Zones enclavées: les projets utilisant l'énergie solaire fonctionnent à un rythme appréciable    Nâama : le Moudjahid Boukhari Kouider inhumé au cimetière de Sidi Merbouh    Inauguration de Djamaâ El-Djazaïr: un pôle du juste milieu témoignant du rôle civilisationnel de 1er plan de l'Algérie    Rentrée professionnelle: introduction de nouvelles spécialités à l'Est du pays    Le rôle religieux et civilisationnel de Djamaâ El-Djazaïr dans le monde musulman mis en valeur    L'apport des mathématiques à la langue arabe et aux pratiques cultuelles évoqué à Alger    OCI: Amar Belani rappelle les efforts constants de l'Algérie en faveur de la cause palestinienne    Rentrée professionnelle dans les wilayas du centre: des formations en réponse aux besoins du secteur économique    Energie: le gaz, un combustible incontournable pour accompagner la transition énergétique    Boughali rencontre à Windhoek l'ancien président namibien et la vice-présidente de la République    Un mois après la décision de la CIJ d'arrêter les massacres, l'entité sioniste maintient son action génocidaire à Ghaza    CAN-2024 féminine/amical: les "Vertes" s'imposent face au Burkina Faso 2-0    Equitation/Saut d'obstacles: le cavalier Moundir Mahi s'adjuge le grand prix deux étoiles du concours national à Oran    Le Président de la République félicite Kaylia Nemour pour sa médaille d'or en gymnastique    Naâma: un réseau criminel facilitant l'entrée et sortie des Marocains via les frontières terrestres démantelé    Les plasticiens Mohamed Smara et Taïeb Benabbas Bakhti exposent à Alger    CSJ: lancement des travaux des réunions des commissions spécialisées dans leur 4e session    Président de la République: l'Algérie connaît une profonde mutation à tous les niveaux    L'Algérie, le nouvel exemple à suivre !    Arrestation de trois faux monnayeurs    Plusieurs dispositions pour assurer les ressources fiscales au profit des collectivités locales        Les efforts de l'Etat algérien mis en exergue    Nouvelles attaques contre une base militaire des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    L'apartheid en Palestine doit cesser    L'ONJSA tiendra son 3e Congrès jeudi à l'OCO    36 familles raccordées au gaz à « Ben Jebli 1 », à Tessala    Un montage financier de 40 milliards alloué    Pas facile de faire redonner du goût aux Verts    Athlétisme : Une dizaine d'athlètes de l'élite en stage à Oran    L'état d'avancement des projets de développement énergétiques de la wilaya à l'ordre du jour    Au nom de la vie et du partage    Journées nationales «Milah» du film documentaire et du court-métrage de fiction    Djelfa accueille la première édition    Le ministère de la Communication convoque des journalistes sportifs    «Le service du citoyen au cœur des priorités de l'Administration»    François Gèze, l'engagement, les livres et l'Algérie    Tunisie. Hommage à Ahmed Manaï, un inclassable dissident    Le diktat des autodidactes    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    L'Algérie dans la nasse des Emirats    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    El Tarf: Des agriculteurs demandent l'aménagement de pistes    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    L'évanescence de la paix    Nouvel an amazigh: Tebboune adresse ses vœux au peuple    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un pont pour relier les histoires de la capitale
«Djisr el Djazaïr»
Publié dans El Watan le 10 - 01 - 2018

Soucieux de préserver le futur d'Alger et de montrer son potentiel de ville-cité, les architectes Nacym et Sihem Baghli ont bousculé l'idée de sauvegarde classique.
En effet, ils ont été courageux de proposer cette idée de pont qui rehausse la baie d'Alger, malgré les réticences de certains. Depuis le lancement public de «Djisr El Djazaïr», en septembre dernier, à travers l'Appel à manifestation d'intérêt et l'Appel à contribution que les deux architectes ont publiés sur leur blog et sur les réseaux sociaux.
«Je dois souligner qu'au-delà de la ‘‘construction'' elle-même, ce projet, un pont urbain comme nous l'avons qualifié, invite à la réflexion et au débat autour du futur de notre ville, Alger.
Pour nous, ce n'est pas un geste artistique, mais plutôt un acte citoyen. Demain, et bien plus tôt que nous le pensons, nous serons probablement 10 millions à vouloir nous ‘‘disputer'' cette grande métropole que sera devenue Alger», explique l'architecte Nacym Baghli, également fondateur de l'espace d'échanges entre architectes de Fen Club et du Tedx El Djazaïr.
