Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    Paroles d'experts    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Combien au premier trimestre 2022?    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Youcef Cherfa ausculte son secteur    L'oeuvre salvatrice du Président    L'armée s'engage    Le RND affiche son total soutien    Mbappé : La Liga va déposer plainte    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le patrimoine sous le boisseau
Sites et monuments historiques
Publié dans El Watan le 15 - 04 - 2007

La ville de Sétif s'est de tout temps distinguée de par la richesse particulière de son patrimoine archéologique dont la grande diversité a définitivement établi l'authenticité de la cité qui regorge de vestiges de civilisations anciennes : byzantine, romaine ou encore fatimide.
Aussi, ce sont de nombreux sites et monuments archéologiques d'une valeur historique indéniable que compte la région de Sétif, à l'instar du gisement de Aïn Hanach ; la ville antique de Djemila, le site chiite d'Idjkane ou encore le tombeau de Scipion l'Africain sont pour certains d'entre eux dans une mauvaise posture. Dans le même registre, les 4 sites archéologiques de Galta Ezarga, Mons, Jardin Barral et le mausolée de Scipion l'Africain sont actuellement en lice pour le classement, procédure nécessaire mais qui n'en est pas moins particulièrement délicate. Selon M. Kebbour, chef de service du patrimoine culturel, la délimitation de la zone de protection de tout site historique doit faire l'objet d'un travail méticuleux, certains vestiges étant enfouis sous terre et donc non apparents. Et d'ajouter : « Très souvent, nous devons effectuer des interventions d'urgence sur des sites nouvellement découverts. Dans ces cas-là, une fouille de sauvetage doit être effectuée dans les plus brefs délais afin de faire en sorte que le site ne soit pas souillé. » La préservation de tout héritage culturel, procédure d'une importance capitale, est donc réglementée par la loi. Ainsi, la loi n° 98-04 du 15 Juin 1998 définit comme patrimoine culturel, tous les biens matériels (architecturaux et archéologique) et immatériels (expressions orales, rites et traditions, arts et savoir-faire artisanal) légués par les civilisations qui se sont succédé de la préhistoire à nos jours. Dans un autre volet, l'article 43 de la loi sus-mentionnée établit que les secteurs sauvegardés sont dotés d'un plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur. Mais force est de constater que la législation en vigueur n'est pas toujours appliquée, preuve en est le cas du célèbre mausolée de Scipion l'Africain, encerclé de part et d'autres d'habitations de la cité Bouras située non loin du 1er campus universitaire, alors que la loi exige la délimitation d'un champs de visibilité d'au moins 200 m autour de tout monument ou site à valeur historique, et qui n'a été doté d'une clôture qu'au début des années 1990. Cet état des lieux pénalise grandement ce site d'une valeur inestimable, qui ne répond guère aux critères régissant la procédure de classement. Ce qui devrait, légalement parlant, le rendre inéligible à tout classement. Un tel mépris des lois s'ajoute à un autre phénomène portant davantage préjudice à l'intégrité de ces traces inestimables de l'existence de l'humanité dans le passé, l'éventuelle corruption de la réalité archéologique d'aujourd'hui. A ce sujet, M. Kebbour s'insurge de la politique colonialiste qui a, d'après lui, volontairement occulté les vestiges de civilisations préromaines. « Le baptistère de Djemila, unique monument de ce genre en Afrique, en est l'attestation la plus flagrante. Ce dernier recelant, à ce jour, des traces d'une restauration abusive, des colonnes d'un temple païen ayant été importées vers le baptistère durant l'ère colonialiste, souillant ainsi l'intégrité du site. » Bref, c'est en partie pour informer le grand public de ces usurpations du passé que la direction de la culture concocte chaque année un riche programme comprenant des visites guidées à travers les différents sites historiques que recèle la région, tels les fameuses zaouïas et mausolées de Beni Ouarthilane, les vestiges de Cuicul, site classé patrimoine mondial ou encore les fameuses escargotières de Bir Ensa et Mezloug, autant de lieux qui constituent de véritables réserves de la mémoire historique collective des hautes plaines sétifiennes…

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.