Brèves    Sahara Occidental : Le Maroc poursuit son chantage envers l'Allemagne    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Elections en Libye: le Haut conseil d'Etat dénonce une "ingérence étrangère"    Belmadi espère disputer jusqu'à 3 rencontres en Juin : Algérie – Mauritanie confirmé pour le 3 juin    CFA : Première réunion lundi    Réunion avec les présidents de clubs professionnels : Les nombreux chantiers qui attendent la nouvelle FAF    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Mise en garde    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    Les marches du vendredi se poursuivent    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    À la veille du grand jour à Béjaïa    Un lourd dossier contre Rachad    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Les mises en garde du gouvernement    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    Le gaspillage atteint son apogée    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    USMA-MCA, le choc    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    Le résistant intrépide    Renvoi du verdict au 27 mai    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour développer l'économie du pays : La pétrochimie en "fer de lance"
Publié dans Le Maghreb le 10 - 02 - 2018

Le développement de la pétrochimie par le groupe pétro-gazier public Sonatrach sera "un des fers de lance du développement économique du pays" a indiqué le P-DG du groupe, Abdelmoumen Ould Kaddour, jeudi à Hassi R'Mel.
S'étant exprimé lors d'un point de presse tenu en marge d'une visite de travail à Hassi R'mel, M. Ould Kaddour a relevé que, dans ce sens, le groupe a "bien avancé" sur deux (2) ou trois (3) projets.
"Avant la fin de l'année en cours, on signera au moins un gros contrat de pétrochimie. Si nous arrivons à le faire, il faudrait que l'ensemble des Algériens en soient fièrs parce que c'est comme cela que nous arriverons à avoir une valeur ajoutée sur nos ressources naturelles", a déclaré M.Ould Kaddour à la presse.
Le responsable a de même, souligné qu'un plan de développement 2018-2022 de la Sonatrach est déjà défini, portant sur des investissements de l'ordre de 56 milliards de dollars.
A cet effet, il a assuré que Sonatrach communiquera prochainement une date où les projets à mettre en œuvre et les changements à opérer dans l'activité du groupe, dans le cadre de ce plan de développement, seront présentés.
En réponse à une question sur la part que prendront les entreprises nationales dans la mise en œuvre de ce plan de développement, le même responsable a déclaré qu'elle "est importante".
"Chaque dinar que nous dépensons ici est un dinar que nous ne transférerons pas à l'étranger et une devise que nous conserverons", a-t-il ajouté à ce sujet.
Il a d'ailleurs rappelé le projet portant raccordement de 50 puits producteurs sur les 154 existants du champ gazier de Tinhert (Illizi) à travers un réseau de collecte d'une longueur cumulée de 330 km, dont la réalisation a été accordée à des entreprises publiques nationales.
En effet, en décembre dernier Sonatrach avait signé 5 contrats avec ENGTP, GCB, ENAC, Infratelle et Cosider canalisation pour la réalisation de ce projet.
A ce propos, il a signifié que si le groupe avait lancé à la place un avis d'appel d'offres, des entreprises étrangères auraient pu décroché le marché en proposant une offre moins distante et alors, elles auraient été rémunérées en devises étrangères pour la réalisation de ce réseau de collecte.
Par contre, a-t-il poursuivi, le projet tel qu'il a été décidé de le réaliser actuellement sera financé exclusivement en dinar en faisant en sorte que "la quantité de devises encore là servira à d'autres développements".