«Pour que celle-ci ambitionne d'évoluer vers une ‘‘Ville Monde'', à l'instar des grandes capitales internationales, nous nous devons absolument d'anticiper son développement avec tout ce que cela induit comme problématiques urbaines à résoudre : maîtriser les flux de transport et de circulation, rééquilibrer et redistribuer les ‘‘densités'', concevoir et imaginer de nouveaux pôles d'attractivité,… Tout cela demandera de l'expertise, et c'est en ce sens-là que ce projet sera par essence même transversal et pluridisciplinaire. Il fera appel à toutes les compétences et aux énergies créatrices et entrepreneuriales de tous bords suivant un calendrier et une organisation dont nous sommes en train de dessiner aujourd'hui les contours», dit-il.
On pourrait d'ores et déjà imaginer la baie avec une circulation fluide et de nouvelles voies pour la circulation, comme l'explique Nacym Baghli : «Ce pont en ‘‘Y'', au milieu de la baie, dispose de 3 niveaux de circulation (métro, véhicules, tramway) et totalise une longueur de 17 km (10 + 7 km). Il s'appuiera sur 3 points d'ancrage : Bab El-Oued, Les Anassers, El Marsa. 3 haltes sont prévues tout le long, l'une principale et centrale (1 km de diamètre), les deux autres seront des ‘‘satellites'' (0,5 km de diamètre). Nous les avons dénommées ‘‘îles flottantes'', en référence au dessert du même nom, et pour la légèreté qu'elles susciteront pour le regard.
Elles seront accessibles par le métro, le tramway et les bateaux-taxi. Leur rôle, en plus de celui d'offrir une halte avec une vue panoramique sur la baie d'Alger, est de proposer des activités de loisir et de restauration pour les visiteurs», ajoute-il. Alors qu'Alger connaît des mutations importantes, «Djisr El Djazaïr» sera là pour «consolider et conforter toutes les grandes opérations d'aménagement que connaît Alger actuellement, à commencer par le plan stratégique «Alger 2030/2035», comme l'expliquent ses initiateurs.
«Il sera parfaitement complémentaire dans la mesure où il intégrera ces outils, plus d'autres, afin d'apporter une réponse à la problématique du développement urbain d'Alger. Réponse que nous voudrions inscrite dans le moyen et le long termes. Notre vision a pour ambition aussi de s'inscrire dans le projet ‘‘Alger Smart City'', et plus globalement dans la transition digitale et la transition énergétique que portent les pouvoirs publics comme objectifs pour l'horizon 2030», souligne Nacym Baghli. Conscients que des projets comme celui de Djisr El Djazaïr dépendent d'une volonté à la fois des pouvoirs publics, des politiques et de la société civile, les architectes Nacym et Sihem Baghli ont «l'ambition de le faire émerger d'une démarche citoyenne et participative.
Il ne s'agit pas en l'occurrence de proposer ‘‘le plus grand'' et ‘‘le plus vite'', mais plutôt ‘‘le meilleur'' et ‘‘au meilleur moment'' pour le citoyen que nous avons placé, ici, au cœur du processus de réflexion», disent-ils. Pour Nacym Baghli, l'impact de Djisr El Djazaïr est à plusieurs échelles : «A l'échelle d'Alger et de la région Centre, il favorisera les échanges entre les deux façades, est/ouest et au-delà, en consolidant ainsi les liens par l'apport de flux de part et d'autre de la baie», argumente-il, en précisant que l'impact serait également sur le tourisme local.
En effet, «le tourisme local s'en trouvera évidemment renforcé par la multiplicité des commerces et activités de loisirs qui seront ainsi créés, notamment sur la plateforme centrale qui offrira un panorama à 360° sur toute la baie avec des moyens de transport et d'accès inédits (métro, tramway, bateaux-taxi)», affirme-t-il.
Encore plus ambitieux, l'architecte voit en Djisr El Djazaïr l'occasion de faire d'Alger et de la destination Algérie une référence mondiale. «A l'échelle de notre pays, et de par le renforcement des structures de transport et d'accueil, Djisr El Djazaïr offrira une destination de prédilection afin de profiter des atouts multiples de notre capitale et de ses environs.
Quant à l'impact international, il sera indéniable. Alger deviendra une destination incontournable en même temps que la vitrine de notre pays. Ce sera aussi la perle de la Méditerranée et la porte de l'Afrique.
Elle portera en elle, à travers Djisr El Djazaïr, un symbole fort qui viendra renforcer son image de ville résolument tournée vers le futur. Toutes les infrastructures seront fin prêtes dans les années 2030 pour prétendre véritablement à cet Alger ‘‘Ville Monde''. Djisr El Djazaïr en constituera un maillon essentiel», conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.