«Le peuple est fermement déterminé à mener l'Algérie à bon port»    Charfi avertit contre les violences qui «nuisent au pacifisme du Hirak»    Un ex-conseiller à la Présidence et un homme d'affaires placés en détention provisoire    Eliminatoires CAN-2021 : défaite de la Zambie à domicile devant le Zimbabwe    L'Algérie rejette les positions considérant les colonies israéliennes comme "ne contrevenant pas au droit international"    Code barres: plus de 400.000 produits sont codifiés en Algérie    L'économie du savoir permet la diversification de la production hors hydrocarbures    Chlef: quatre personnes arrêtées et saisie de plus de 53.000 unités de boissons alcoolisées    ILS TENTAIENT DE RALLIER DES GROUPES TERRORISTES AU SAHEL : Huit individus arrêtés à Relizane et Ghardaïa    Accidents de la route : 38 morts et 954 blessés en une semaine    COUVERTURE DE LA PRESIDENTIELLE : Les médias tenus de respecter les lois    Eucoco/Sahara occidental: plusieurs ateliers et rencontres au programme de la Conférence    CNAS D'ALGER : Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour les maladies professionnelles    ORAN : Démantèlement de deux réseaux de trafic de cocaïne    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 13ème journée    Opération ville morte à Tichy    Détends-toi ! Ménage tes nerfs ! Cool !    Début des travaux au stade du 5-Juillet    Le Président prêt à inclure des représentants du mouvement populaire au gouvernement    L'ONU «préoccupée» par les grâces de Trump aux militaires    Les Européens divisés sur la réforme de l'élargissement à l'Est    18 200 unités vendues à fin octobre 2019    Octavia 4-G : le modèle qui avance, la gamme qui monte !    Les services de la santé rassurent    «2049, l'année du serpent de terre…»    Venise sort la tête de l'eau après des inondations historiques    Schématisme et morale néolibérale    Parution d'"Une paix et amitié perpétuelles", de Tobjorn Odegaard    Les essais nucléaires de Reggane à travers la photo    LFP – Sanctions : Bouchar suspendu un match    JSMB – RCR : Victoire impérative pour les Béjaouis    Annulation des stages à l'étranger : Les universitaires s'indignent    Comité d'Arbitrage de la CAF : Le président dénonce l'ingérence d'Ahmad Ahmad    Infos Campus    Fonds détournés vers l'étranger: «Les autorités ont mis beaucoup de temps à agir»    El Oued: Benflis rejette tout lien avec l'ancien système    Football - Ligue 2: Plusieurs duels intéressants à l'affiche    39ème marche des étudiants: La mobilisation se poursuit    Blida: Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    Grève dans les écoles    Le ministre des Finances estime : "L'importance d'amender la Loi organique relative aux lois de Finances"    4 manifestants condamnés    Ryad Mahrez parmi les 100 joueurs les plus précieux du monde    Volkswagen investit pied au plancher    400 millions de dollars à l'horizon    Journées d'Art Contemporain de Carthage 2019 (JACC) : " Les galeries à l'œuvre "    Cinéma : Les Misérables, un film social coup de poing sur la banlieue    Alger (Fondation Casbah): Recensement de 330 bâtisses menaçant ruine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi liquider BRC ?
Publié dans El Watan le 19 - 02 - 2007

Brown Roots and Condor, BRC, la joint venture de réalisation en hydrocarbures, attend une décision « politique » pour sceller son sort. Voilà un autre épisode ébouriffant du management des entreprises en Algérie qui fait un sinistre écho au procès Khalifa à Blida.
Quel est l'enjeu ? BRC est une entreprise qui allie dans son capital principalement Sonatrach et KBR une filiale britannique du géant américain Halliburton. Son but ? Consolider un pôle d'ingénierie dans les process de séparation du gaz, dans les équipements de son transport (stations de compression) et dans la construction des infrastructures pétrolières (plateforme, base vie…). BRC est considérée comme le lieu d'un transfert de technologie au profit de Sonatrach dans ces filières. Une démarche qui plairait beaucoup à la nouvelle stratégie industrielle de Hamid Temmar. Mais voilà qu'il y a un mois environ, une instruction provenant de la présidence de la République ordonne la dissolution de BRC. Ni plus ni moins. Pourquoi ? BRC est impliquée dans ce qu'il faut appeler le scandale des surfacturations. La joint venture a bénéficié de manière inexplicable d'une série de contrats de gré à gré. Cette « facilité » a ouvert la voie à des facturations fantaisistes — largement rapportées par la presse — au préjudice essentiellement de Sonatrach mais aussi du ministère la Défense nationale. Une enquête judiciaire est en cours pour établir les conditions qui ont amené de tels contrats. Elle devra notamment éclairer l'opinion sur le recours aussi systématique au gré à gré dans un secteur, l'énergie et les mines, où le ministre, Chakib Khelil, s'est fait le champion de la transparence en instaurant le recours obligatoire à l'appel d'offres concurrentiel pour toutes les transactions qui dépassent un montant de 200 000 DA. L'instruction est ouverte, l'ancien DG de BRC est sous contrôle judiciaire et ses clients sont auditionnés. Mais entre temps quel destin pour BRC ? L'entreprise est financièrement viable, ce n'est pas elle qui a subi des préjudices. Elle emploie 1900 travailleurs, détient des créances importantes et a accumulé une expertise réelle dans certains travaux de réalisations, même si cette dernière est menacée de s'envoler très vite dans la situation de flou qui entoure son avenir. Tout cela est condamné à disparaître par le simple fait d'une décision « politique » intempestive. L'actionnaire principale de BRC, Sonatrach, n'a même pas eu le temps de délibérer au sujet de l'avenir de son engagement dans BRC. Dans cette affaire, un autre contre-modèle de gouvernance économique, l'instance politique continue de prendre le pas sur le management des entreprises. Résultat, la mise en liquidation rampante de BRC — interdit administrativement de soumissionner pour de nouveaux contrats — rencontre de vraies résistances dans le secteur de l'énergie. Comme dans le cas de la loi sur les hydrocarbures, des cadres du secteur, le mieux doté du pays en ressources humaines, ont une autre vision de l'intérêt de Sonatrach et de son développement, que celui de se séparer de tout moyen de réalisation spécifique à la filière. L'instruction pour la liquidation va-t-elle dans ce cas aller à son terme ? Elle deviendrait alors suspecte au point de ressembler à une destruction délibérée de pièces à conviction dans l'enquête judiciaire en cours. Un reproche entendu plus d'une fois au procès Khalifa de Blida.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.