Boukadoum appelle l'UA à assumer sa responsabilité face aux graves développements de la situation au Sahara occidental    Real : Pochettino candidat idéal en cas de départ de Zidane    Union parlementaire arabe: la résolution du Parlement européen loin de refléter la réalité en Algérie    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les bases militaires de l'occupation marocaine    Accord Opep+: poursuite des discussions mercredi avant la prise de décision finale jeudi    ANSEJ : le dispositif élargi à d'autres catégories outre les chômeurs    Une convention entre l'AADL et l'ANSEJ pour la gestion des citées "AADL 2020"    Le sergent-chef Lelmaya Sifeddine tombe en martyr au champ d'honneur à Jijel    Sahara occidental : des partis politiques réitèrent leur soutien au peuple sahraoui    Résolution du PE : le président du Conseil consultatif de l'UMA dénonce "une campagne coloniale contre l'Algérie"    OGC Nice : Le coach d'Atal et Boudaoui bientôt viré ?    Tlemcen : Un couple asphyxié par le monoxyde de carbone    RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR l'ALGERIE : Le tiers présidentiel au Sénat dénonce    C'EST LE MINISTRE DES FINANCES QUI LE DIT : Pas de bureaux de change en Algérie    Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Nekkaz demande à Zeghmati de le remettre en liberté    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    EDUCATION NATIONALE : 50 000 DA pour le personnel touché par le Covid    ORAN : Démolition de cabanons à la plage Calypso d'Ain Feranine    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Report au 16 décembre du procès en appel des frères Kouninef    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Ouverture de nouvelles spécialités en master économie    Bayon, un autre SUV en préparation    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    Le procès de Merzoug Touati renvoyé au 26 janvier 2021    L'opinion politique à l'appréciation des juges    Les travailleurs de l'Eniem investissent la rue    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Inquiétude des bénéficiaires    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    Décès de Mgr Teissier : la scène religieuse perd "un de ses fidèles serviteurs"    SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Ecole El Merdja Djedida à Baraki : Les parents d'élèves irrités par la dégradation    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Indifférence aux prix    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi liquider BRC ?
Publié dans El Watan le 19 - 02 - 2007

Brown Roots and Condor, BRC, la joint venture de réalisation en hydrocarbures, attend une décision « politique » pour sceller son sort. Voilà un autre épisode ébouriffant du management des entreprises en Algérie qui fait un sinistre écho au procès Khalifa à Blida.
Quel est l'enjeu ? BRC est une entreprise qui allie dans son capital principalement Sonatrach et KBR une filiale britannique du géant américain Halliburton. Son but ? Consolider un pôle d'ingénierie dans les process de séparation du gaz, dans les équipements de son transport (stations de compression) et dans la construction des infrastructures pétrolières (plateforme, base vie…). BRC est considérée comme le lieu d'un transfert de technologie au profit de Sonatrach dans ces filières. Une démarche qui plairait beaucoup à la nouvelle stratégie industrielle de Hamid Temmar. Mais voilà qu'il y a un mois environ, une instruction provenant de la présidence de la République ordonne la dissolution de BRC. Ni plus ni moins. Pourquoi ? BRC est impliquée dans ce qu'il faut appeler le scandale des surfacturations. La joint venture a bénéficié de manière inexplicable d'une série de contrats de gré à gré. Cette « facilité » a ouvert la voie à des facturations fantaisistes — largement rapportées par la presse — au préjudice essentiellement de Sonatrach mais aussi du ministère la Défense nationale. Une enquête judiciaire est en cours pour établir les conditions qui ont amené de tels contrats. Elle devra notamment éclairer l'opinion sur le recours aussi systématique au gré à gré dans un secteur, l'énergie et les mines, où le ministre, Chakib Khelil, s'est fait le champion de la transparence en instaurant le recours obligatoire à l'appel d'offres concurrentiel pour toutes les transactions qui dépassent un montant de 200 000 DA. L'instruction est ouverte, l'ancien DG de BRC est sous contrôle judiciaire et ses clients sont auditionnés. Mais entre temps quel destin pour BRC ? L'entreprise est financièrement viable, ce n'est pas elle qui a subi des préjudices. Elle emploie 1900 travailleurs, détient des créances importantes et a accumulé une expertise réelle dans certains travaux de réalisations, même si cette dernière est menacée de s'envoler très vite dans la situation de flou qui entoure son avenir. Tout cela est condamné à disparaître par le simple fait d'une décision « politique » intempestive. L'actionnaire principale de BRC, Sonatrach, n'a même pas eu le temps de délibérer au sujet de l'avenir de son engagement dans BRC. Dans cette affaire, un autre contre-modèle de gouvernance économique, l'instance politique continue de prendre le pas sur le management des entreprises. Résultat, la mise en liquidation rampante de BRC — interdit administrativement de soumissionner pour de nouveaux contrats — rencontre de vraies résistances dans le secteur de l'énergie. Comme dans le cas de la loi sur les hydrocarbures, des cadres du secteur, le mieux doté du pays en ressources humaines, ont une autre vision de l'intérêt de Sonatrach et de son développement, que celui de se séparer de tout moyen de réalisation spécifique à la filière. L'instruction pour la liquidation va-t-elle dans ce cas aller à son terme ? Elle deviendrait alors suspecte au point de ressembler à une destruction délibérée de pièces à conviction dans l'enquête judiciaire en cours. Un reproche entendu plus d'une fois au procès Khalifa de Blida.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.