Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Sonatrach restera la propriété de l'Etat»
Abdelmoumen Ould Kaddour insiste
Publié dans El Watan le 10 - 02 - 2018

Profitant de sa première sortie médiatique après le tollé provoqué par des informations faisant état de la cession de parts du groupe national d'hydrocarbures, le PDG de Sonatrach a tenu a réaffirmer, à partir de Hassi R'mel — où il inaugurait notamment le gazoduc GR5 — que le groupe pétrolier et gazier national «est et restera la propriété de l'Etat à 100%» et qu'il n'est pas question d'en céder la moindre part.
Abdelmoumen Ould Kaddour a tenu à préciser que la cession de parts évoquées par son vice-président, dans son intervention à la Radio nationale, voulait dire tout simplement que «dans le cas de champs en prospection, si Sonatrach veut un apport technologique ou de l'argent pour développer son bloc, elle fera participer un partenaire étranger, sans pour autant lui céder le champs en question», affirme, quelque peu excédé, le PDG de Sonatrach qui souligne en outre que le groupe Sonatrach met en place «une stratégie économique basée, entre autres, sur le partage de risques avec ses partenaires étrangers afin de développer de nouveaux projets et booster les projets existants». Il affirmera qu'il s'agit tout simplement de «business» aux retombées bénéfiques, loin de toute volonté de vendre des actifs du groupe.
65 milliards de dollars d'investissements
Le PDG de Sonatrach annoncera lors du point de presse organisé en marge de sa visite aux installations de Hassi R'mel un plan de développement de 65 milliards DA dessiné par le groupe énergétique national pour les cinq ans à venir. «Nous avons déjà défini le plan de développement de Sonatrach pour 2018-2022, il sera doté de 56 milliards de dollars.
Les détails les changements que nous allons apporter à notre activité vous seront présentés prochainement», a indiqué M Ould Kaddour. Par ailleurs, le PDG de Sonatrach souligne qu'«avant la fin de l'année en cours, Sonatrach signera au moins un gros contrat de pétrochimie. Si nous arrivons à le faire, il faudrait que l'ensemble des Algériens en soient fiers parce que c'est comme cela que nous arriverons à avoir une valeur ajoutée sur nos ressources naturelles», a déclaré M. Ould Kaddour.
Un projet de 5 milliards de dollars en négociation avec Total
Le PDG de Sonatrach indiquera également que son groupe est en négociation avec le français Total. «Si vous prenez le projet que nous sommes en train de négocier avec Total pour un montant de 5 milliard de dollars, je ne veux pas prendre 100% de risque, j'essaie de ramener des partenaires qui partagent le risque avec moi pour pouvoir faire le projet, mais de là à dire que Sonatrach va céder des champs... il n'en a jamais été question», affirme encore M. Ould Kaddour.
A propos des réalisations et projets inspectés lors de la visite effectuée à Hassi R'mel, le PDG de Sonatrach souligne que le gazoduc GR5 inauguré le matin même «permettra à Sonatrach d'atteindre 135 milliards de m³ an, puisque nos capacités de transport sont de l'ordre de 95 milliards m³ an, ce qui nous permet de répondre à nos besoins et à ceux de nos partenaires étrangers» et d'ajouter : «La consommation locale est de l'ordre de 45 milliards et le reste est exporté.
Pour l'instant, on arrive à répondre aux besoins de nos partenaires, donc ce sont des réalisations très importantes. La deuxième chose qu'il faudrait mettre en exergue c'est que le nouveau gazoduc est entièrement réalisé par des entreprises algériennes, y compris le pipe. Ce sont des progrès énormes», affirme le PDG de Sonatrch. Pour lui, «chaque dollar que nous dépensons en Algérie, c'est de l'argent que nous ne transférons pas à l'étranger et une devise que nous pourrons utiliser pour le développement du pays.».
GR5, GR4 et une station de Boosting
Le PDG de Sonatrach soulignera également que le gazoduc GR5 «est un gros projet mais il y a aussi un autre projet important, celui de la station de boosting de Hassi R'mel. Un projet qui permettra une fois achevé de pouvoir maintenir la pression du champ à un certain niveau pour optimiser la production de gaz», indique Abdelmoumen Ould Kaddour qui souligne que le projet a nécessité un apport financier de 2 milliards de dollars, ce qui est, selon lui, «un investissement très lourd pour le pays».
Le PDG de Sonatrach a en outre insisté, lors de la conférence de presse organisée en marge de la visite des sites gaziers, sur le respect des délais, comme il l'a fait durant l'inspection des projets, estimant qu'aucun écart ne devrait être toléré sur ce plan : «Il faut que le projet soit réalisé dans les délais, c'est très important pour le pays et pour Sonatrach».
Il est à savoir que le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a inauguré lors de sa visite effectuée jeudi à Hassi R'mel le gazoduc GR5 transportant le gaz de Reggane en passant par Krechba vers la station de compression GR5 de Hassi R'mel. Le projet, d'un montant de près de 88 milliards de DA, a été réalisé entièrement par la Société nationale de génie civil et bâtiment (GCB), l'Entreprise nationale de canalisations (ENAC) et l'Entreprise nationale des grands travaux pétroliers (ENGTP) et Cosider canalisation.
L'ouvrage permettra de transporter 60 milliards de m3/an, en acheminant du gaz depuis les champs du sud-ouest du pays vers la station de compression GR5 inaugurée par le PDG de Sonatrach en juillet 2017. La visite des installations de Hassi R'mel a permis par ailleurs au PDG de Sonatrach de suivre l'évolution du projet de la station de compression GR4 dont la livraison est programmée pour juin 2018.
Le PDG s'est enquis également de l'état d'avancement de la station de Boosting phase III de Hassi R'mel, confiée à des entreprises nationales en partenariat avec le japonais JGC. Abdelmoumen Ould Kaddour insistera auprès des responsables du projet sur le respect des délais, estimant que toute entreprise qui ne respecte pas ses engagements devrait être écartée, car le retard sera préjudiciable pour l'ensemble de la chaîne de production de gaz et pour le pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.