dans la mesure où il intégrera ces outils, plus d'autres, afin d'apporter une réponse à la problématique du développement urbain d'Alger. Réponse que nous voudrions inscrite dans le moyen et le long termes. Notre vision a pour ambition aussi de s'inscrire dans le projet ‘‘Alger Smart City'', et plus globalement dans la transition digitale et la transition énergétique que portent les pouvoirs publics comme objectifs pour l'horizon 2030», souligne Nacym Baghli. Conscients que des projets comme celui de Djisr El Djazaïr dépendent d'une volonté à la fois des pouvoirs publics, des politiques et de la société civile, les architectes Nacym et Sihem Baghli ont «l'ambition de le faire émerger d'une démarche citoyenne et participative.
Il ne s'agit pas en l'occurrence de proposer ‘‘le plus grand'' et ‘‘le plus vite'', mais plutôt ‘‘le meilleur'' et ‘‘au meilleur moment'' pour le citoyen que nous avons placé, ici, au cœur du processus de réflexion», disent-ils. Pour Nacym Baghli, l'impact de Djisr El Djazaïr est à plusieurs échelles : «A l'échelle d'Alger et de la région Centre, il favorisera les échanges entre les deux façades, est/ouest et au-delà, en consolidant ainsi les liens par l'apport de flux de part et d'autre de la baie», argumente-il, en précisant que l'impact serait également sur le tourisme local.
En effet, «le tourisme local s'en trouvera évidemment renforcé par la multiplicité des commerces et activités de loisirs qui seront ainsi créés, notamment sur la plateforme centrale qui offrira un panorama à 360° sur toute la baie avec des moyens de transport et d'accès inédits (métro, tramway, bateaux-taxi)», affirme-t-il.
Encore plus ambitieux, l'architecte voit en Djisr El Djazaïr l'occasion de faire d'Alger et de la destination Algérie une référence mondiale. «A l'échelle de notre pays, et de par le renforcement des structures de transport et d'accueil, Djisr El Djazaïr offrira une destination de prédilection afin de profiter des atouts multiples de notre capitale et de ses environs.
Quant à l'impact international, il sera indéniable. Alger deviendra une destination incontournable en même temps que la vitrine de notre pays. Ce sera aussi la perle de la Méditerranée et la porte de l'Afrique.
Elle portera en elle, à travers Djisr El Djazaïr, un symbole fort qui viendra renforcer son image de ville résolument tournée vers le futur. Toutes les infrastructures seront fin prêtes dans les années 2030 pour prétendre véritablement à cet Alger ‘‘Ville Monde''. Djisr El Djazaïr en constituera un maillon essentiel», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.