Gaïd Salah persiste et signe    Louisa Hanoune maintenue en prison    L'initiative d'Ali Yahia, de Taleb Ibrahimi et de Benyelles mérite réflexion    La deuxième phase entamée hier    L'Opep dit non à Trump    Report du procès de Ali Haddad    Une première action réussie pour les pharmaciens    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    Drapeau palestinien à Tel-Aviv    L'armée égyptienne élimine 12 terroristes présumés    Les Canaris à l'écoute de Bologhine    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Feghouli s'offre un doublé    PSG : Mbappé voulait aller au Real, Emery le confirme    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    130 comprimés psychotropes saisis par la police    ACTUCULT    Chaou en clôture au TNA    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    570 000 euros et 101 000 dollars saisis à l'aéroport d'Alger    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Le bilan de l'offensive de l'ANL sur Tripoli passe à 510 morts    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    Pour éviter l'accentuation de la crise économique : Le président de l'UFDS, Nourredine Bahbouh, appelle à l'amorce d'un dialogue rapide    Le WA Tlemcen saisira le TAS    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    La liste des arrestations toujours ouverte    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Trois ans pour le faussaire    Après le f'tour à la plage, le f'tour à la Casbah    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    L'appel des trois suscite toujours des réactions    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le tableau des demi-finales connu    Une expérience de jazz algéro-polonais    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Insuffisance d'abattoirs avicoles
Commune d'Akbou
Publié dans El Watan le 21 - 03 - 2007


L'insuffisance d'abattoirs avicoles dans la région d'Akbou contribue-t-elle à la flambée du prix du poulet depuis l'interdiction par les autorités de la vente et de l'abattage de la volaille sur les lieux publics suite à l'avènement de la grippe aviaire ? Les deux structures existantes et consacrées à cet effet, un abattoir et une tuerie sis respectivement à Akbou et Tazmalt, ne peuvent apparemment pas prendre en charge toutes les cargaisons en provenance du peu de poulaillers toujours en activité. « Quand l'abattoir affiche parfois complet, nous nous rabattons sur les places publiques pour écouler notre production en jouant au chat et à la souris avec la police. Un certificat médical attestant la bonne santé du poulet pourrait bien, à mon sens, suffire pour nous permettre de l'écouler sur le marché », nous dit Ighessanen Madjid, aviculteur à Ighram. Si des dispositions ont été prises par les pouvoirs publics pour prévenir la maladie, il n'en est pas de même pour les mesures d'accompagnement devant juguler l'inflation du prix du poulet. Au lieu de connaître une dégringolade somme toute logique comme cela a été le cas de par le monde, il a culminé à 280 DA/kg durant les premiers mois ayant suivi l'apparition du virus H5N1 avant de se stabiliser dans une fourchette comprise entre 240 et 260 DA/kg ces derniers temps. La plus consommée des viandes blanches coûte assurément trop cher pour les petites bourses et des aviculteurs affirment ne pas profiter de cette aubaine dans la mesure où ils l'ont, à un moment donné, cédée à 80 DA/kg. Du côté de Condi Volaille (l'abattoir avicole privé d'Akbou) où 1200 unités sont conditionnées quotidiennement, le responsable du service commercial nous informe que le poulet a été acquis au début de ce mois à 145 DA/kg et revendu aux détaillants après abattage, déplumage, éviscération et conditionnement sous vide à 235 DA/kg. On nous fait remarquer toutefois que leurs fidèles clients sont prioritaires. Un détail de taille qui a contraint certains producteurs à voir du côté des abattoirs des wilayas limitrophes de Bouira et Bordj Bou Arreridj et inciter d'autres à tenter d'investir dans ces structures. Mais là encore, c'est compter sans les tracasseries administratives. La demande d'aménagement d'un hangar en tuerie avicole à Azaghar (Akbou) formulée par Lounis Iskounen, éleveur de dindes depuis 1989, aura mis plus de quatre ans pour être acceptée. « Grâce aux encouragements du DSA de Béjaïa, j'ai continué à taper à toutes les portes mais il aura fallu une intervention en haut lieu pour que mon projet soit enfin retenu », nous confiera-t-il. Les lois en la matière sont pourtant claires, une simple autorisation du premier magistrat de la commune permet un abattage inférieur à 2 tonnes/jour dans une structure répondant aux normes d'hygiène et d'urbanisme requises.Malek Hamidouche, docteur vétérinaire, estime pour sa part que la demande en viandes blanches est plus importante que l'offre car nombre d'aviculteurs ont arrêté leur activité par peur de voir leur élevage décimé par l'influenza aviaire. « La filière avicole est par ailleurs anarchique. L'élevage, l'abattage et la commercialisation doivent être réglementés pour un meilleur écoulement du produit », affirmera-t-il. Les aviculteurs estiment pour la plupart se retrouver dans le désarroi. En plus de la cherté de l'aliment (2700 DA/quintal) et du poussin (80 DA/unité), nombre d'entre eux se plaignent de l'absence de l'électricité à proximité de leurs poulaillers sis aux villages d'Ighram et d'Ighil Nacer. Une demande d'électrification dans le cadre du PPDR a été transmise par ces derniers à toutes les instances concernées.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.