Des "progrès énormes" pour un si "jeune pays"
Par ailleurs, en rapport aux différents installations de Hassi R'Mel qu'il a visitées en compagnie des cadres de la Sonatrach, des représentants des autorités locales et militaires, le P-DG a salué les "progrès énormes" qu'enregistrent le groupe et les entreprises algériennes du secteur, alors que l'Algérie est encore un jeune pays.
Il a également appelé durant sa visite l'ensemble des travailleurs à continuer à agir ensemble et avec la même dévotion pour le bien du groupe et du pays.
Concernant le gazoduc GR5 qu'il avait inauguré en début de sa visite, M. Ould Kaddour a souligné qu'il a été réalisé entièrement par des entreprises algériènnes y compris le pipe, en ajoutant qu'il permettra au groupe d'atteindre 135 milliards de m3/an de production gazière au niveau national alors que les capacité de transport, sont, elles, de l'ordre de 95 milliards de m3/an.
Cela permettra, selon lui, de répondre aux besoins locaux estimés à 45 milliards de m3 par an, ainsi que ceux des partenaires étrangers qui importent le reste.
" Pour l'instant, nous arrivons à répondre aux besoins de nos partenaires étrangers", a-t-il soutenu.
Le gazoduc GR5 transporte le gaz depuis Reggane vers la station de compression GR5 de Hassi R'Mel en passant par Krechba sur une distance de 765 Km, pour une capacité de 8,8 milliards m3/an.
Il achemine ainsi le gaz depuis les champs du sud-ouest du pays à savoir de Reggane Nord ainsi que ceux de Timmimoun et Touat qui entreront en production dans les prochains jours.
La réalisation du gazoduc GR5, qui a pris 36 mois, avait été confiée à des entreprises nationales en gré à gré, à savoir Cosider canalisation, l'Entreprise nationale de canalisations (ENAC), la Société nationale de génie civil et bâtiment (GCB) et l'Entreprise nationale des grands travaux pétroliers (ENGTP).
D'un coût total de 87,69 milliards de DA, le projet avait été scindé en deux lot, de sorte que le premier comprenne la réalisation d'un gazoduc reliant entre Reggane et Krechba alors que le deuxième, un gazoduc reliant Krechba et Hassi R'Mel pour rejoindre la Station de Compression GR5.
Pour rappel, la station de compression GR5 de Hassi R'Mel, inaugurée en juillet dernier, permet d'augmenter la pression du gaz collecté des champs à 70 bars, en vue de son acheminement vers le Centre national de dispatching de gaz (CNDG).
D'autre part, le responsable a visité la Station de compression GR5 en cours de réalisation et dont la livraison est programmée pour juin 2018 alors que son état d'avancement actuel a dépassé les 97%.
Il a de même visité le site de la station de Boosting phase III de Hassi R'Mel, qui consiste en l'installation de compresseurs en vue de maintenir la pression du champ à un certain niveau et accompagner la déplétion naturelle du gisement.
"Il s'agit d'un mégaprojet qui tourne autour de 2 milliards de dollars. C'est un investissement énorme que le pays fait et il faudrait qu'on le réalise dans les délais" en vue de ne pas entraver la production du champs de Hassi R'mel, a signifié M. Ould Kaddour.
Selon lui, il s'agit d'une "installation très lourde" dans laquelle participent certaines entreprises nationales et le partenaire étranger JGC (japonais).
"Du point de vue réalisation, nous continuons à faire notre travail qui consiste à cibler des objectifs et à essayer de les réaliser dans les délais nécessaires", a-t-il déclaré.

Sonatrach "appartient totalement et pour toujours à l'Etat algérien"
Le groupe Sonatrach "appartient totalement et pour toujours à l'Etat algérien", a affirmé son P-DG, Abdelmoumen Ould Kaddour.
"Le groupe Sonatrach appartient à 100% à l'Etat et appartiendra toujours à 100% à l'Etat et il n'y a pas de négoce dans cela", a indiqué le premier responsable du groupe à la presse en marge d'une visite de travail à Hassi R'mel.
Ould Kaddour faisait allusion à l'information donnée récemment par des médias selon laquelle la compagnie serait en discussions avec des partenaires pour céder des parts et changer le contrôle de certaines de ses filiales.
Suite à l'entretien accordé lundi dernier par le vice-président Activité Exploration et Production de Sonatrach, Salah Mekmouche, à une émission de la Radio nationale, Sonatrach avait alors démenti formellement l'information relayée dans certains médias selon laquelle Sonatrach serait en discussions avec des partenaires pour céder des parts de l'entreprise ainsi que le changement de contrôle de certaines de ses filiales.
A ce propos, M. Ould Kaddour a expliqué à la presse que Sonatrach travaille avec des partenaires et partage les risques liés aux investissements.
"C'est une stratégie économique (...) nous essayons de ramener des partenaires pour partager le risque avec eux. C'est du business. Mais de là, à céder des champs ou autres, nous n'en avons jamais parlé", a-t-il soutenu en affirmant que les propos de M. Mekmouche avaient été totalement déformés.
Pour le P-DG de Sonatrach, faire participer un partenaire dans la prospection et le développement d'un champ comporte l'avantage de l'accès à la technologie et à des fonds.
Inauguration d'un gazoduc
Le gazoduc GR5 transportant le gaz depuis Reggane vers la station de compression GR5 sur une distance de plus de 700 kilomètres a été inauguré jeudi par le P-DG de Sonatrach. Réalisé entièrement par des entreprises nationales, ce gazoduc, s'étendant sur une distance de 765 km de Reggane à Hassi R'Mel en passant par Krechba, augmentera la capacité de production de la station de compression GR5 à environ 60 milliards de m3/an, en acheminant du gaz depuis les champs du sud-ouest du pays vers la station GR5, à savoir de Reggane Nord ainsi que ceux de Timmimoun et Touat qui entreront en production dans les prochains jours. Pour rappel, la station de compression GR5 de Hassi R'Mel, inaugurée en juillet dernier, permettra d'augmenter la pression du gaz collecté des champs du sud-est et sud-ouest à 70 bars, en vue de son acheminement vers le nord du pays. La réalisation du gazoduc GR5 avait été confiée à des entreprises nationales en gré à gré, à savoir Cosider canalisation, l'Entreprise nationale de canalisations (ENAC), la Société nationale de génie civil et bâtiment (GCB) et l'Entreprise nationale des grands travaux pétroliers (ENGTP).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.