réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le barrage de Oued Fodda à sec
Sécheresse
Publié dans El Watan le 08 - 01 - 2007

L'unique barrage utilisé pour l'irrigation de la plaine du Cheliff est presque à sec, puisqu'il ne contient que 1,4 million de mètres cubes, sur une capacité globale de stockage de 116 millions de mètres cubes. Selon le directeur de l'Hydraulique, il n y a pas eu assez d'apports sur les bassins versants de cet ouvrage situé au sud-est de la wilaya, à la limite avec l'Ouarsenis.
L'année dernière, il emmagasinait, selon la même source, 17 millions de mètres cubes, dont une grande partie a été utilisée pour l'irrigation des 4 000 hectares d'arboriculture. Une fois ce volume épuisé, le barrage a dû être fermé depuis septembre dernier, laissant les irrigants dans un grand désarroi, compte tenu de la sécheresse persistante qui affectait la région. Il faut savoir que les récentes chutes de pluie n'ont pas eu l'effet escompté sur les ouvrages hydrauliques que compte la wilaya. Le second ouvrage, implanté à Sidi Yacoub, n'en est pas mieux loti, puisqu'il accuse lui aussi un grand déficit, dans la mesure où il ne compte que 30 millions de mètres cubes sur une capacité de stockage estimée à 285 millions de mètres cubes. Cette quantité est réservée exclusivement à l'alimentation en eau potable du chef-lieu de wilaya et d'une dizaine d'autres communes du nord. Les services de l'hydraulique misent sur les futures précipitations pour combler progressivement le manque constaté. Il est à rappeler que trois nouveaux barrages sont prévus au nord et au sud de la wilaya, afin de renforcer les capacités de mobilisation de la ressource destinée aussi bien à l'alimentation des populations qu'à l'irrigation. Faute d'infrastructures du genre, plusieurs millions de m3 d'eau se jettent dans la mer, selon des spécialistes. Actuellement, il n'existe que deux ouvrages dans la région, dont le niveau a beaucoup baissé à cause de la sécheresse et l'un d'eux est à moitié envasé.
Nouveaux projets
Les dossiers des nouveaux projets ont été finalisés et transmis au ministère des Ressources en eau pour approbation et inscription, avons-nous appris récemment auprès d'un responsable de la direction de l'Hydraulique. Deux d'entre eux ont fait l'objet d'une nouvelle étude technique de faisabilité, effectuée par des organismes spécialisés relevant du même ministère, indique la même source. Il s'agit des barrages de Bouhallou et de Taghzout, situés respectivement dans les communes de Sidi Akkacha et Talassa, non loin du littoral allant de Ténès jusqu'à El Marsa. Le premier cité, dont la première étude remonte à 1974, a été lancé en 1978 avant d'être abandonné deux ans plus tard à cause, semble-t-il, de l'insuffisance de l'enveloppe financière dégagée pour cette opération. La première partie des travaux a consisté en la réalisation de canaux d'irrigation qui devaient être raccordés au nouveau barrage qui n'a jamais vu le jour. Ce n'est que dernièrement que le dossier y afférent a été relancé par les services de l'hydraulique, sur la base, apprend-on, d'une autre étude d'optimisation et d'utilité de cette infrastructure autant pour l'agriculture que pour l'AEP de la région côtière de Ténès. L'autre ouvrage, prévu à 7 km du rivage, est destiné également au même usage compte tenu du déficit hydrique énorme que connaît cette partie de la wilaya. Ce qui est valable pour le nord, l'est aussi pour le sud de Chlef dont les besoins en eau ne cessent de croître pour les mêmes raisons. Les services concernés ont prévu depuis longtemps un second barrage sur l'oued Lagh, juste à côté de celui de Sidi Yacoub qui est utilisé exclusivement pour l'AEP du chef-lieu de wilaya et d'une dizaine d'autres communes. Avec cette doublure, l'on veut réserver l'un pour l'alimentation en eau potable et l'autre pour l'irrigation. Les trois projets figurent comme des actions prioritaires dans le programme de développement du secteur, arrêté pour les années à venir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.