Le Maroc commande 13 drones turcs, le régime rattrapé par la guerre au Sahara occidental    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Meeting de Lyon (100m NL): Amel Melih améliore son record d'Algérie    Grève des postiers dans la capitale : Reprise du travail et grande affluence des citoyens    SEAAL : Vers la non-reconduction du contrat avec le partenaire français    Accidents de la route : Campagne de sensibilisation aux Sablettes    El-Menfi valorise le rôle de l'Algérie dans la sécurité et la stabilité de la Libye    Saignée de capital humain    Tizi-Ouzou: Marche des travailleurs de l'ETRHB    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Europe - Les grands clubs lancent la «Super League»: L'UEFA promet des sanctions    FAF - Coupe de la Ligue: La hiérarchie sera-t-elle respectée ?    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB en examen à Bordj    Le procès en appel de Karim Tabou reporté au 28 juin    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    Crise sanitaire: L'immunité collective fait encore parler d'elle    LE RAMADHAN A BON DOS    Algérie-France: Macron qualifie les propos de Djaâboub d'«inacceptables»    Le butin de la mémoire    L'industrie sinistrée aux oubliettes?    Le baril fait du yoyo    Les chantiers de Khaldi    La dernière ligne droite    Brèves    Une AGE à refaire    Le programme dévoilé    Révolution dans le football européen    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Une grande voix du style assimi s'éteint    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    6 ans de prison pour deux anciens DG    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bataille du ciel a commencé
Concurrence entre compagnies aériennes
Publié dans El Watan le 23 - 01 - 2007

L'ouverture du transport aérien (réseau international) en Algérie exacerbe la concurrence entre les différentes compagnies qui se sentent pousser des ailes. Air Algérie qui a perdu son monopole est aujourd'hui, malgré elle, pleinement engagée dans « la bataille du ciel ».
Le retour en force des compagnies françaises et européennes a changé complètement la donne. En période creuse, c'est-à-dire hors saison estivale, les tarifs promotionnels avec des réductions sont proposés à la clientèle. Air France par exemple a réduit de 60% ses tarifs du 20 au 31 janvier 2007 sur la destination Paris et jusqu'au 16 février sur Marseille. Ainsi un Alger-Paris-Alger est cédé à 23 072 DA et un Marseille-Alger-Marseille à 16 081 DA. Mais pour bénéficier de ces prix écrasés, il faut remplir des conditions : séjour minimum (2 jours) et maximum (7 jours) et les billets ne sont ni modifiables ni remboursables. L'industrie (qui applique les normes tarifaires de l'IATA) distingue le tarif APEX (Advanced Purchased Excursion) et le « plein tarif flexible ». Les billets APEX sont vendus au moins 30 jours à l'avance, à un prix inférieur, mais avec un certain nombre de restrictions. Les lignes demeurent assez rentables, mais elles le sont beaucoup moins qu'il y a dix ans en raison du nombre d'exploitants qui a augmenté. Le marché reste toutefois assez vaste pour que tout le monde y trouve son compte. La concurrence se jouera sur les prestations que chaque compagnie pourra proposer. Air Algérie a plusieurs atouts en main pour réaliser de meilleures performances. Le renouvellement de sa flotte lui permet d'envisager l'avenir avec plus de sérénité. Mais la compagnie aérienne nationale risque d'accuser le coup. Elle ne fait partie d'aucune alliance, alors les compagnies aériennes européennes sont toutes membres d'une des trois grandes alliances : Star Alliance (Lufthansa), Oneworld (British Airways et Iberia) et SkyTeam (Air France-KLM et Alitalia). Ces alliances permettent une fidélisation des passagers avec, en particulier, la création d'un programme commun d'accumulation de points donnant droit à des voyages gratuits, multiplication des services au sol (salons d'attente privés) et une augmentation du nombre de destinations et de la fréquence des dessertes. Aigle Azur a profité des tergiversations d'Air France avant son retour pour miser sur les dessertes des aéroports régionaux vers la France (Béjaïa, Constantine, Oran). Elle a modernisé sa flotte en Boeing puis en Airbus et a démarré les premières lignes régulières sur l'Algérie, le Maroc, le Portugal et la Tunisie. Elle transporte 1 300 000 passagers. La dernière compagnie aérienne à rejoindre le ciel algérien est l'espagnole Iberia depuis le 7 janvier, avec des vols réguliers entre l'aéroport de Madrid-Barajas et l'aéroport international d'Alger, à raison de deux rotations hebdomadaires, à partir de 17 190 DA HT. Pour le réseau international, l'EGSA prévoit 10% de croissance du trafic aérien et le nouveau terminal va y contribuer fortement. L'infrastructure est exploitée actuellement par 14 compagnies étrangères.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.