Cérémonie d'installation du nouveau wali    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    Changer d'entraîneur, est-ce la bonne option ?    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur» à juste titre    L'OMS tire la sonnette d'alarme    Le parc d'attraction rouvre ses portes    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    La 10e édition prévue pour la mi-février    Tebboune préside une séance de travail    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    Le Consulat de France annonce de nouvelles mesures    «Accélérer la réalisation des projets de partenariat et les élargir à d'autres domaines»    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Le Tunisien Zelfani pour sauver les meubles    Décès de l'international IsmailMahieddine    Appel à lancer des cadres juridiques plus adéquats pour lutter contre ce phénomène    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    Tebboune ordonne le rapatriement des ressortissants algériens    Le président du Conseil scientifique de l'Agence de greffe d''organes    Le CNES revient à la charge    Ouverture de la 14e èdition    Décès du pilote et de son assistant    Poursuites contre l'ancien wali de Mostaganem Abdelwahid Temmar    Arrestation de cinq individus en possession de 100 millions de centimes en faux billets    Crash d'un avion militaire: Le Président Tebboune observe une minute de silence à la mémoire des deux pilotes    Les walis appelés à prendre des mesures urgentes pour améliorer les conditions de vie des citoyens    Algérie-Libye: le renforcement de la coopération économique soulignée lors d'un forum d'affaires    VENTE DU LAIT EN SACHET : Bras de fer entre le ministre du Commerce et les distributeurs    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    BONBONS ET CARAMELS    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    L'après Berlin et la crise libyenne    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    Il y a de l'eau dans le gaz !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Insuffisance d'abattoirs avicoles
Commune d'Akbou
Publié dans El Watan le 21 - 03 - 2007


L'insuffisance d'abattoirs avicoles dans la région d'Akbou contribue-t-elle à la flambée du prix du poulet depuis l'interdiction par les autorités de la vente et de l'abattage de la volaille sur les lieux publics suite à l'avènement de la grippe aviaire ? Les deux structures existantes et consacrées à cet effet, un abattoir et une tuerie sis respectivement à Akbou et Tazmalt, ne peuvent apparemment pas prendre en charge toutes les cargaisons en provenance du peu de poulaillers toujours en activité. « Quand l'abattoir affiche parfois complet, nous nous rabattons sur les places publiques pour écouler notre production en jouant au chat et à la souris avec la police. Un certificat médical attestant la bonne santé du poulet pourrait bien, à mon sens, suffire pour nous permettre de l'écouler sur le marché », nous dit Ighessanen Madjid, aviculteur à Ighram. Si des dispositions ont été prises par les pouvoirs publics pour prévenir la maladie, il n'en est pas de même pour les mesures d'accompagnement devant juguler l'inflation du prix du poulet. Au lieu de connaître une dégringolade somme toute logique comme cela a été le cas de par le monde, il a culminé à 280 DA/kg durant les premiers mois ayant suivi l'apparition du virus H5N1 avant de se stabiliser dans une fourchette comprise entre 240 et 260 DA/kg ces derniers temps. La plus consommée des viandes blanches coûte assurément trop cher pour les petites bourses et des aviculteurs affirment ne pas profiter de cette aubaine dans la mesure où ils l'ont, à un moment donné, cédée à 80 DA/kg. Du côté de Condi Volaille (l'abattoir avicole privé d'Akbou) où 1200 unités sont conditionnées quotidiennement, le responsable du service commercial nous informe que le poulet a été acquis au début de ce mois à 145 DA/kg et revendu aux détaillants après abattage, déplumage, éviscération et conditionnement sous vide à 235 DA/kg. On nous fait remarquer toutefois que leurs fidèles clients sont prioritaires. Un détail de taille qui a contraint certains producteurs à voir du côté des abattoirs des wilayas limitrophes de Bouira et Bordj Bou Arreridj et inciter d'autres à tenter d'investir dans ces structures. Mais là encore, c'est compter sans les tracasseries administratives. La demande d'aménagement d'un hangar en tuerie avicole à Azaghar (Akbou) formulée par Lounis Iskounen, éleveur de dindes depuis 1989, aura mis plus de quatre ans pour être acceptée. « Grâce aux encouragements du DSA de Béjaïa, j'ai continué à taper à toutes les portes mais il aura fallu une intervention en haut lieu pour que mon projet soit enfin retenu », nous confiera-t-il. Les lois en la matière sont pourtant claires, une simple autorisation du premier magistrat de la commune permet un abattage inférieur à 2 tonnes/jour dans une structure répondant aux normes d'hygiène et d'urbanisme requises.Malek Hamidouche, docteur vétérinaire, estime pour sa part que la demande en viandes blanches est plus importante que l'offre car nombre d'aviculteurs ont arrêté leur activité par peur de voir leur élevage décimé par l'influenza aviaire. « La filière avicole est par ailleurs anarchique. L'élevage, l'abattage et la commercialisation doivent être réglementés pour un meilleur écoulement du produit », affirmera-t-il. Les aviculteurs estiment pour la plupart se retrouver dans le désarroi. En plus de la cherté de l'aliment (2700 DA/quintal) et du poussin (80 DA/unité), nombre d'entre eux se plaignent de l'absence de l'électricité à proximité de leurs poulaillers sis aux villages d'Ighram et d'Ighil Nacer. Une demande d'électrification dans le cadre du PPDR a été transmise par ces derniers à toutes les instances concernées.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.