L'Algérie du second souffle    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    AG extraordinaire de la Fédération algérienne de football : Adoption d'un nouveau système de compétition    Coupe arabe: Le CS Constantine éliminé par Al-Muharraq Bahreini    JM Oran-2021 : Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    Batna: Les opérateurs privés appelés à investir dans des établissements pour enfants à besoins spécifiques    Une nouvelle amnistie générale décretée    Tliba refuse de céder    Des mesures d'urgence pour El-Hadjar    Toutes les conditions "propices" réunies    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    VISITE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A ORAN : Rabehi appelle à mobiliser les efforts au service du pays    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Le Trésor public réalise une importante économie    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    La délivrance de l'agrément du ressort du wali    Le CSA menacé de paralysie    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Cnapeste sous pression
Secteur de l'éducation nationale
Publié dans El Watan le 03 - 02 - 2018

Pour Meziane Meriane, coordinateur national du Snapest, «le mouvement de protestation du Cnapeste est une décision autonome à ce syndicat et ne concerne pas l'intersyndicale de l'éducation».
Dans sa démarche de grève illimitée lancée le 30 janvier dernier, le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l'éducation (Cnapeste) se retrouve seul. Le ministère de l'Education nationale, qui déclare dans un communiqué avoir répondu positivement, il y a bien longtemps, à toutes les revendications de ce syndicat, a convié les syndicats ayant signé en 2015 la charte d'éthique du secteur de l'éducation nationale à une réunion ce mercredi.
Cette rencontre a abouti à un communiqué dans lequel ces syndicats «présents» ont déclaré que l'appel à la grève illimitée du Cnapeste est injustifié. Selon plusieurs syndicats contactés, cette information rapportée par l'APS est fausse étant donné que le communiqué en question n'a pas été paraphé par la totalité des syndicats ayant signé la charte d'éthique.
«Nous avons réellement été conviés à cette rencontre, mais nous avons refusé d'y assister, déclare Meziane Meriane, coordinateur national du Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest). La raison de notre refus est le motif de cette rencontre. Le mouvement de protestation du Cnapeste est une décision autonome à ce syndicat et ne concerne pas l'intersyndicale de l'éducation. Donc, nous n'avons pas à nous positionner d'aucun côté.»
Notre interlocuteur, joint par téléphone, a également noté que ce n'est pas seulement le Snapest qui a refusé d'assister à cette rencontre, mais aussi l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (Unpef) et le Syndicat national des travailleurs de l'éducation et de la formation (Satef).
Pour ce qui est du communiqué rendu public ce jeudi, de même que pour celui du département de Nouria Benghabrit, les syndicats l'ayant signé, qui sont au nombre de 4 seulement — dont essentiellement la Fédération nationale des travailleurs de l'éducation (FNTE) et l'Union nationale des personnels de l`éducation (UNPE), affiliée à l'UGTA — ont déclaré que cet appel à la grève donne carrément une mauvaise image du mouvement syndical à l'opinion publique. Ils ont même accusé le Cnapeste d'être un perturbateur pour le travail des commissions nationales, dont celle du statut particulier et des œuvres sociales.
Ces syndicats signataires ont mis en avant leur crainte quant aux retombées d'une telle grève sur les candidats aux examens de fin d'année. Messaoud Boudiba, porte-parole du Cnapeste, considère de grave le fait de placer une réunion entre les syndicats et la tutelle avec pour ordre du jour ce mouvement de grève.
«S'il y avait de véritables réponses aux revendications des enseignants grévistes, pourquoi cette grève continue ? Pourquoi le ministère de tutelle ne nous a pas convié à une réunion de fond non pas de forme, comme celle du 28 janvier dernier, pour en finir avec cette protestation ?» s'est-il interrogé avant de confirmer que le taux de suivi de la grève est de 70% sur le territoire national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.