L'empire Haddad s'écroule    Le procès de Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Karim Tabbou sera-t-il libéré ?    Sonatrach sort ses griffes    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines contre la Syrie    Des milliers de Ghazaouis manifestent contre le plan israélien d'annexion    Zeffane blessé au niveau de l'ischio-jambier    L'Atlético Madrid enterre presque les espoirs de titre du Barça    Clubs et LFP mis devant le fait accompli !    «Les quinze prochains jours seront cruciaux»    Les hôtels et les cités U à la rescousse    Installation des colonnes mobiles pour la lutte contre les feux de forêt    Un triptyque de Francis Bacon vendu 84,6 millions de dollars aux enchères sans public de Sotheby's    Ali Laskri se rallie à l'option du congrès extraordinaire    3 ans de prison ferme requis    12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Communiqué de l'AJSA    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Du sens du patriotisme en Algérie    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Nouveau pôle urbain d'Oued Tlélat: Des dispositions pour livrer 8.000 logements LPL    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Vu à Tizi Ouzou    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Répression contre l'opposition à Hong Kong    Un mort et des blessés dans les manifestations de mardi    L'épreuve    L'infrangible lien...    Plus de 200 corps exhumés en trois semaines en Libye    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Amérique s'acharne sur Falloujah
La guerre en Irak
Publié dans El Watan le 16 - 10 - 2004

Entendre dire que l'armée américaine, qui a attaqué massivement, hier, la localité de Falloujah, répondait à une demande du gouvernement irakien laisse au moins dubitatif.
Quelle est cette autorité mise en place dans toute sa composante qui peut donner un ordre de cette nature et qui plus est à l'armée américaine ? Le Premier ministre Iyad Allaoui entend se prévaloir de son titre, sans qu'il obtienne la reconnaissance des Irakiens ce qui aurait compensé, mais sans jamais la remplacer, l'absence totale de légitimité. Plus que cela, il contribue au pire scénario, l'irakisation de la guerre en Irak. C'est ce qui semble progressivement mis en œuvre. En effet, l'armée américaine et les forces de l'ordre irakiennes ont lancé une opération d'envergure contre Falloujah, faisant trois morts et sept blessés, a indiqué hier l'hôpital de cette ville accusée d'abriter l'islamiste Abou Moussab Al Zarqaoui. Plus de 1000 soldats américains, ainsi que des forces irakiennes, se sont dirigés vers la ville dans la nuit de jeudi, selon un porte-parole des marines. « Les unités avancent. Leur mission est de perturber la capacité de l'ennemi à mener des attaques terroristes (...) Elles feront tout ce qu'il faut pour accomplir cette mission », a-t-il dit sans préciser si les troupes étaient entrées dans la ville ou pas. Il s'agit du déploiement militaire au sol, le plus important dans la région de Falloujah depuis les combats meurtriers, d'avril dernier. « Depuis le 14 octobre, des forces de sécurité irakiennes et la Force multinationale ont lancé plusieurs opérations dans Falloujah et sa région afin d'empêcher les forces anti-irakiennes (rebelles) de préparer des attaques terroristes », a indiqué de son côté un communiqué de l'armée. « L'opération a commencé (...) avec des raids aériens et a continué avec un soutien aérien à des marines, des soldats et des forces irakiennes » au sol, ajoute le texte, précisant que l'armée a eu recours à « des véhicules blindés, de l'artillerie, des hélicoptères et des avions de combat ». Son but est de frapper « des éléments terroristes (...) qui voulaient mener lors du mois sacré du Ramadhan des attaques contre les forces de l'ordre irakiennes et des civils innocents », précise l'armée. Le prétexte paraît commode. Il est en tout cas facile et n'engage à rien, comme l'ont prouvé les précédentes attaques américaines contre cette localité et même d'autres, et où les cibles n'avaient pas la moindre relation avec Abou Moussab. On ne compte plus en effet les victimes et également les destructions qui se multiplient elles aussi, sans que les Irakiens, au nom desquels cette traque est menée, sachent quand ce calvaire prendra fin. C'est en tout cas leur deuxième Ramadhan dans la guerre. Il est vrai qu'ils en ont connu d'autres mais pas de la même nature, leur pays n'ayant jamais été occupé durant la guerre avec l'Iran. Ils en sont donc à compter les raids aériens, et dans le cadre de cette opération, l'armée en a lancé pas moins de huit en moins de 24 heures. Ceux de jeudi avaient fait 5 morts et 16 blessés, selon un bilan de sources hospitalières. Iyad Allaoui avait menacé mercredi Falloujah d'une offensive d'envergure si ses habitants ne remettaient pas Al Zarqaoui et ses hommes, qui ont revendiqué de nombreux attentats sanglants en Irak. Une délégation de Falloujah impliquée dans des tractations avec le gouvernement irakien avait alors annoncé jeudi la suspension des contacts pour protester contre les propos du Premier ministre, lequel sait qu'il n'y a pas que Falloujah ou un cercle précis où sont concentrées les actions armées. Dans cet ordre d'idées, un attentat suicide à la voiture piégée a été commis hier matin près de la direction de la police du quartier de Dora, dans le sud de Baghdad, faisant un tué et 15 blessés, selon le bilan d'un hôpital de la capitale. Jeudi par contre, les tirs de roquettes étaient concentrés sur la fameuse zone verte, une espèce de périmètre supposé être ultrasécurisé et où sont logées les principales personnalités américaines et irakiennes. C'est cela le Ramadhan des Irakiens.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.