Le pacte de l'alternative démocratique s'organise    Le Président préside un Conseil des ministres    Baptême de feu international pour Tebboune    Les Verts pour terminer premiers    70 % des cas subissent une amputation    Une centaine de harraga ont pris le large vers l'Italie !    Vers l'interdiction du téléphone portable dans les écoles algériennes !    Conférence internationale sur la Libye: arrivée du président Tebboune à Berlin    A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Ould Abbès plaide la folie    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    FFS : la réconciliation compromise ?    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    Large vague d'indignation    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un pont pour relier les histoires de la capitale
«Djisr el Djazaïr»
Publié dans El Watan le 10 - 01 - 2018

Soucieux de préserver le futur d'Alger et de montrer son potentiel de ville-cité, les architectes Nacym et Sihem Baghli ont bousculé l'idée de sauvegarde classique.
En effet, ils ont été courageux de proposer cette idée de pont qui rehausse la baie d'Alger, malgré les réticences de certains. Depuis le lancement public de «Djisr El Djazaïr», en septembre dernier, à travers l'Appel à manifestation d'intérêt et l'Appel à contribution que les deux architectes ont publiés sur leur blog et sur les réseaux sociaux.
«Je dois souligner qu'au-delà de la ‘‘construction'' elle-même, ce projet, un pont urbain comme nous l'avons qualifié, invite à la réflexion et au débat autour du futur de notre ville, Alger.
Pour nous, ce n'est pas un geste artistique, mais plutôt un acte citoyen. Demain, et bien plus tôt que nous le pensons, nous serons probablement 10 millions à vouloir nous ‘‘disputer'' cette grande métropole que sera devenue Alger», explique l'architecte Nacym Baghli, également fondateur de l'espace d'échanges entre architectes de Fen Club et du Tedx El Djazaïr.
«Pour que celle-ci ambitionne d'évoluer vers une ‘‘Ville Monde'', à l'instar des grandes capitales internationales, nous nous devons absolument d'anticiper son développement avec tout ce que cela induit comme problématiques urbaines à résoudre : maîtriser les flux de transport et de circulation, rééquilibrer et redistribuer les ‘‘densités'', concevoir et imaginer de nouveaux pôles d'attractivité,… Tout cela demandera de l'expertise, et c'est en ce sens-là que ce projet sera par essence même transversal et pluridisciplinaire. Il fera appel à toutes les compétences et aux énergies créatrices et entrepreneuriales de tous bords suivant un calendrier et une organisation dont nous sommes en train de dessiner aujourd'hui les contours», dit-il.
On pourrait d'ores et déjà imaginer la baie avec une circulation fluide et de nouvelles voies pour la circulation, comme l'explique Nacym Baghli : «Ce pont en ‘‘Y'', au milieu de la baie, dispose de 3 niveaux de circulation (métro, véhicules, tramway) et totalise une longueur de 17 km (10 + 7 km). Il s'appuiera sur 3 points d'ancrage : Bab El-Oued, Les Anassers, El Marsa. 3 haltes sont prévues tout le long, l'une principale et centrale (1 km de diamètre), les deux autres seront des ‘‘satellites'' (0,5 km de diamètre). Nous les avons dénommées ‘‘îles flottantes'', en référence au dessert du même nom, et pour la légèreté qu'elles susciteront pour le regard.
Elles seront accessibles par le métro, le tramway et les bateaux-taxi. Leur rôle, en plus de celui d'offrir une halte avec une vue panoramique sur la baie d'Alger, est de proposer des activités de loisir et de restauration pour les visiteurs», ajoute-il. Alors qu'Alger connaît des mutations importantes, «Djisr El Djazaïr» sera là pour «consolider et conforter toutes les grandes opérations d'aménagement que connaît Alger actuellement, à commencer par le plan stratégique «Alger 2030/2035», comme l'expliquent ses initiateurs.
«Il sera parfaitement complémentaire dans la mesure où il intégrera ces outils, plus d'autres, afin d'apporter une réponse à la problématique du développement urbain d'Alger. Réponse que nous voudrions inscrite dans le moyen et le long termes. Notre vision a pour ambition aussi de s'inscrire dans le projet ‘‘Alger Smart City'', et plus globalement dans la transition digitale et la transition énergétique que portent les pouvoirs publics comme objectifs pour l'horizon 2030», souligne Nacym Baghli. Conscients que des projets comme celui de Djisr El Djazaïr dépendent d'une volonté à la fois des pouvoirs publics, des politiques et de la société civile, les architectes Nacym et Sihem Baghli ont «l'ambition de le faire émerger d'une démarche citoyenne et participative.
Il ne s'agit pas en l'occurrence de proposer ‘‘le plus grand'' et ‘‘le plus vite'', mais plutôt ‘‘le meilleur'' et ‘‘au meilleur moment'' pour le citoyen que nous avons placé, ici, au cœur du processus de réflexion», disent-ils. Pour Nacym Baghli, l'impact de Djisr El Djazaïr est à plusieurs échelles : «A l'échelle d'Alger et de la région Centre, il favorisera les échanges entre les deux façades, est/ouest et au-delà, en consolidant ainsi les liens par l'apport de flux de part et d'autre de la baie», argumente-il, en précisant que l'impact serait également sur le tourisme local.
En effet, «le tourisme local s'en trouvera évidemment renforcé par la multiplicité des commerces et activités de loisirs qui seront ainsi créés, notamment sur la plateforme centrale qui offrira un panorama à 360° sur toute la baie avec des moyens de transport et d'accès inédits (métro, tramway, bateaux-taxi)», affirme-t-il.
Encore plus ambitieux, l'architecte voit en Djisr El Djazaïr l'occasion de faire d'Alger et de la destination Algérie une référence mondiale. «A l'échelle de notre pays, et de par le renforcement des structures de transport et d'accueil, Djisr El Djazaïr offrira une destination de prédilection afin de profiter des atouts multiples de notre capitale et de ses environs.
Quant à l'impact international, il sera indéniable. Alger deviendra une destination incontournable en même temps que la vitrine de notre pays. Ce sera aussi la perle de la Méditerranée et la porte de l'Afrique.
Elle portera en elle, à travers Djisr El Djazaïr, un symbole fort qui viendra renforcer son image de ville résolument tournée vers le futur. Toutes les infrastructures seront fin prêtes dans les années 2030 pour prétendre véritablement à cet Alger ‘‘Ville Monde''. Djisr El Djazaïr en constituera un maillon essentiel», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.